cosmopolitanism

a blog on English and cultures in a cosmopolitan world

Bibliography (P) like Proust


Links to my bibliography from A to Z:

A      B     C     D     E     F     G     H        I     J    K     L     

M     N     O     P (this page)      Q       R     S     T     U     V     W/X/Y/Z

Last Update: August 11, 2016

PART A- LIST

Padilla, Amado M. et al. (1991), ‘The English-Only Movement: Myths, Reality, and
Implications for Psychology’, American Psychology, (Feb.), 120.
Page, Clarence (1989), ‘African American or Black? It’s debatable”‘, Detroit Free Press, January 1, 1989, p. A1, A 12.
Painchaud, G. (1993), ‘L’enseignement des langues aux jeunes Québecois des communatués culturelles: Politiques et Programmes’, Journal of the Canadian Association of Applied Linguistics, (15), 7-22.
Palmer, E (2007 ), Judicial Review, Socioeconomic Rights, and the Human Rights Act (Oxford: Hart).
Palmor, Yigal (2013), ‘Porte-parole du ministère des affaires étrangères’, paper given at JCall trip to Israel and Palestinian Territories, Jerusalem.
Parain, B. (1942), Recherches sur la Nature et les fonctions du Langage (Paris: Idées Gallimard).
Pardo, Carlos (1997), ‘CINQUANTENAIRE DU FESTIVAL DE CANNES’, LE MONDE DIPLOMATIQUE, (MAI), 26 et 27.
— (1998), ’51e FESTIVAL DE CANNES :Marketing contre cinéma d’auteur’, Le Monde Diplomatique, (11 mai), 28.
— (1999), ’52e FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE CANNES: Le cinéma, apanage de quelques nations’, Le Monde Diplomatique, (11 mai).
Parekh, Bhikhu (1995), ‘The Rushdie Affair: Research Agenda for Political Philosophy’, in Will Kymlicka (ed.), The Rights of Minority Cultures (Oxford: Oxford University Press), 387.
Parekh, Biku (1999), ‘What is multiculturalism?’ MULTICULTURALISM, a symposium on democracy in culturally diverse societies (Delhi).
— (2009), ‘Interdependence Day: Keynote address’, in Benjamin Barber (ed.), Art, Religion, and the City in the Developing World of Interdependence (Istanbul).
Parry, Geraint (1991(1985)), ‘Paths to citizenship’, in Ursula Vogel and Michael Moran (eds.), The frontiers of citizenship ((New York: St Martin’s Press).
Pascal-Moussellard, Olivier (2000), ‘Melting Poste: Les Télévisions ethniques aux Etats-Unis’, Télérama, 19 avril, p. 82-86.
Paton, Alan Cry, the beloved country 316.
Pavlenko, Aneta (2005), Emotions and Multilingualism (Cambridge, MA: Cambridge University Press).
Payne, Richard (1998), Getting Beyond Race: The Changing American Culture (Westview Press; Boulder, Colorado: HarperCollins Publishers, Inc.) 240.
Paz, Ilan (2016), ‘Israel entre chaos régional et défis intérieurs’, paper given at Israel entre chaos régional et défis intérieurs, Théatre Adyar, 10 avril 2016.
Alaskan Native Brotherhood, a documentary (1999).
PDI.
Pear, Robert (1992), ‘New Look at the U.S. in 2050: Bigger, Older and Less White’, New York Times, 4 décembre, p. 1,10, sec.A.
Pearl, David (2013), ‘Président du Conseil Régional du Goush Etsion ‘, paper given at JCall trip to Israel and Palestinian Territories, Tel Aviv.
Pelouas, Anne (1998), ‘Victoire en demi-teinte pour le Parti québécois de Lucien Bouchard’, Le Monde, Mercredi 2 décembre 1998.
Pendakur, R. (1990), ‘Speaking in Tongues: Heritage Language Maintenance and Transfer in Canada’, (Ottawa: Secretary of State, Multiculturalism and Citizenship Sector).
Peplow (1958), History of Arizona (New York: Lewis Historical Publishing).
Peres, Shimon and Shavit, Ari (2014), ‘Interview’, paper given at Israel Conference on Peace, David Intercontinental, 8 July 2014.
Peretz, Sami and Yacimoich, Shelly (2014), ‘What is the connection between social justice and peace?’ paper given at Israel Conference on Peace, David Intercontinental, 8 July 2014.
Perrot, Michel (1986), ‘Les moyens de communication publique chez les Inuits: Etude antropologique du développement de la radio et de la télévision au Groenland, au Canada et en Alaska’, (Bordeaux 3).
Peter Wagner (2005), ‘In time and Space: on the Possibility of a Cultural Theory of Modernity’, in Neil J. Smelser, University of California, Berkeley (ed.), 37th International Institute of Sociology Conference: Sociology and Cultural Sciences (Folket Hus, Kongresshallen A: European University Institute, Italy,).
Peyre, Henri (1933), La Royauté et les langues provinciales (Paris: Librairie G. Peyre).
Pfänder, Stefan and Dermarkar, Cynthia (2011), ‘Le français au Caire: Une (première) étude micro-écologique’, paper given at t Langues en contact: le français à travers le monde, Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg, 16-18 septembre 2011.
Phillips, Anne (1993), Democracy and Difference (Philadelphia: Pennsylvania State University).
— (1995), ‘Dealing with difference: a politics ofideas or a politics of presence?’ Constellations, 1 (1), 74-91.
— (1995), The Politics of Presence: Issues in Democracy and Group Representation (Oxford: Oxford University Press).
Picard, Georges (1999), Petit traité à l’usage de ceux qui ventent toujours avoir raison (Paris: José Corti) 210.
Pierré-Caps, Stéphane (1995), La Multination (Paris: Odile Jacob).
— (1996), ‘Deuxième Partie: Le Droit des Minorités’, in Norbert Rouland (ed.), Droit des Minorités et des Peuples Autochtones (Paris: Presses Universitaires de France), 155-346 .
Pierson, John (1996), Spike, Mike, Slackers, and Dykes: A guided Tour across a decade of Independant American Cinema (London: Faber).
Pihet, Christian (2013), ‘Ce que nous enseigne ce conflit sur l’eau’, paper given at Israël-Palestine 2020: La Guerre de l’Eau aura-t-elle lieu?, Université d’Angers, 30 novembre 2013.
Pisani, Edgar (1996), ‘La Crainte de la Mondialisation: affronter la déréglemenation économique.’ Le Monde Diplomatique, (janvier 1996).
Platt, Bill (1992), ‘The Confusing State of Minority Language Rights’, in James Crawford (ed.), Language Loyalties: A Sourcebook on the Official English Controversy (Chicago: University of Chicago Press), 229-35.
Platt, Polly (1998), French or Foe (2nd edn.; Cincinnati, Ohio: C.J. Krehbiel Company) 272.
Ploquin, Françoise (2005), ‘Esprit de Famille’, Le Monde Diplomatique, (Janvier 2005), 23.
Pons, Xavier (1994), Stamp Duty (Cambridge: British Australian Studies Association) 36-45.
— (1994), A sheltered land (St. Leonards: Allen & Unwin) 350.
— (1996), Le Multiculturalisme en Australie: Au-delà de Babel (Paris et Montréal: L’Harmattan (INC)) 413.
— (1997), ‘A word from the EASA President’, The European Association for Studies on Australia Newsletter, (16), 2.
— (2000), L’Australie: Entre Occident et Orient (Paris: La Documentation Française) 133.
Poplack, Shana and Tagiamonte, Sali (1994), ‘Marking the plural in the African American diaspora’, American Speech, (69), 227-59.
Poplak, Shana and Tagliamonte, Sali (1991), ‘African American English in the diaspora: Evidence from old-lkine Nova Scotians’, Language Variation and Change, (3), 301-39.
— (1991), ‘There’s no tense like the present: Verbal -s inflection in early Black English’, in Guy Bailey, Nathalie Maynor, and Patricia Cukor-Avila (eds.), The emergence of Black English in the diaspora: Text and Commentary (Amsterdam and Philadelphia: John Benjamins), 275-324.
— (1991), ‘African American English in the diaspora: Evidence from old-line Nova Scotians’, Language Variation and Change, (3), 301-39.
Portes, Alejandro and Rumbaut, Rubén (1990), Immigrant America (Berkeley: University of California) 202-04.
Portes, Jacques (1994), Le Canada et le Québec au XXème siècle (Histoire Contemporaine; Paris: Armand Colin) 196.
Post, Robert and Rogin, Michael (eds.) (1998), Race and Representation: Affirmative Action (New York: Zone Books) 424.
Post, Washington (2002), ‘Islam’s death wish’, International Heral Tribune (Washington Post), 05.04.2002, p. 6.
Poulsen, Frank Ejby (2008), ‘Cosmopolite, cosmopolitain, cosmopolitisme: définitions et problèmes’.
Poumarède, Jacques (1996), ‘Approche Historique du Droit des Minorités et des Peuples Autochtones’, in Norbert Rouland (ed.), Droit des Minorités et des Peuples Autochtones (Paris: Presses Universitaires de France), 32-154.
Poutignat, Philippe and Streiff-Fenart, Jocelyne (1995), Théories de l’ethnicité (1ère edn., Le sociologue, 1; Paris: Presses Universitaires de France) 270.
Power, Carla (2005), ‘Not the Queen’s English: Non-native English-speakers now outnumber native ones 3 to 1. And it’s changing the way we communicate’, Newsweek, CXLV (10), 46-59.
Preston, Travis (2012), ‘Interdependence of the Movies and on the Stage’, paper given at 10th Interdependence Day: Culture, Justice and the Arts in the Age of Interdependence, Los Angeles, September 8th, 2012.
Prevost-Paradol (1868), La France Nouvelle (4th edn.; Paris: Michel Lévy Frères) 423.
Primor, Adar (2012), ‘Israel, a red spot in a world of Democratic Blue’, Haaretz, 8 november 2012.
Prott, Lyndel V. (1988), ‘Cultural Rights as People’s Rights in International Law’, in James Crawford (ed.), The Rights of Peoples (Oxford: Clarendon Press), 93-106.
Proust, Marcel (1987), A la Recherche du Temps Perdu, 3 vols. (La Pléiade, 1; Paris: Gallimard) 1553.
Pucket, Newbell Niles (1975), Black Names in America (Boston: G.K. Hall).
Puppo, Alberto (2002), ‘Les langues entre traditions et droit: de la traduction radicale au verbalisme interculturel’, Droit et Cultures, 344, 21-31.
Pütz, Martin (ed.), (1997), Language Choices.
Puyalte, Francis (2001), ‘Tsiganes: Une délinquance qui désarme l’Etat’, Le Figaro, 10 septembre 2001, p. 1 & 12.

