La Suisse c’est bien aussi !

À force de m’entendre m’extasier sur Paris, on pourrait croire que je souffre en Suisse… C’est totalement inexact ! Ma vie est également partagée entre mes deux amours, l’Helvétie et Paris !

Après un mémorable séjour en France, histoire de compenser ma grande fringale après la disette du confinement, je me suis offert jun petit week-end dans mon pays d’adoption.

1) Revoir les amis,

2) nager dans le lac (et attraper tout de même quelques puces de canard au passage!),

3) savourer les plaisirs de la société Nautique en refaisant le monde avec Jean dans un club en pleine évolution

4) découvrir l’histoire extraordinaire du judaïsme à Carouge grâce à Jean Plançon et Anita Halasz, infatigable animatrice culturelle de la CIG:

1754 la République de Genève et le Royaume de Sardaigne signent un accord pour un échange de terrain principalement destiné à faciliter le prélèvement des impôts.

La Capitale de royaume de Sardaigne est alors à Turin et fait le pari de créer une compétition à Genève.

Il s’agira d’une Ville ouverte contrairement à Genève enfermée derrière fortifications.

Elle dispose alors de nombreux canaux comme à Annecy.

Nous sommes entrés dans siècle des lumières: 3 personnages principaux dirigeant la place mais surtout le Comte de Veyrier (de la Flechere) qui comprend influence géostratégique de ce site.

On y admet les populations de toutes origines dans un esprit cosmopolite fait d’
« Auberges, bordels, bandits » (Raymond Zanone historien de Carouge) au grand scandale des genevois. Cette Cite catholique accueille protestants (dès 1782-3) Puis Franc-Maçons (3 loges mais celle des Trois temples stipule qu’y sont librement admis cathos, juifs et protestants… alors qu’il n’y a quasiment pas de juifs encore).

Enfin les juifs, alsaciens qui composent alors plus de la moitié des juifs de France.

Un « Bain des juifs » autrefois situé sur la Place de l’Octroi est encore préservé aujourd’hui derrière le temple protestant.

Dès 1779, arrivée des 1ers juifs d’après Daniel Blavignac, dans le quartier St Victor, un fait qui a longtemps laissé les historiens sceptiques jusqu’à ce qu’il soit confirmé en 2005 par Laurence Leitenberg (au moin s 5 personnes ) qui étaient passés inaperçus dans les recensements qui établissent les listes de cathos et prot, or juifs y figuraient sous dénomination catho!

Moise Cerf fut le 1er Rabin et Joseph Abraham le 1er orfèvre qui intéresse le marquis de Sade et fut le 1er president dont la maison fut la première synagogue .

Cas exceptionnel de liberté totale pour les juifs qui ressortent du droit commun.

Architecture Carougeoise du XVIIIe siècle à coursives.

Partie de rien, en 30 ans la cité comprend 11 quartiers et 4000 habitants et est élevée au rang de ville du royaume.

La Communauté israélite de Carouge est devenue Communauté israélite de Genève par la suite.

Geneve a le triste privilège de l’antériorité des ghettos puisque le sien date de 1428 et en 1490 les juifs sont durablement expulsés (pendant près de 4 siècles!).

Donc Geneve s’offusque de la libéralité de Carouge.

Décret carougeois de tolérance envers les juifs en 1786. De la fléchére offre le RDC de son hôtel particulier pour l’Ecole juive et la synagogue et le 1er étage à la manufacture d’horlogerie .
Un Cimetière de 12 toises carrées pierres érigées à la façon des juifs alsaciens. Deuxième parcelle en 1852 et apparition de sarcophages typiques du second empire 3e parcelle en 1874 juste avant la loi sur la laïcité des cimetières genevois en 1876 (mais arrêt dérogatoire dans son périmètre). Annexion de Carouge le 28 octobre 1816 suivie le 2 novembre de l’exclusion de la citoyenneté pour les juifs ….Donc les juifs restent à Carouge jusqu’à 1857 où Genève consent à leur intégration !

Exposé du Parcours de la Carouge des Lumières, dimanche 6 septembre 2020, festival de la culture juive.