PART B- DETAILS

Padilla, Amado M. et al. 1991. The English-Only Movement: Myths, Reality, and Implications for Psychology. American Psychology (Feb.):120.

Page, Clarence. 1989. African American or Black? It’s debatable”. Detroit Free Press, January 1, 1989, A1, A 12.

quoted Reverend Jackson:.”..just as we were called colored, but were not that…and then Negro, but not that…to be called Black is just as baseless…Black tells you about your skin color and what side of town you live on. African American evokes discussion of the world.”

Painchaud, G. 1993. L’enseignement des langues aux jeunes Québecois des communatués culturelles: Politiques et Programmes. Journal of the Canadian Association of Applied Linguistics (15):7-22.

Palmer, E (2007 ), Judicial Review, Socioeconomic Rights, and the Human Rights Act, (Oxford: Hart).

quoted by Morris, Lydia (2012 ), ‘Citizenship and Human Rights’, The British Journal of Sociology 2, 63 (1).

Palmor, Yigal (2013), ‘Porte-parole du ministère des affaires étrangères’, paper given at JCall trip to Israel and Palestinian Territories, Jerusalem.

Quand Salam Fayad a démissionné. Le plus grand service que l’on a pu lui rendre c’est de ne faire aucun commentaire. Il est énormément apprécié et considéré comme très crédible mais on n’a pas le droit de le dire. La seule chose qu’Israel peut faire pour le renforcer serait de le mettre en prison. Jeu très pervers de la politique moyen-orientale. Les choses ne sont pas aussi simples qu’elles ne paraissent pas. Essayez de comprendre ce que je ne dis pas. Lorsqu’Ehud Olmert a reçu AM avec une grande accolade, il fut assassiné par les médias palestiniens. Idem la fois suivante, moralité, Anapolis. Al-Jazira a obtenu les papiers palestiniens pour montrer que les palestiniens ont trahi. AM est dans une position où il doit tout démentir. Perversité des faits. de la même manière pour les hommes politiques israéliens.
Netanyau est venu au ministère des affaires étrangères. huis clos. relations avec les palestiniens: Israel se doit de parvenir à un accord sous peine de devenir ujn Etat binational. En même temps nécessité de préserver la sécurité. Efforts avec Secrétaire d’Etat américain. Paix économique sur le grand territoire de la cis-jordanie. Cette paix ne peut pas se substituer à une paix politique. Accord par négociation direct. tenter d’entamer négociation directel Aucun tabou, mais l’accord définitif mais je mettrai des conditions, surtout que cet accord déclare la fin du conflit.
L’Etat palestinien n’est pas la question, ils l’auront, mais vont-ils s’arrêter là. Il voudra obtenir la reconnaissance officielle par les Palestiniens d’Israel comme lÊtat Nation du Peuple juif.
Racine du conflit n’est pas la ligne verte ou les implantations, c’est Haifa, Jaffa et St-Jean d’Acre ou Ashkelon car c’est là que la présence d’Israel doit être reconnue comme légitime. Il est prématuré de donner des détails. Pour l’instant il faut trouver un common ground. Kerry a une énergie et énorme enthousiasme. Il a fait un énorme pas, le rapprochement avec la Turquie
Monsieur, nous ne prenons plus d’ordre de Monsieur (Lapid). Il n’observe pas le shabat et le fait savoir. Nouvel esprit Israélien. Surprenant qu’il ait inclus Bait Hayehudi, parti le plus extrémiste. La coalition tient bon. C’est surprenant que cette coalition tienne.
¨La négociation avec les Palestiniens se fera avec le monde arabe. Dire qu’il est plus chamboulé que jamais, c’est peu dire, en Syrie, Liban et Egypte. La démocratie n’est jamais apparue en un jour, mais pendant qu’il vivront leur version de la terreur, du directoire voire de Napoléon…grave problème dans le Sinai, problème de plus en plus pesant dans le Nord. Dans ces circonstances, persuader les israéliens dans le renoncement à d’autre territoires du pays devient complexe. Kerry essaie d’embarquer la ligue arabe. Echange de territoire: ce n’est pas un bouleversement, c’est un acquis. Il faut positiver. Rapprochement loin d’être abouti avec la Turquie. Première visite d’un PM azerbaijani en Israel alors qu’il est limitrophe de l’Iran et sous influence turque.
Enorme vente d’arme US au PO. cela n’a pas l’air encourageant, mais elle annonce une alliance objectgive entre Israel et certains pays du golfe sans l’annoncer publiquement.
Abdallah dit du bien de Netanyau. Très grand changement en coulisse. Coopératoin Israêl-Jordanie déjà excellente est à présent incontournable en raison de la situation syrienne. Coopération stratégie-renseignement. Sous égide américaine car francais et anglais ne prennent pas le relais. On est loin d’avoir tout réglé, mais climat de coopération indéniable.
L’ombre de l’Iran plane sur tout ça. Menae très grave sur PI du Golfe et Jordanie. Hezbollah armé et entrainé par Iran. Assad était une dictature sanguinaire MAIS laïque, maintenant allié au régime théocratique des mollahs. Argent arabie Saoudite, proche turnquie et civerses tendances Al-Qaida. On pense savoir que le régime d’Assad ne résistera pas aux assauts répétés, mais on voit mal comment il pourrait s’en sortir. Inconnue pour la suite. Nouvelle somalie? Sans gouvernemnt central à Damas, on n’a pas d’interlocuteur mais des groupuscules djihadistes, donc irresponsabilité totale et violence. L’Iran vise d’abord d’Arabie Saoudite avant Israel. Liens tribaux: la syrie est restée profondément tribale, peu moderne et ses tribus sunnites ont toujours maintenu relations avec Golfe. Quatar est de même affinité tribale. Concurrence du golfe est la raison même de Al-Jazeera, coupe du Monde. Elément Kurdes pouvant entrainer un grand ou moyen Kurdistan. Iraq en état de guerre avec Israêl depuis 49 ,mais loi modifiée avec les Kurdes. Visites, coopération.
Voilà le proche-orient dont on ne vous parle pas. Voir notre page FB en arabe 250’000 amis de la page. Une goutte dans l’océan du monde arabe. Il réagissent, écrivent, nous insultent. Nous répondons toujours s’il y a du fond. Parfois cela peut faire des merveilles. Il est difficile de passer aux mains sur FB. On est au moins en train de se parler. Nous avons inventé l’irrigantion au goutte-à-goutte.

EAU: L’eau ne manque plus car on dessaline à tour de bras. Et on la partage avec Palestiniens et Jordaniens. Le problème est que les Palestiniens ne veulent pas d’eau dessalinée car ils renoncent à leurs droits à leurs nappes phréatiques. Derrière le partage de l’eau il s’agit de politique. Institut d’Hydrologie à OMAN comprenant OMAN & PI arabes, Israel, palestiniens, fonctionne, rencontres Israélo-arabes. Aucun journaliste ne s’intéresse à cela. ça marche et ça continue.

GEL DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION DANS LES PLANTATIONS: Obama a préféré réinventer la roue et tout le monde a envoyer valser le processus d’ANAPOLIS. Moralité refus total sauf 10 mois de gel des constructions du coté israélien. Ce n’était pas une mesure en soi mais un geste poru amener les Palestiniens aux négociations.

Les Egyptiens ne sont plus du tout dans le coup, ce qui est dramatique.

La nouvelle idée est la vieille idée: on définit les TOR puis on se met à se parler.

Parain, B. 1942. Recherches sur la Nature et les fonctions du Langage. Paris: Idées Gallimard.

Pardo, Carlos. 1997. CINQUANTENAIRE DU FESTIVAL DE CANNES. LE MONDE DIPLOMATIQUE (MAI): 26 et 27.

EN Europe, les films européens circulent difficilement. Ils n’ont, pour principal débouché, que le parc de leurs salles nationales, dont les écrans sont accaparés par les productions d’Hollywood (1). La part de marché de celles-ci n’a cessé de croître dans tous les pays de l’Union européenne, quelle que soit la qualité des productions locales.

Pourtant, une étude (2) a révélé que l’Europe de l’Ouest est, depuis le début du siècle, la région la plus prolifique en matière de production filmique, devant les Etats-Unis, l’Inde et l’Extrême-Orient. En 1995, par exemple, l’Union européenne avait produit 550 films ; les Etats-Unis à peine 450. Et, pourtant, les seuls films qui s’imposent aux quatre coins de la planète sont ceux d’Hollywood…

Ces longs-métrages savent jouer à merveille avec les pulsions primaires du  spectateur. Hollywood ” impose une catharsis, constate Frédéric Sojcher (3), la violence, les effets spéciaux, le rythme étant une manière de désangoisser, de résoudre par procuration les tensions métaphysiques qui nous animent. Il est devenu ce que Serge Daney appelait un “cinéma de promoteurs”, un cinéma-concept composé essentiellement d’effets spéciaux : on va voir les Martiens attaquer l’Amérique (Mars Attacks) comme on va voir une tornade s’abattre sur une ville (Twister) “.

Toute tentative de cinéma différent, proposant un autre regard sur le monde avec un souci d’écriture cinématographique originale, ne supporte pas la concurrence avec les mastodontes hollywoodiens, dont la récente cérémonie de remise des Oscars a mis en évidence l’affligeante pauvreté esthétique (4). Par ailleurs, les indispensables effets spéciaux – technologie dominée par l’Amérique – ainsi que les salaires astronomiques des vedettes ont conduit à une augmentation vertigineuse des coûts de production,
impossibles à amortir sur le seul marché intérieur. Le coût moyen d’un ” film global “, à Hollywood, est de quelque 40 millions de dollars (celui d’un film français, de 5 millions de dollars) (5).

Pour être rentable, chaque production doit être lancée à l’échelle planétaire comme un événement de masse, avec des stratégies de publicité proprement guerrières. Un long- métrage joue sa carrière la première semaine de son exploitation. La campagne publicitaire démarre six mois avant la sortie. Le coût de celle-ci peut atteindre jusqu’à 25 millions de dollars. L’objectif ? Des recettes au moins deux fois supérieures au
budget de production. Comme les studios atteignent rarement ces résultats sur leur seul marché national, ils se lancent férocement à la conquête des écrans de la planète.

Avec de telles méthodes, beaucoup de films américains réalisent plus de recettes à l’étranger qu’aux Etats-Unis (6). Par exemple : Une journée en enfer totalise 253 millions de dollars à l’étranger et seulement 100 millions aux Etats- Unis ; Waterworld n’est pas parvenu à l’amortissement en Amérique (88 millions de
recettes) mais a réalisé 166 millions de dollars à l’étranger. L’acteur Sylvester Stallone, qui n’attire plus vraiment les spectateurs américains, doit son récent cachet de 20 millions de dollars par film à ses succès sur le marché extérieur (ses derniers longs-métrages ont fait, en moyenne, entre 30 et 50 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis, mais plus de 100 millions à l’étranger).

Six firmes ( majors) américaines se partagent le marché mondial de la distribution. Elles n’hésitent pas à recourir au système de blockbooking : pour tout film à gros succès prévisible ( blockbuster), l’acheteur est obligé de prendre une série d’autres films, souvent invendables à l’unité. Cela est dénoncé, en premier lieu, par les cinéastes- créateurs américains eux-mêmes, héritiers des grands réalisateurs qui eux- mêmes ont marqué l’histoire d’Hollywood.

Un continent sous tutelle culturelle

L’HÉGÉMONIE américaine maintient sous tutelle cinématographique le Vieux Continent. Elle bénéficie de collaborateurs locaux devenus de véritables chevaux de Troie. En France, par exemple, dans le domaine de la distribution en salles, deux des trois grands circuits (que l’Etat avait contribué à renforcer) sont liés à des majors : Gaumont à Buena Vista (représentant des studios Disney) et UGC à Fox- Turner (7).

Ces deux géants distribuent désormais un nombre deux à trois fois plus important de films américains que de films français. Toutes salles confondues, les longs- métrages d’outre-Atlantique disposent, en première semaine d’exploitation, en France, d’une moyenne de 142 écrans, quand elle est de seulement 61 écrans pour les films français…

Parmi les cinématographies européennes, la française passe pourtant pour l’enfant gâtée : une taxe prélevée sur les recettes des salles (la TSA) est réinjectée dans la production pour sauvegarder la création filmique.
La réglementation oblige également les chaînes de télévision à participer à la coproduction des films. Mais ce modèle français n’a malheureusement pas été adopté ailleurs.

Le cas du cinéma britannique est aussi cité en exemple dans un paysage européen passablement sinistré. La fréquentation des salles, qui avait chuté de manière spectaculaire au Royaume-Uni au début des années 80, a doublé depuis l’apparition des salles multiplexes (10 à 15 écrans). Et la production, grâce notamment à la
politique volontariste de la chaîne de télévision Channel Four, n’a cessé de progresser, passant de 24 films en 1981 à 114 en 1996 (8). Mais ces chiffres sont un trompe-l’oeil. Les investissements dans les nouvelles salles sont pour l’essentiel faits par les majors américaines soucieuses de reconquérir ce marché anglophone ” naturel “. 85 % des entrées sont réalisées par les films hollywoodiens et la moitié des films britanniques ne connaissent aucune sortie en salle. Quant à la production, il est devenu difficile de distinguer les films strictement britanniques des produits commandités par Hollywood.

Les multiplexes ont également fait remonter la fréquentation en Belgique, pays dont plus de 95 % des foyers sont câblés. Mais, ici aussi, les nouvelles salles géantes ont favorisé l’augmentation de la part du film américain, qui se situe à plus de 75 % (les productions belges n’atteignant pas 2 %). Grâce à un système calqué sur l’avance sur recettes française, ce pays produit néanmoins une vingtaine de films par an.

En Allemagne, il n’existe aucune politique d’aide au cinéma à l’échelle de l’Etat fédéral ; les Länder sont seuls maîtres. Une soixantaine de films (dont 25 % tournés en anglais !) sont produits par an. Le public, ici encore, voit essentiellement des films américains, et aussi des comédies allemandes (la part du cinéma national est passée de 9 % à 17 % en 1996).

En Italie, la prolifération des télévisions privées dès 1975 a fait s’effondrer la fréquentation des salles. Une centaine de films sont produits chaque année, souvent avec des budgets dérisoires. La part de marché du film italien atteint à peine 20 %, tandis que les films américains attirent plus de 75 % du public.

En Espagne, la distribution est totalement contrôlée par les majors hollywoodiennes ou par leurs filiales locales. Les films espagnols (60 par an) totalisent 10 % des entrées, et ce parce que ce pays est le seul de l’Union européenne à exiger des quotas dans ses salles. Le nouveau gouvernement conservateur de M. José
Maria Aznar a tenté récemment de supprimer ces quotas. Mais la mobilisation de cinéastes autour de Pedro
Almodovar l’a fait reculer.

Au total, la part de marché du film hollywoodien n’a cessé de croître en Europe. Elle était à peine de 59 % en 1986 et dépasse aujourd’hui les 75 %… Et la situation va empirer, le Parlement européen ayant affaibli, en novembre 1997, la directive ” Télévision sans frontières “.

Cet essai d’harmonisation des chaînes européennes, mis en place en 1989, préconisait, pour chaque Etat membre, la diffusion, en proportion majoritaire, d’oeuvres européennes, ” chaque fois que cela est réalisable “. Mais l’absentéisme de nombreux eurodéputés a empêché la suppression de cette mention lors de la récente renégociation. Les quotas de diffusion, seule soupape de sûreté pour protéger l’industrie audiovisuelle européenne, et principal enjeu de l’affrontement franco-américain lors des négociations du GATT en 1995, ne sont plus respectés. Les cinéastes ont de quoi être inquiets, car les chaînes de télévision sont devenues la principale source de financement du cinéma en Europe. On estime que la disparition de ces quotas de diffusion rapportera à Hollywood une augmentation de bénéfices de l’ordre de 1 à 2 milliards de dollars (9). Et menacera toutes les industries de l’audiovisuel qui assurent, sur le Vieux Continent, plus de 1 800 000 emplois…

La bataille pour l’exception culturelle n’a pourtant pas cessé depuis la fin des négociations du cycle de l’Uruguay. Au sein de l’OCDE et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la France est quasiment isolée. Seul, le Canada – soucieux de voir perdurer sa propre exception culturelle obtenue en 1993 lors de l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena) – et la Belgique soutiennent la France. Les Etats-Unis n’ont pas hésité, de leur côté, à menacer de rétorsions commerciales les nouveaux pays membres de l’OCDE, comme la Tchéquie ou la Hongrie, afin qu’ils renoncent à toute protection dans le secteur culturel (10).

Simultanément, en France, une autre bataille se déroulait, celle du numérique. Elle opposait les deux principaux bouquets (CanalSatellite et TPS) associés à des majors hollywoodiennes (chargées d’alimenter en longs-métrages les programmes). CanalSatellite s’est allié à cinq studios : MCA/Universal, Disney, Warner, Columbia et Fox. TPS, bouquet regroupant notamment TF 1, France Télévision et M 6, a tissé
des liens avec Paramount, MGM et MCA. On peut sérieusement s’interroger sur la place qui sera faite, sur ces nouvelles chaînes, à la production française et européenne en dehors des films de catalogue (11),  d’autant que MCA prévoit la création d’une série de chaînes ” spécialement conçues pour le marché français “.

Dans ce domaine de la consommation de films à domicile, on ne peut oublier le secteur de la vidéo, également conquis par les studios américains, qui, tout comme pour la distribution en salles, ont su filialiser des sociétés françaises, et au sein duquel la part du film français ne dépasse pas 10 %.

Les initiatives de Bruxelles en matière de soutien au cinéma, par l’intermédiaire du plan Média, n’ont pourtant jamais manqué. Un système d’aide automatique vient d’être mis en place grâce au plan Média II.
Les distributeurs européens seront incités financièrement s’ils diffusent des films européens non produits ou coproduits par leur pays. L’aide sera proportionnelle aux résultats et réinvestie pour la diffusion de tout autre film correspondant au même cas de figure. Timide mesure, cette prime au succès bénéficie d’une enveloppe d’à peine 5 millions d’écus (environ 32,5 millions de francs) et ne sera affectée à la distribution
qu’à titre d’expérience sur deux années. Pour se faire une idée de l’importance accordée au sein de l’Union européenne à la culture, il faut savoir que Bruxelles a consacré à la politique audiovisuelle un budget de l’ordre de 5 à 10 % du montant des subventions affectées aux planteurs de tabac !

Dans le contexte des grandes manoeuvres actuelles dans les industries culturelles (12), certains commissaires européens, sensibles aux pressions des Etats-Unis, réclament une convergence de l’audiovisuel et des télécommunications ; ils militent pour la disparition de toutes les réglementations qui, tant bien que mal, protégeaient ce secteur (13).

Cette nouvelle menace constituera une petite ombre sur les joies festives de Cannes.

(1) Lire ” Le cinéma français étouffé par Hollywood “, Le Monde diplomatique, mai 1996.

(2) Screen Digest, 1995.
(3) Enseignant-chercheur à l’université Paris-I- Sorbonne, responsable de l’ouvrage collectif Cinéma européen et identités
culturelles, Ed. Université de Bruxelles, 1996.
(4) Cf. Le Monde, 26 mars 1997.
(5) 1 dollar = 5,6 F.
(6) Bon an, mal an, les films hollywoodiens réalisent 60 % de leurs recettes à l’étranger et 40 % sur le marché domestique.
(7) Anatole Dauman, ” Contre l’oppression d’Hollywood… “, Manière de voir, hors-série, mars 1997.
(8) Lire Gareth McFeely, ” Regards acides sur la société britannique “, Le Monde diplomatique, février 1997.
(9) René Bonnell, La Vingt-Cinquième Image, Gallimard, rééd. 1996.
(10) Le Monde, 19 juin 1996. Lire également Aline Pailler et Claude Michel, ” Un enjeu culturel “, in ” Liber “, supplément,
à Actes de la recherche en sciences sociales, mars-avril 1997.
(11) Canal a récemment acquis le monumental portefeuille de films d’UGC : quelque 5 000 titres.
(12) Lire Ignacio Ramonet, ” L’empire américain ” et ” Apocalypse médias “, Le Monde diplomatique, respectivement
février et avril 1997.
(13) Lire Serge Regourd, ” De l’identité du cinéma européen, de ses protections juridiques et de leur remise en cause “, ”
Liber “, Paris, supplément à Actes de la recherche en sciences sociales, Paris, mars-avril 1997.