5) sauter dans ma voiture pour découvrir admirer les thématiques extrêmement proche développées par Klee, Sonderegger et… Charlie Chaplin…Et au passage me payer le luxe d’être présente au 15e anniversaire de la magnifique fondation Klee dont je me demande pourquoi il a fallu que j’attende si longtemps pour la découvrir !

Klee et Sonderegger partageaient un même sens de l’humour : Le genre alors florissant de la caricature représente de manière outrancière la vie sociale et politique et on propose un commentaire ironique. Pour Klee et Sonderegger, au contraire, la caricature offre la possibilité de poser les questions fondamentales de l’existence humaine. Qu’est-ce que l’homme attend de la vie ? Qu’est-ce qui est pour lui source d’espoir aux causes des chèques et permet d’oublier la souffrance ? L’art offre-t-il des échappatoires aux défis du quotidien (…). L’exposition débute et se termine par des scènes inoubliables extrait de film de Charlie Chaplin, qui entrent en dialogue de manière stupéfiante avec les œuvres de Paul Klee.

Pour Klee (Berne 1879-Muralto 1940) (…) la satire offre alors une issue : c’est un moyen, certes imparfait mais à ses yeux adéquat qui permet de répondre aux contradictions du monde moderne. (…) L’artiste porte un regard ironique sur la vie quotidienne, notamment : des situations simples, vécues au jour le jour, jusqu’aux émotions et aux états d’âme de l’être humain en général. La gaieté et le tragique, le rire et les pleurs se mêlent de façon ludique.

Charlie Chaplin (1889, Londres-1977 Corsier sur Vevey): « Quand il voyait Chaplin, dans le rire cachette une profonde gravité, il était heureux » c’est ainsi que Félix, le fils de Paul Klee, décrit l’admiration de son père pour le comédien le plus influent de l’histoire du cinéma.

Le rôle le plus connu de Chaplin et celui du «Tramp » Quand il voyait Chaplin, dont le rire cachait une profonde gravité, il était heureux » c’est ainsi que Félix, le fils de Paul Klee, décrit l’admiration de son père pour le comédien le plus influent de l’histoire du cinéma.

(…) Malgré l’adversité, le vagabond défie la vie et échappe toujours de justesse aux catastrophes grâce a une présence d’esprit et une imagination sans pareilles. Même dans ces moments de désespoir il garde son humour et sa dignité. (…)

Bien que Paul Klee n’est pas laissé de commentaire marquant sur Chaplin, son œuvre permet d’établir d’étonnant parallèle avec les films de Chaplin, pour ce qui est des motifs choisis. L’exposition met en évidence, pour la première fois, ces correspondances.

Jacques Ernst Sonderegger (1882, Thusis-1956 Berne) est un artiste, un caricaturiste est un écrivain fasciné par les abîmes de l’âme humaine. Klee et Sonderegger font connaissance en 1906 ; depuis cette date ils cultivent une amitié dont on peut reconstituer les moments forts à partir de leur correspondance jusqu’en 1914. Son amitié et son admiration pour l’œuvre de James Ensor, le peintre belge de l’abyssal du grotesque, et pour celle de Honoré Daumier, connu pour ses caricatures provocante de la vie bourgeoise.(Sonderegger) Espérait que, confronté à ces histoires absurdes et effroyables le spectateur cherche à « élever » son âme et « se réjouisse de son propre pouvoir »

(…) Les thèmes politiques se retrouvent dans toutes les phases créatrices de Klee. La plupart du temps, il traite les questions politiques de manière discrète, en dissimulant son message. Des œuvres comme Le Grand Empereur armé pour la bataille et Commensal, où Klee livre un « portrait » relativement ressemblant de l’empereur Guillaume II ou de Adolf Hitler, sont des exceptions. Ses dessins de 1933 sont nettement plus représentatifs. Lors de la prise de pouvoir des nationaux socialistes, il dépeint dans plus de 211 œuvres l’atmosphère d’oppression, de peur et de violence qui règne en Allemagne au début des années 1930. (…) Ses dessins au crayon et à la plume sont réalisés dans un style de gribouillage sauvage qui correspond au thème traité. Klee a utilisé ce type de ligne pour traduire le contenu tragique des dessins. (Bref, chez Klee), le tragique et l’humour ne sont jamais dissociés.