LE MONDE DIPLOMATIQUE – MAI 1997 – Pages 26 et 27
http://www.monde-diplomatique.fr/1997/05/PARDO/8151.html

TOUS DROITS RÉSERVÉS © 1999 Le Monde diplomatique.

___ 1998. 51e FESTIVAL DE CANNES :Marketing contre cinéma d’auteur. Le Monde Diplomatique (11 mai):28.

A notre ami Anatole Dauman, producteur indépendant, implacable adversaire de l’impérialisme hollywoodien et de ses zélateurs français, décédé le 8 avril 1998.

Dans son autobiographie (1), le cinéaste américain John Huston évoque le singulier producteur David Selznick et ses méthodes de travail. En 1947, pour la sortie de Duel au soleil, de King Vidor, Selznick, « qui avait le génie de la publicité », se procura le nom de tous les barmen des Etats-Unis et leur fit envoyer une carte postale, manuscrite, vantant l’oeuvre de Vidor et la sensualité de la comédienne principale, Jennifer Jones. La carte était signée « Joe ». Huston raconte que chaque barman, à l’aide de quelques clients, chercha qui pouvait bien être ce Joe, chacun en connaissant au moins deux ou trois.
Quelque temps plus tard, une campagne d’affichage montrait Jennifer Jones en tenue très sexy. Dans tous les bars, on s’écria : « C’est le film dont nous a parlé Joe ! »

Enfin, toujours selon Huston, Selznick, doutant de la qualité du film, commanda trois fois plus de copies que d’habitude et sortit le long-métrage simultanément dans tous les grands cinémas du pays, de façon à encaisser le maximum de recettes avant que le public n’en vienne à bouder le film. Duel au soleil a ainsi longtemps figuré parmi les dix plus grands succès du cinéma hollywoodien.

L’anecdote, si elle peut prêter à sourire avec le recul, se situe à une époque charnière de l’histoire du cinéma (fin des années 40), celle qui précède l’absorption des majors par des conglomérats étrangers au monde du cinéma. La diffusion simultanée de centaines de copies et l’hégémonie publicitaire sont devenues, depuis, la norme.

En France, où l’on est fier, non sans raison, d’avoir su préserver une cinématographie vivante, ce modèle s’est également imposé en matière d’exploitation cinématographique.

Pour accompagner la spirale inflationniste des films, il est devenu nécessaire de « communiquer » plus fort que le concurrent. Dans un marché saturé par les films-événements, le seuil indispensable à une bonne « lisibilité des produits », comme disent les vendeurs, ne cesse d’augmenter. En France, les investissements publicitaires des distributeurs se sont élévés à 705 millions de francs en 1997, soit une
multiplication par 2,5 par rapport à 1992. Et l’on estime que ce chiffre dépassera les 800 millions en 1998 (2).

Tout est bon pour vendre un film. Argument principal : le nombre d’entrées réalisées aux Etats-Unis. Il se crée alors une sorte de chantage à l’anormalité : ne pas aller voir cette oeuvre devenant synonyme d’exclusion du groupe (3). Dans le cas de Titanic, c’est son coût de fabrication astronomique (200 millions de dollars !) qui est devenu le principal argument de vente pour la Fox, entreprise appartenant au groupe News Corporation, de M. Rupert Murdoch, dont les dizaines de quotidiens, magazines, stations de radio et chaînes de télévision, à travers toute la planète, ont massivement soutenu le film.

La profusion de messages publicitaires crée une réelle confusion entre information et promotion. Pour le lancement de Michael Kael contre la World News Company, une satire des médias, la radio Europe 2 a organisé chaque dimanche, pendant cinq semaines, un rendez-vous de deux heures avec Moustic et Michael Kael, créateurs de la parodie de CNN sur Canal Plus et personnages du film. Cette vraie-fausse
émission était annoncée dans la presse française la plus sérieuse au moyen du même type de pavés d’info-publicité que ceux utilisés pour annoncer, par exemple, le « Club de la presse » d’Europe 1.

Une question divise hypocritement la profession en France : faut-il ou non autoriser, à la télévision, la diffusion de spots publicitaires en faveur des films ? Un minimum d’honnêteté consisterait à reconnaître l’envahissement, dans une bonne partie de la presse et sur de nombreuses chaînes de télévision, de messages publi-rédactionnels sous la forme de reportages sur les lieux de tournage ou à travers la présence d’acteurs venus « vendre » leur dernier film sur un plateau de télévision et nulle part ailleurs. Les majors américaines ont d’ailleurs mis au point un press-kit, constitué de bandes annonces et d’entretiens avec les comédiens principaux, que ne manquent pas de reproduire sans changer une virgule, les yeux fermés, les journaux télévisés et les émissions consacrées à l’actualité du cinéma.

Multiplexes et gadgets

LE film est lui- même devenu une sorte d’espace publicitaire par le biais de l’utilisation, au cours de la narration, d’objets et produits de marques bien précises. Cette méthode existe depuis la mainmise des firmes multinationales sur Hollywood et l’utilisation des films comme support de promotion des produits fabriqués par les autres filiales des groupes propriétaires. Le nec plus ultra en la matière réside dans le
mariage entre le placement de produits lors du tournage et le tie-in : promotion croisée entre la campagne d’une marque, présente ou non dans le film, et celle du film lors de l’exploitation de celui-ci. Ray-Ban a ainsi triplé les ventes du modèle de lunettes porté par les héros de Men in Black grâce à cette méthode. En France, une demi-douzaine d’agences spécialisées dans ce genre de pratiques existent déjà.

Par ailleurs, alors que la fréquentation s’est réduite de moitié depuis les années 50, jamais les Etats-Unis n’ont compté un nombre d’écrans aussi élevé, grâce aux multiplexes. Les firmes américaines ont aisément exporté ce modèle d’établissement, comptant de nombreuses salles et des attractions diverses pour clients assoiffés de nouveaux gadgets (4).

Les firmes américaines font la loi en Asie et en Europe, à l’exception de la France, où l’Etat, pour l’instant, a réussi à protéger les « petits » circuits – Gaumont, Pathé et UGC (5), principaux opérateurs dans l’Hexagone. Des rapports du CNC montrent que les multiplexes ne créent pas un nouveau public mais rendent plus fidèles les occasionnels. Les multiplexes contribuent à gonfler le succès des blockbusters
(meilleures ventes) américains ou français. La survie des exploitants indépendants est menacée.

La construction de plus de 60 multiplexes est annoncée en France d’ici deux ans. Selon M. Jérôme Seydoux, patron du groupe Chargeurs et de Pathé, principal opérateur, la France pourrait compter bientôt 100 à 120 multiplexes (6). Cette idée n’effraie pas le CNC, qui envisage une fréquentation de 200 millions de spectateurs.

Pour alimenter leurs nombreux écrans, les nouveaux exploitants ont besoin de films à large audience et fortement médiatisés. Aux Etats-Unis, il n’est pas rare de voir un distributeur de blockbusters prélever jusqu’à 90 % des recettes aux guichets les deux premières semaines. Le distributeur a tout intérêt à concentrer la carrière d’un film sur un minimum de temps et un maximum de salles.

En France, l’exploitant et le distributeur se confondent en raison de l’oligopole des circuits ; et les villes de province ont chamboulé l’exploitation en obligeant les distributeurs à accroître le nombre de copies mises sur le marché. Depuis 1994 (7), le nombre de films distribués avec plus de 200 copies a augmenté de 84 % ! Celui des films sortis avec plus de 500 copies a été multiplié par 10 ! Les gros distributeurs
adoptent une stratégie publicitaire consistant à occuper le maximum d’espaces tandis que les distributeurs indépendants doivent se contenter des rares brèches du système.

Cette logique de commercialisation des films fait tomber les records. Record du film enregistrant le meilleur « premier jour d’exploitation » en France pour Men in Black, avec 357 622 spectateurs le 6 août 1997 et 552 copies ! Score pulvérisé par la sortie des Couloirs du temps (la suite des Visiteurs), le 11 février 1998, avec 423 691 entrées et 600 copies. Ce film bat également le record d’entrées enregistrées en une semaine (détenu depuis l’année dernière par Le Monde perdu, suite de Jurassic Park), avec 2 655 916 spectateurs.

Record encore pour Titanic, qui fait voler en éclats le score de La Grande Vadrouille (17 millions d’entrées), et que l’on croyait inaccessible à l’époque des Visiteurs (14 millions d’entrées), en 1993. Tous ces records, fortement médiatisés à leur tour et appelés à être battus le mois suivant, ne sauraient cacher l’extrême pauvreté de l’offre que l’on peut observer à l’affiche des salles.

Si les films américains réalisaient 33 % de leurs recettes à l’étranger en 1982, ce taux atteint 55 % en 1997 et devrait être de 80 % d’ici à l’an 2000. Selon l’observatoire de la diffusion, trois fois plus de films américains bénéficient en France de sorties massives. Un long-métrage hollywoodien dispose, en moyenne,
de deux fois plus d’écrans qu’un film français. Les sorties d’oeuvres françaises indépendantes étant
fréquemment limitées à une poignée de salles.

La part de marché du film français retrouve, en 1997, son taux le plus faible de ces dernières années : 34 % – en comptabilisant les 7,6 millions d’entrées réalisées par Le Cinquième élément, tourné en anglais avec des acteurs américains, et vendu internationalement comme un produit hollywoodien (8).

Bien entendu, un film à gros budget, distribué massivement et à l’aide d’une campagne publicitaire de très grande ampleur, ne saurait, en France, être une garantie de succès. En 1997, nombre de films avec ce type de configuration ont connu des échecs retentissants et n’ont pas amorti leur coût ( Un amour de sorcière, Arlette, Rien ne va plus, Marquise, Les Soeurs soleil, XXL, Le Cousin, etc.).

A l’inverse, des petits films aussi différents que Marius et Jeannette, La vérité si je mens, Western ou encore Les Randonneurs ont trouvé leur public. Malgré cela, rien ne semble pouvoir stopper cette folle machine d’étouffement de la création. Rien, sauf peut-être les citoyens-spectateurs qui pourraient bien se lasser un jour d’être considérés comme des atomes écervelés.

CARLOS PARDO.
[Cinéma] [Publicité] [Multinationales]

(1) John Huston par John Huston, Pygmalion, Paris, 1982.
(2) Le Film français, 6 mars 1998.
(3) Lire François Brune, Le Bonheur conforme, Gallimard, Paris, 1985.
(4) Lire Carlos Pardo, « Multiplexes, opération danger » (deux articles) in Cahiers du cinéma, juin et juillet-août 1997.
(5) Cf. Anatole Dauman, « Lettre aux majors d’Hollywood et à leurs zélateurs français », Le Monde diplomatique,
décembre 1995.
(6) Le Film français, op. cit.
(7) En France, les deux premiers multiplexes datent de 1993 et il s’en construit depuis, en moyenne, un par mois.
(8) Ce qui n’a pas empêché Luc Besson de recevoir le César du meilleur réalisateur et ce film d’être, le plus sérieusement du
monde, qualifié de « modèle à suivre » pour que le cinéma français « gagne des parts de marché à l’étranger ».

LE MONDE DIPLOMATIQUE – MAI 1998 – Page 28
http://www.monde-diplomatique.fr/1998/05/PARDO/10497.html

TOUS DROITS RÉSERVÉS © 1999 Le Monde diplomatique.

___. 1999. 52e FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE CANNES: Le cinéma, apanage de quelques nations. Le Monde Diplomatique (11 mai).

La sélection officielle du Festival de Cannes – dont la 52e édition se tient du 12 au 23 mai – se résumera, une fois de plus, à l’affrontement entre les deux derniers pôles de création cinématographique que sont la France et les Etats-Unis. Certes, l’Italie, l’Iran (1) – et surtout la Chine avec deux films – y sont représentés. Mais, sur les trente films sélectionnés, quatorze sont produits ou coproduits par la France et onze par les Etats-Unis.
Ainsi, le film mexicain adapté d’un roman du prix Nobel Gabriel Garcia Marquez (2) n’a pu voir le jour qu’à travers une coproduction internationale entre le Mexique, l’Espagne et la France ; le film israélien a un producteur français (3), de même que le film espagnol (4), le film belge (5), le film géorgien (6), le film russe (7)ou encore le film portugais (8). Des producteurs français ont même permis à des films américains de se faire (9)…

Les films (franco-) africains sont au nombre de deux mais, s’ils sont bien en sélection officielle, ils sont relégués à la section « Un certain regard » qui les prive de compétition pour la Palme d’Or. Quant aux deux films anglais, ils ont été rendus possibles grâce à des studios hollywoodiens (10)… Certes, on trouve dans les sélections parallèles un film turc, un yougoslave, un australien ou un canadien. Mais, on le voit, le successeur de Theo Angelopoulos – dont le film était coproduit par la France (11) – a peu de chances de ne pas être français ou américain. Ce phénomène
en entraîne obligatoirement un autre, celui de ne compter, parmi ces trente films, que deux premiers films, le gros de la sélection étant composée d’auteurs confirmés (Almodovar, Lynch, Carax, Ripstein, Jarmush, Iosseliani, Mikhalkov, Howard, Bellochio, Egoyan, Kitano, Sayles, Sokourov, Herzog, Ruiz, ou encore le
vétéran Manoel de Oliveira qui, à plus de 90 ans, vient à Cannes pour la dixième fois).

Perversion du système des coproductions internationales : seuls les cinéastes reconnus trouvent des subsides à l’étranger. Le cinéaste en herbe, qu’il soit européen, africain, asiatique ou latino-américain, semble n’avoir d’autre choix que celui de tourner avec des bouts de ficelle, les économies nationales sinistrées étant équitablement répandues sur tous les continents.

Cannes n’est que le reflet de ce clivage économique qu’un pays comme la France, par un système d’aides complexe mais menacé de toutes parts (12), parvient encore à masquer quelque peu. Depuis quelques années, la vitrine des images mondiales est surtout devenue l’occasion pour les grandes firmes internationales de revaloriser leur image… de marque. Pas une affiche, pas un entretien, pas une photographie, réception ou fête qui ne soit soumise au parrainage d’une marque. Les 4 000 journalistes et les quelque 100 000 « touristes cinématographiques » qui passeront
cette année sur la  Croisette ne pourront échapper au matraquage publicitaire. Selon les estimations de la Banque de France, les retombées économiques s’élèvent à plus de 600 millions de
francs (13) ! L’apport de ces firmes représentant environ un tiers
du budget de la manifestation, la venue de Canal Plus, L’Oréal,
Mercedes, Renault ou Ray-Ban est, pour les organisateurs, aussi
importante que celle de tel réalisateur ou de telle comédienne.
Cannes est plus que jamais un grand marché où l’on vend, entre
autres « produits », des films. Le plus difficile, en somme, sera
de se concentrer sur le cinéma.

(1) Assemblage de trois courts métrages réalisés par des cinéastes
différents.
(2) Pas de lettre pour le colonel de Arturo Ripstein.
(3) Kadoch de Amos Gitai.
(4) Tout sur ma mère de Pedro Almodovar.
(5) Rosetta de Luc et Jean-Pierre Dardenne.
(6) Adieu, plancher des vaches de Otar Iosseliani.
(7) Le Barbier de Sibérie de Nikita Mikhalkov.
(8) La lettre de Manoel de Oliveira, tout de même produit par Paolo
Branco, le plus français des producteurs lusitaniens, installé à
Paris depuis une vingtaine d’années.
(9) Ghost dog de Jim Jarmush, Une histoire vraie de David Lynch et
Dogma de Kevin Smith.
(10) Wonderland de Michael Winterbottom et Un mari idéal de Oliver
Parker.
(11) L’éternité et un jour.
(12) Lire Christian de Brie, « L’AMI nouveau va arriver », Le Monde
diplomatique, mai 1999.
(13) Cf. Le Film français, n°2772/73, 7 mai 1999.

Parekh, Bhikhu. 1995. The Rushdie Affair: Research Agenda for Political Philosophy. In The Rights of Minority Cultures, edited by W. Kymlicka. Oxford: Oxford University Press.

___(1997), ‘‘Equality in a multicultural society’, in J. Franklin (ed.), Equality (London: Institute for Public Policy Research).
___Parekh, Biku (1999), ‘What is multiculturalism?’ MULTICULTURALISM, a symposium on democracy in culturally diverse societies (Delhi).

The early 1970s marked the emergence of the multicultural movement at first in Canada and Australia and then in the U.S.A., U.K., Germany and elsewhere. It has now begun to dominate the political agenda of even France, the strongest bastion of the nation state, which takes no official note of its citizens’ ethnicity, culture and religion and does not record these in its decennial census. Since the multicultural movement sprang up unplanned in many different political contexts, attracted a diverse cluster of groups, and has so far failed to throw up a coherent philosophical statement of its central principles, it lacks a clear focus and identity. I would therefore like to begin by clarifying what it means and stands for, and then briefly highlight some of the problems facing a multicultural society.

Multiculturalism is best understood neither as a political doctrine with a programmatic content nor a philosophical school with a distinct theory of man’s place in the world but as a perspective on or a way of viewing human life. Its central insights are three, each of which is sometimes misinterpreted by its advocates and needs to be carefully reformulated if it is to carry conviction. First, human beings are culturally embedded in the sense that they grow up and live within a culturally structured world and organize their lives and social relations in terms of a culturally derived system of meaning and significance.

This does not mean that they are determined by their culture in the sense of being unable to rise above its categories of thought and critically evaluate its values and system of meaning, but rather that they are deeply shaped by it, can overcome some but not all of its influences, and necessarily view the world from within a culture, be it the one they have inherited and uncritically accepted or reflectively revised or, in rare cases, one they have consciously adopted.

Second, different cultures represent different systems of meaning and visions of the good life. Since each realises a limited range of human capacities and emotions and grasps only a part of the totality of human existence, it needs other cultures to help it understand itself better, expand its intellectual and moral horizon, stretch its imagination, save it from narcissism to guard it against the obvious temptation to absolutise itself, and so on. This does not mean that one cannot lead a good life within one’s own culture, but rather that, other things being equal, one’s way of life is likely to be richer if one also enjoys access to others, and that a culturally self-contained life is virtually impossible for most human beings in the modern, mobile and interdependent world.

Nor does it mean that all cultures are equally rich and deserve equal respect, that each of them is good for its members, or that they cannot be compared and critically assessed. All it means is that no culture is wholly worthless, that it deserves at least some respect because of what it means to its members and the creative energy it displays, that no culture is perfect and has a right to impose itself on others, and that cultures are best changed from within.

Third, every culture is internally plural and reflects a continuing conversation between its different traditions and strands of thought. This does not mean that it is devoid of coherence and identity, but that its identity is plural, fluid and open. Cultures grow out of conscious and unconscious interactions with each other, define their identity in terms of what they take to be their significant other, and are at least partially multicultural in their origins and constitution. Each carries bits of the other within itself and is never wholly sui generis. This does not mean that it has no powers of self-determination and inner impulses, but rather that it is porous and subject to external influences which it assimilates in its now autonomous ways.

A culture’s relation to itself shapes and is in turn shaped by its relation to others, and their internal and external pluralities presuppose and reinforce each other. A culture cannot appreciate the value of others unless it appreciates the plurality within it; the converse is just as true. Closed cultures cannot and do not wish or need to talk to each other. Since each defines its identity in terms of its differences from others or what it is not, it feels threatened by them and seeks to safeguard its integrity by resisting their influences and even avoiding all contacts with them. A culture cannot be at ease with differences outside it unless it is at ease with its own internal differences. A dialogue between cultures requires that each should be willing to open itself up to the influence of and learn from others, and this presupposes that it is self-critical and willing and able to engage in a dialogue with itself.

What I might call a multiculturalist perspective is composed of the creative interplay of these three important and complementary insights – namely the cultural embeddedness of human beings, the inescapability and desirability of cultural plurality, and the plural and multicultural constitution of each culture. When we view the world from its vantage point, our attitudes to ourselves and others undergo profound changes. All claims that a particular institution or way of thinking or living is perfect, the best, or necessitated by human nature itself appear incoherent and even bizarre, for it goes against our well-considered conviction that all ways of thought and life are inherently limited and cannot embody the full range of the richness, complexity and grandeur of human existence.