(…)Klee et Chaplin ne se sont jamais rencontrés en personne. Klee a sans doute vu quelques uns des films de Chaplin au cinéma. Il est prouvé qu’il a assisté à une séance de The Circus en 1928 et qu’il a vu d’autres films muets.

Guide de l’exposition par-delà les rires et les pleurs, Klee, Chaplin, Sonderegger, Zentrum Paul Klee, Bern

L’exposition sur Chaplin et Klee se terminait ce jour là. Mais une autre tout aussi intéressante s’ouvre à présent qui se tiendra jusqu’au 24 janvier 2021 elle s’intitule : « Mapping Klee » il retrace l’évolution artistique de Paul Klee à partir des étapes de son existence et de ses voyages. C’est sur cette invitation au voyage que je termine le récit de quelques jours délicieux et enrichissants.

Klee entretient des rapports ambigus avec la ville de Berne. Il apprécie le paysage sinueux de l’Aar et la proximité des Alpes. Mais en même temps il critique Berne qu’il trouve « uniforme, bourgeoise, d’une normalité absolue ». Ce n’est pour lui une ville de province plutôt ennuyeuse, qui n’a pas grand-chose à lui offrir. Pour devenir artiste, Klee juge nécessaire de quitter la ville : « à Berne tu ne deviendras jamais artiste. »

Brochure explicative du Zentrum Paul Klee, 2020. Celles-ci détails ensuite différents itinéraire, de Berlin aux disparus, en passant par Munich, Paris, la Tunisie, Weimar et le bout House, le sud de la France, l’Italie, les Alpes, l’Égypte puis à nouveau Berne en exil puisqu’il est congédié de sa classe de peinture libre de Düsseldorf en 1933 (il a l’honneur d’être qualifié de dégénérés par les nationaux socialistes et sera même traité de « juifs galicien ». Pour réparer ce préjudice, la Rhénanie du Nord-Westphalie fait, en 1960, l’acquisition d’environ 90 œuvre de Klee, créant ainsi une collection d’art qui part en tournée dans le monde entier et permet à de nombreux pays non occidentaux de découvrir Klee pour la première fois. avant de passer au voyage dans l’imaginaire, aux pays où sa renommée s’est développée (Japon surtout mais aussi Brésil, USA…). La brochure se termine par un volet intitulé disparu !. Effectivement depuis la seconde guerre mondiale, de nombreuses œuvres de Paul Klee sont considéré comme perdu ou disparu. La base de donnée international pour la perte des biens culturels elle La brochure se termine par un volet intitulé disparus !
« Effectivement depuis la seconde guerre mondiale, de nombreuses œuvres de Paul Klee sont considérées comme perdues ou disparues. La base de donnée international pour la perte des biens culturels Lostart.de répertorie actuellement plus de 100 œuvres de Klee qui demeurent introuvables. Cela est dû, pour l’essentiel, aux confiscations et aux ventes forcées de collections juives pendant le conflit. Bon nombre de ces œuvres arrivent sur le marché de l’art via des intermédiaires, mais pas toutes. Le sort de ses œuvres disparues est souvent directement lié au destin tragique de leurs propriétaires »

Références:

  • Visites gratuites de Carouge tous les samedis à 10:00.
  • Claudius Fontaine, voir article à ce propos de Jean Plançon: historien qui relate la rixe pour la 1ere montée à la thora suivie d’une lettre d’excuse au roi de Sardaigne: bases statutaires de la communauté israélite de Carouge en 1789
  • 5 podcasts permettent de s’immerger dans l’univers de Paul Klee. Click on the link
  • À noter: bien que né et mort en Suisse, Klee était allemand et sa demande de naturalisation n’a été actée que sur son lit de mort….
  • Le magnifique Zentrum Paul Klee est l’œuvre de Renzo Piano

2 replies

  1. ouf… rassurée que Genève soit encore chère à ton coeur ! recensions magnifiques comme chaque fois. Concernant les juifs à Carouge, Laurence Leitenberg a commis un fascicule sur le cimetière juif en 1997 et l’historien Philippe Schwed avait travaillé sur l’histoire des juifs à Genève. Il avait notamment donné une conférence dans le cadre des activités de la CIG au cours duquel j’avais pris des notes.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s