We instinctively suspect attempts to homogenize a culture and impose a single identity on it, for we are acutely aware that every culture is internally plural and differentiated. And we remain equally sceptical of all attempts to present it as one whose origins lie within itself, as self-generating and sui generis, for we feel persuaded that all cultures are born out of interaction with and absorb the influences of others and are shaped by wider economic, political and other forces. This undercuts the very basis of Afrocentrism, Eurocentrism, Indocentrism, Sinocentrism and other kinds of centrisms, all of which isolate the history of the culture concerned from that of others and credit its achievements to its own genius.

From a multiculturalist perspective, no political doctrine or ideology can represent the full truth of human life. Each of them – be it liberalism, conservatism, socialism or nationalism – is embedded in a particular culture, represents a particular vision of the good life, and is necessarily narrow and partial. Liberalism, for example, is an inspiring political doctrine stressing such great values as human dignity, autonomy, liberty, critical thought and equality. However, they can be defined in several different ways, of which the liberal is only one and not always the most coherent.

And it also ignores or marginalizes such other great values as human solidarity, community, a sense of rootedness, selflessness, deep and self-effacing humility and contentment. Since it grasps only some aspects of the immensely complex human existence and misses out too much of what gives value to life, liberalism, socialism or for that matter any other political doctrine cannot provide the sole basis of the good society. Political doctrines are ways of structuring political life and do not offer a comprehensive philosophy of life. And even so far as political life is concerned, they need to be interpreted and defined in the light of the wider culture and the unique history and political circumstances of the community concerned.

From a multiculturalist perspective the good society cherishes the diversity of and encourages a creative dialogue between its different cultures and their moral visions. Such a society not only respects its members’ rights to their culture and increases their range of choices but also cultivates their powers of self-criticism, self-determination, imagination, intellectual and moral sympathy, and contributes to their development and well-being.

If some groups in it wish to lead self-contained lives and avoid interaction with others, it should respect their choices so long as they meet the consensually derived basic conditions of the good life. A multicultural society should not repeat the mistake of its monocultural counterpart by requiring that all its communities should become multicultural. Indeed, it is precisely because it cherishes cultural plurality that it accommodates those that do not share its dominant cultural ethos.

A multicultural society cannot be stable and last long without developing a common sense of belonging among its citizens. The sense of belonging cannot be ethnic and based on shared cultural, ethnic and other characteristics, for a multicultural society is too diverse for that, but must be political and based on a shared commitment to the political community. Its members do not directly belong to each other as in an ethnic group but through their mediating membership of a shared community, and they are committed to each other because they are all in their own different ways committed to a common historical community. They do and should matter to each other because they are bonded together by the ties of common interest and attachment. This is why, although they might personally loathe some of their fellow-members or find their lifestyles, views and values unacceptable, their mutual commitment and concern as members of a shared community remain unaffected.

The commitment to a political community is highly complex in nature and easily misunderstood. It does not involve commitment to common goals, for members of a community might deeply disagree about these, nor to a common view of its history which they may read very differently, nor to its form of government about which they might entertain very different views, nor to its dominant cultural ethos which some might strongly disapprove of. The commitment to the political community involves commitment to its continuing existence and well-being, and implies that one cares enough for it not to harm its interests and undermine its integrity. It is a matter of degree and could take such forms as a quiet concern for its well-being, deep attachment, affection, and intense love.

While different citizens would develop different emotions towards their community, what is necessary to sustain it and can legitimately be expected of them is a basic commitment to its integrity and well-being, what one might call patriotism or political loyalty. Guided by such loyalty, they might criticise their form of government, institutions, policies, values, ethos and dominant self understanding in the strongest possible terms if they think that these harm its survival and well-being. Their criticisms need not arouse unease or provoke charges of disloyalty so long as their basic commitment to the community is not in doubt. Patriotism is not the monopoly of the conservatives, and the socialists, the radicals and the communists can be loyal to their community just as much as and even more than they are.

Commitment or belonging is reciprocal in nature. A citizen cannot be committed to her political community unless it is also committed to her, and she cannot belong to it unless it accepts her as one of it. The political community therefore cannot expect its members to develop a sense of belonging to it unless it in turn belongs to them. It must, therefore, value and cherish them all equally and reflect this in its structure, policies, conduct of public affairs, self-understanding and self-definition. This involves granting them equal rights of citizenship, a decent standard of living, and the opportunity to develop themselves and participate in and make their respective contributions to its collective life.

In a multicultural society different communities have different needs, and some might be structurally disadvantaged or lack the skill and the confidence to participate in the mainstream society and avail of its opportunities. Both justice and the need to foster a common sense of belonging then require such measures as group-differentiated rights, culturally differentiated applications of laws and policies, state support for minority institutions, and a judicious programme of affirmative action.

Although equal citizenship is essential to fostering a common sense of belonging, it is not enough. Citizenship is about status and rights; belonging is about acceptance, feeling welcome, a sense of identification. The two do not necessarily coincide. One might enjoy all the rights of citizenship but feel that one does not quite belong to the community and is a relative outsider, as do some groups of African-Americans in the United States, Afro-Caribbeans and Asians in Britain, Arabs in France and Israel, and Muslims and, until recently, Sikhs in India.

This feeling of being fully a citizen and yet an outsider is difficult to analyse and explain, but it can be deep and real and seriously damage the quality of one’s citizenship as well as one’s sense of commitment to the political community. It is caused by, among other things, the manner in which the wider society defines itself, the demeaning ways in which the rest of its members talk about these groups, and the dismissive or patronizing ways in which they treat them. Although members of these groups are in principle free to participate in its public life, they often stay away for fear of rejection and ridicule or out of a deep sense of alienation.

When the dominant culture defines the minorities in a demeaning way and systematically reinforces it by all the institutional and other means at its disposal, they consciously or unconsciously internalize the negative self-image, lack self-esteem, and feel alienated from the mainstream society. As Charles Taylor correctly observes, social recognition is central to the individual’s identity and self-worth and misrecognition can gravely damage both. This raises the question as to how the demeaned minorities can secure recognition, and here Taylor’s analysis falters. He seems to take the rather naive liberal view that the dominant group can be rationally persuaded to change its view of them by intellectual arguments and moral appeals. This is to misunderstand the dynamics of the process of recognition.

Misrecognition has both a cultural and a material basis. The American Whites, for example, take a demeaning view of Blacks partly under the influence of the racist culture, partly because this helps them justify the prevailing system of domination, and partly because the deeply disadvantaged Blacks do sometimes exhibit some of the features that confirm White stereotypes. Misrecognition, therefore, can only be countered by undertaking a rigorous critique of the dominant culture and radically restructuring the prevailing inequalities of economic and political power.

Since the dominant group generally welcomes neither, recognition is not given willingly as a gift or an act of grace. It needs to be fought for and involves a cultural and political contestation and sometimes even violence as Hegel stressed in his analysis of the dialectic of recognition and which Taylor’s sanitized version of it ignores. The Muslim protests in Britain in the aftermath of the publication of Salman Rushdie’s The Satanic Verses were a good example of this. The increasingly Hindu orientation of India’s political culture and national self-understanding, with its consequent marginalisation of the minority communities, has understandably led the latter in recent years to mobilise themselves and press for their adequate political recognition. The wisdom of a multicultural society consists in its ability to anticipate, minimize and manage such demands.

Multicultural societies in their current form are new to our age and throw up theoretical and political problems that have no parallel in history. The political theories, institutions, vocabulary, virtues and skill that we have developed in the course of consolidating and conducting the affairs of a culturally homogeneous state during the past three centuries are of limited help, and sometimes even a positive handicap, in dealing with multicultural societies. The latter need to find ways of reconciling the legitimate demands of unity and diversity, of achieving political unity without cultural uniformity, and cultivating among its citizens both a common sense of belonging and a willingness to respect and cherish deep cultural differences.

This is a formidable theoretical and political task and no multicultural society has so far succeeded in tackling it. The erstwhile Soviet Union and Yugoslavia lacked the requisite imagination and wisdom and met their doom. Even such affluent, stable and politically mature democracies as the U.S.A. and the U.K. and France have so far had only a limited success, and show signs of strong moral and emotional disorientation in the face of increasing minority demands for recognition and equality. Thanks to the wisdom of its founding fathers, and the judicious balance between unity and diversity embodied in the Indian Constitution, India has managed to persist for five decades as a territorially intact and moderately successful polity.

The political context in which the Constitution was drafted has however altered considerably. The Constitution presupposed a much higher rate of economic growth and a much greater degree of equitable distribution of resources among the diverse communities than has proved to be the case. It took full account of religious and a rather limited account of cultural diversity, but none of ethnic self assertion. Assuming, paradoxically, that India had minorities but not a majority, it sought to nurture the former’s cultural self-expression but not the latter’s and allowed the minorities to act as collective agents while ignoring the real and fraught possibility of the majority becoming integrated and acting as a collective subject.

It also assumed a culturally neutral and socially transcendental state, able to ensure political impartiality, and did not anticipate that a determined majority might culturally monopolise the state and use it to enforce a narrow vision of India. Now that these and other possibilities have materialized, we need to undertake a radical reconsideration of some of the constitutive principles of the Indian state, and find a historically more sensitive and realistic way of evolving political unity out of the newly emergent forms of diversity. There is little sign that we have even begun to grasp the enormity of the problem facing us, let alone explore ways of tackling it.

— (2009), ‘Interdependence Day: Keynote address’, in Benjamin Barber (ed.), Art, Religion, and the City in the Developing World of Interdependence (Istanbul).

We are interdependent.
3 main issues:
1) Prosperity depends on other countries prosperity;
2) Climate Change;
3) Moral and cultural interdependence
Multiculturalism is not absolutely true or correct if it doesn’t dialogue with other civilisation and cultures.
Ethics and politics of solidarity
Barber’s point with the IDDay concept was to build up a network and movement recognizing interdependence…what are the specific forms for that interdependence?

Religion: Matters to lots of people whether we believe or not. It’s a shaper of civilisation, an integral part of it! It leads to conflicts when it’s centered on its own perspective and it can create unity when it deals with a transcendental humanity, a common human brotherhood.
One major question: why should religion (THE finder of THE revelation) dialogue with another religion holding the same standpoint…except in the perspective of proselytism. In fact, the transcendental principle is only partly reflected in each religion. We need bothe inter and intra religious dialogue;
Development: has increasingly been equated with economic prosperity. Social, moral development have been set apart and should be included into the notion of development, not only economy. We should be focused, not on GDP or GNP but on a well-being index (how can we cash on it?). A normative sense of development should include all aspects of humanity.
Women: Almost all religions have been patriarcal. Yet all of them have given, built into them, the recognition of women. Nevertheless, discrimination exists!
How can we exploit fully emancipation sources of our civilization. There cannot be a unique definition of full gender equality.Cannot apply worldwide.

CONCLUSION: How do you recognize difference? Women are asked to pay a heavy price by being asked to be men as well as women!
open question for this conference: Self-chosen difference and equality!

Parry, Geraint. (1991(1985)), ‘Paths to citizenship’, in Ursula Vogel and Michael Moran (ed.), The frontiers of citizenship (New York: St Martin’s Press).

Pascal-Moussellard, Olivier. 2000. Melting Poste: Les Télévisions ethniques aux Etats-Unis. Télérama, 19 avril, 82-86.
Paton, Alan. Cry, the beloved country.

Mini-channels ou grands réseaux, aux Etats-Unis, plus de 600 chaînes s’adressent aux minorités distillang infos pratiques et nouvelles du pays en VO. Est-ce vraiment bon pour l’intégration ?

San Francisco, 23 mars 2000, Angelina Wong, jeune reporter à KTSF, une chaîne câblée multiethnique, entre au pas de course dans un restaurant de Chinatown. Au menu: la remise d’un prix honorifique par une organisation bouddhiste internationale., Interviews en cantonais (…) et voilà Mme Wong repartie pour le siège de la police de San Francisco

Paton, Alan (1948), Cry, the beloved country.

Uncle Tom’s Cabin equivallent in South Africa

Pavlenko, Aneta (2005), Emotions and Multilingualism (Cambridge, MA: Cambridge University Press).

recommended by Larissa Aronin

Payne, Richard. 1998. Getting Beyond Race: The Changing American Culture, Westview Press. Boulder, Colorado: HarperCollins Publishers, Inc.

Preface xi
Acknowledgments xv
1 Strategies for Getting Beyond Race: Reframing the Problem 1
Seeing Race 2
From Racial Identitiy Politics to Inclusion 5
The Dangers of Victimology 8
Reframing the Problem 9
From Race to Universal Virtues 13
Embracing Positive American Values 16
Focusing on Success, Not Failure, 17
Encouraging a Bottom–Up Approach to Race Relations 21
Builidng Coalitions based on Common Interests 22
Negotiating Differences 25
Builing Trust and Social Capital 28
2 Inventing Race: The Social and Scientific Construction of Reality 31
Common Origins 31
The Social Construction of Race 33
Economic Interests and the Construction of Race 37
Racial Classification: Strengthening the Boundaries 41
Race, Science and Intelligence 44
Race as Magic, Myth and Totem 49
3 The Changing American Culture: Challenges to Race 53
The Concept of Culture 53
Race and American Culture 55
The Myth of Separate Black and White Cultures 55
Multiculturalism: A Two-Edged Sword 59
The Family as an Agent of Change 61
Interpersoanl Contacts 64
Fraternizing at College 67
The Media and Cultural Change 70
Religion and Cultural Change 72
Sports: A unifying Force 75
Generational Replacment and Demographic Change 77
4 The Military: model of Success in Race Relations 81-106
5 Promoting Equal Opportunity and Treatment 107
Toward a Color-Blind Society 107
Definitions and Public Perceptions of Qual Opportunity 110
Testing, Merit, and Qualifications 112
Background to Affirmative Action 115
Arguments for Affirmative Action 118
Arguments against Affirmative Action 124
Possible Solutions 127
6 Immigration and Travelling Abroad: Undermining the Concept of Race 131-152
7 Interracial Relationships and the One-Drop Rule 153-174
8 Transratia Adoption: Building Bridges that Transcent Race 175-192
CONCLUSION: Getting Beyond Race 193-200
NOTES 201
SELECTED BIBLIOGRAPHY 223
INDEX 233

Paz, Ilan (2016), ‘Israel entre chaos régional et défis intérieurs’, paper given at Israel entre chaos régional et défis intérieurs, Théatre Adyar, 10 avril 2016.

a arrêté Bargouti, a quitté l’armée.
Comment envisage-t-il la situation au proche-orient

Important to hear from Israelis directly regarding their point of view on the conflict. I’m representing myself. I agree with most but not for all the Israeli Government’s activities. Some things, I believe we are doing wrong.
Reality in middle east is very complicated, unacceptable and can be dangerous to Israel and other countries involved. In hand with this situation, this reality creates opportunities to change the reality for Israel. The dissolution of Iraq, Syria (1st line) and Libya (2nd line) is good news and an option to change reality. It creates a step for decreasing of the volume of enemy countries. Nevertheless, the alternative for this decreasing of threat might also be replaced by an even greater danger. Replacement might be less rational, less responsible. Radical islamism reaction towards Israel however is potentially a major threat for Israel. We have to identify alliances of countries called by israel Coalition from Evil (Iran with hezbollah). For Israel: it could also create opportunities . We have to identify the interest of each super powers,
Penetration of radical islamism in the west bank that could turn the political national regional conflict with a religious one would mean the end of any further hope of peace agreement (“Israeli threat to Islam holy places). Last risk for Israel and actually to the world is the risk of unconventional weapons (nuclear, chemical, biological) into the hands of irrational people like the leaders of radical religious movement.
In this reality, we have to identify what can Israel do in order to react.
2 main directions:
1) remaining passive and uninvolved. We aren’t a target for the moment for ISIS. They don’t deal with Israel, thus we simply surround ourselves with fences, letting the wave passe beyond us and hope that it ends soon.
2) find a way to identify common interest to ally with countries (Egypt, Jordan, Saudi Arabia and Gulf Countries, the regional “good guys” in the region) in order to defend themselves and ourselves.
Unfortunately, the Israel Government presently acts according to the first alternative (fences with Syrian, Jordan, Lebanon, missiles…). What we hear is the usual “old ghetto” theory…
We have to keep our army the strongest in the region. We have to look at who is planning to attack us and attack it before but at the same time, we need to seek for these alliances. Unfortunately it cannot be done until we have solved the conflict with the Palestinian. Any alliance is jeopardized until we show the world that we make an effort to reach a peace agreement and find a way to solve the problem with Gaza (although it’s hopeless as long Hamas leads it). The relationship with the rest of the Arab World won’t happen until this condition is filled.
What military help can you expect from the US? We have a prime minister who doesn’t talk with the president of the USA. All I can say, it’s that USA is for a two-states solution, but it’s not an issue on the table at the moment. Nobody does anything despite their proclamation in favour of such a solution. Under the table, there are several activities which, I’m afraid, will create a situation in the near future, when the 2-state solution no longer exists.
The time isn’t with us regarding this point. As long as we don’t reach an agreement, the point of non-return regarding the 2States solution is getting closer.

Comment l’administration civile se passe dans les territoires sans trop d’oppression?
Let me describe the reality of security briefly. A year and a half after the last opperation against hamas. A cease-fire exists with a minimum number of events. both sides are preparing for the next crisis and operation between israel and hamas. Our mistake, in my opinion is that we should have participated in the world effort to rebuild the Gaza strip. Without some kind of agreement betweenisrael and hamas, no conflict resolution. Hamas need rebuilding. All the world agreed to participate to this effort but nothing has been done yet and the opinion in Gaza is to have their revenge.
Regarding the knife terror, third intifada…whatever you call it, is made by young people incitement is made through the internet. I believe that this wave of terror has nothing to do with what Europe is undergoing with the radical islamists. It came out of a fear of a threat for the moslem holy sights in Jerusalem. Now it’s a national issue. Netanyahu is putting ourselves in front of ISIS whereas it’s absolutely not the case. Nowadays, hezbollah is dealing with Syria, trying to create a new area of terror in the golan heights, but although it’s a very delicate situation which is potentially very aggressive. We are fearing the next round of missiles from Hezbollah. Syrian army is in very bad condition and doesn’t play any game against Israel.
Iran is the only direct threat right now. But after the agreement, it’s not an immediate one. Israel believes that after the end of the agreement, it will take very little time for Iran to get the nuclear weapon but it’s 15 years down the road from now.
The real threat between Israel and Hezbollah could still indirectly come through Iran. The security issue isn’t the real problem righ tnow. Threats are: losing democracy, loss of opportunity to separate from Palestinians and keep Israel as a Jewish State.
IDF controls both civilian and military matters in the West Bank. It affects the violence of Israeli society, the way of dealing with Palestinian issues etc….

PBS. 1999. Alaskan Native Brotherhood, a documentary.
5:00 a.m. on Dec. 9, 1999

ANB (Alaskan Native Brotherhood)
only english speakers accepted
Louis Paul, Peter Simson, William Paul (warrior)
Historian: Steve Haycox
Newspaper: Alaskan Fisherman

PDI. Nouveau terme apparu en S.Africa: Previously Deprived Individuals

Pear, Robert. 1992. New Look at the U.S. in 2050: Bigger, Older and Less White. New York Times, 4 décembre, 1,10, sec.A.

Pearl, David (2013), ‘Président du Conseil Régional du Goush Etsion ‘, paper given at JCall trip to Israel and Palestinian Territories, Tel Aviv.

Grew up in Goush Etsion. My family and 5 kids have lived here for many years, 43. 20,000 Residents, from ultraorthodox to non-religions. 20 COMMUNITIES from Jerusalem to Hebron, mixed communities. Different education institutions. Tolerant for all people of all walks of life, We are here to stay here. Half the population are still under 20. Special in Gush Etsion for its history and martyrs. To live a normal life like everyone in the world. Some palestinians work and shop with us and live a regular life. Other villages further away are not that peaceful. IDF has to take care of the security problems. We got used to live this way on a daily basis. In my view, our future, is to stay here forever. But the real solution does not exist yet. Two solutions: arabs have to recognize to the legitimate the existence of Israel and stop the terror. If these two conditions are not accepted, no way to negotiate anything. THIS is our homeland. We saw what happened when we left gaza. We definitely can’t give the arabs to control these areas. Only solution is to live together with us in peace. One state for two people, we will give them autonomy but not the citizenship. To be a jew is very special, but we cannot let any arab to control the control. We are not trying to put them in reservation the way the Americans did or the Australians. The Israeli arabs vote but that’s already a mistake. In my view, there’s something unique about the jewish nation. We cannot live any other way in our Jewish State. no other option. I don’t care what’s happening to Jews in other countries (in reply to the question what would you think if the Jews in France were submitted to the same autonomy no vote situation).
Q: your point of view is creating a divide from the Diaspora. our kids won’t identify with what you present to us. R: IF your kids want to be part of the Jewish nation, then they’ll see what’s right.
Q: YOU PROPOSE AN apartheid state. One existed and didn’t survive. There’s no other solution for the Jewish

Peillon, Vincent (2011), ‘Discours à la conférence de JCall à Paris’, in JCall (ed.), (Paris).

La signature de JCall pas évidente pour une homme politique français très attaché aux principes de la république car reconnaissance dans l’espace public français d’une appartenance. Moment de préoccupation forte, initiative utile à la paix, à la compréhension de la réflexion des juifs d’Israel qui ont besoin de soutien et de la diaspora. Il exprime très nettement ses réserves quant aux principes (travaille à la Commission des Affaires Etrangères) de s’attacher seulement à un camp.
Il ne faut pas que cette initiative de progressistes puisse, à un moment donné où on a évoqué l’Iran, le Liban, que nous ne recherchons pas une position équilibrée et que nous ne recherchons pas dans la négociation la position qui doit être celle d’Israel si Israel veut la paix.
Il rappelle l’actualité chargée du point de vue européen. Au mois de septembre (2011) a décision possible de reconnaitre la palestine dans le cadre de l’ONU, occupe esprits et commentaires. “Je veux soutenir devant vous ce matin que cette question n’est pas la question essentielle du moment du point de vue politique et diplomatique.
Ce que nous souhaitons, c’est que la Communauté internationale (avec l’Europe, bien sûr), a un rôle à jouer, les Etats-Unis c’est l’évidence…
L’Europe et les Etats-Unis unis, c’est l’objectif que nous devons fixer si nous voulons la paix. Or nous sommes divisés parce que lorsque nous souhaitons la paix, nous savons qu’elle suppose la reconnaissance par les deux parties, la construction par les deux parties d’un compromis et d’une position.
Méfions-nous en politique des positions et des postures. un certains nombre de responsables Palestiniens s’inquiètent de cette initiative si elle suscite un espoir qui le lendemain s’éteint en étant incapable d’accoucher des fruits du rogres de la reconnaissance et de la paix. Par contre un événement fondamental s’est produit. Sous les auspices de l’Egypte, nous avons assisté, peut-être pas une réconciliation, mais des retrouvailles du Fatah et du Hamas. Une chance pour la paix. La situation aujourd’hui, si le Hamas, étant donné l’évolution en Syrie et ses propres difficultés à Gaza est entré dans la logique des discussions que nous attendions et qu’Israel attendait depuis si longtemps, c’est parce qu’il est affaibli. Cela donne un interlocuteur en face d’Israel. Or c’est la division des palestiniens qui a constitué pendant des années le principal obstacle à la paix au Moyen-Orient. Cette réunion est une chance pour la paix. L’Europe, unie dans sa reconnaissance de ce pas en avant, doit faire tout ce qu’elle peut pour faire bouger la position des Américains et du Gouvenrment de Netanyaou. En Israel également opportunité. Personne, y compris le Fatah, ne propose de négocier avec le Hamas. Derrière ce genre d’attittude, il pourrait n’y avoir qu’une tactique, Mais nous nous souvenons de la formule Begin, la paix ne se fait pas avec ses amis mais avec ses ennemis. Il y a une opportunité pour une avancée forte avant septembre pour un retour à la négociation et pour la paix. L’Europe, pour une fois, en dehors des aides matérielles innombrables, se mobilise diplomatiquement, c’est une bonne chose. Nous pouvons espérer que la rencontre de septembre amènera les Palestiniens inquiets et les autres partenaires.
Nous sommes sans naiveté mais c’est le moment que nous avons choisi. Il y a un an, c’était la position des préalables et Israel n’en voulait pas. Maintenant, c’est Israel qui demande comme préalable l’union des deux parties. Conférence de Paris, bonne initiative, reprise ar l’Union Européenne. La reconciliation des Palestiniens est pour nous, Juifs, et pour Israel, une véritable chance pour la paix.

____Sommes nous encore un peuple politique? (2011) (France Culture, 04.06.2011 – 09:10 ).

Je me réjouis si quelqu’un me trouve optimiste, Alain Finkielkraut, c’est une bonne nouvelle. je suis parti de cette constatation très différente. J’étais invité au centenaire des commémoration de la naissance de Merlau-Ponty et j’avais été surpris de voir la génération des jeunes chercheurs coupés de la quesion fondamentale sur nazisme et de l’antisémitisme. Cela m’a marqué car toute la tradition à laquelle j’appartient vient d’une relation étroite entre une forme de rationalité et de la polis (vie en commun). Le philosophe est engagé au milieu des hommes et il interroge. Le lien constitutif de ce que nous appelons Le Politique (qui fait les grandes émergences de l’histoire) avec la société est en train de se briser. Cette indifférence entre la cité et ceux qui réfléchissent. Les débats sont dominés par l’émotion, par l’instantanéité, par l’absence de rapport critique entre les paroles et les actes.
Vous avez parlé de l’émotion, or le mot clef de l’année est l’indignation. “Indignez-vous” dit Stéphane Hessel.
L’indignation est devenue un engagement politique. D’ après Patrice Gueniffey, c’est de l’ordre du totalitarisme, donc du post-politique.
C’est une régression. Certes il faut savoir dire non et on peut être profondément atteint de compassion au sens de Léon Blum. Mais comment fait-on ensuite. La politique est faite d’émotion et d’indignation, On nous indigne en permanence. Il y a des maitres en indignation (Sarkozy, Le Pen). Cela conduit à désigner des boucs émissaires. Critique du stalinisme. La vérité de la révolution française est qu’elle est inachevée. Elle portait en germe la réflexion de ces grands libéraux des Raymond Aron et autres. Sur les libertés, la place de l’intelligence.
Merleau-Ponty n’est pas un grand libéral lui rétorque AF. Il l’a revendiqué, dit Peillon. Même dans Humanisme et Terreur, il introduit l’hypothèse qu’il y a dejà un déraillement de l’histoire. La guerre a eu lieu est pour moi un texte fondamental.
Guenifey indique que 68 est la sortie du Politique.L’idée que les français se sont assagis a pu apparaitre à la suite des effondrements du communisme est en fait un affaissement.
1968, j’en ai une lecture un peu différente. La préoccupation des révolutionnaires démocrates est quel esprit public construire. En bonne partie contre l’esprit catolique que la difficulté française n’a pas construit un pouvoir spirituel rationel qui correpondrait à un état démocratique. Laicité et écoles construites en compensation d’ailleurs. La France revient à de mauvaises humeurs qui sont en elles. La raison a peu de place dans cette vie nationale. Articulation du politique et du religieux.
AF se demande si on ne pourrait pas s’intituler sommes-nous encore un peuple? L’immigration massive a commencé à la fin du XIXème siècle pour atteindre des proportions énormes à l’heure actuelle.Une mauvaise passion, une francophobie, une injure, sale français, indique l’urgence d’un débat sur ce que nous sommes. Quelles sont les traditions fondatrices de notre civilisation. Ce débat, très mal lancé, a tourné court, mais une occasion n’a pas été saisie sous prétexte qu’il s’agissait d’une passion mauvaise. La conversation civique risque d’en être paralysée. Peillon, vous avez dit que ce débat est ignoble. VP indique qu’il a été le premier à l’appeler de ses voeux dans nombre de ses ouvrages. Je préfère patriote à nationaliste. Lorsqu’on présente ce débat qui est absolument indispensable, Un peuple c’est un corps et une ame. Nous, intellectuels et professeurs, avons la charge de dire qui nous sommes et les valeurs que nous partageons. Mésusage du terme d’identité nationale. Ecole et volonté de rationalité, de clarté au coeur du débat. Mais les conditions dans lesquelles il devait se dérouler étaient inacceptables. J’ai parlé d’idiot utile. C’est pour moi la question essentielle et j’ai imposé ce thème dans le PS.
Lorsque vous dites qu’il est commun de dire sale français, je suis en désaccord. Il s’agit d’une minorité. Ces jeunes ont une plus haute idée de la France en général. Je suis parlementaire européen et la nation française, elle compte. Notre fiscalité, notre système sociale, nos aides sociales sont nationales. Donc la nation elle existe et elle ne disparaitra pas. Identité nationale et immigration: la conjonction de coordination restreint l’interrogation et le débat. A part sous Vichy, nous avons d’autres références. Guénissey répond, vous avez raison, le débat est sur identité nationale et islam.
Est-il possible de regarder la réalité en face demande AF. Il évoque l’ouvrage Fractures francaise sur le séparatisme culturel. Quelque chose a changé car nous sommes sans cesse renvoyés à la référence de Vichy. Séparatisme géographique, culturel, banlieues de plus en plus homogènes. On n’ose pas le penser de peur de rentrer dans l’engrenage du racisme et de la xénophobie.
Les problèmes sont réels, reconnait VP, mais comment résoudre cette situation que nous avons contribué à créer. J’ai été professeur à Nanterre, dans les ZEP, nous étions obligés de changer le prénoms des jeunes filles pour leur trouver des stage. Il faut dire cette vérité et ne pas la tolérer. C’est la responsabilité propre du politique. Qu’est-ce que c’est que ces quartiers, qu’est-ce que c’est que cette incapacité des professeurs? Il faut que la nation trouve un nouveau contrat avec l’école. La question de l’autorité est fondamentale et l’école doit la retrouver. Télépoubelle et mauvais exemples au plus haut niveau doivent changer.
Guenissey: abidcation du politique de gouverner remplacée par de vieux modèles (laicité…) qui ne correspondent plus à la société telle qu’elle est. Il faut faire avec, la société a évolué.
L’autorité du prof est mise en cause par la passion égalitaire, dit AF. Je sais que dans le programme socialiste, on voudrait supprimer les notes dans ce qu’êlles ont d’humiliant. Nous devons dévendre une certaine idée de l’école, non pas à coup de budget mais à coup
VP trouve ce débat passionnant mais réfute l’absence de note. la nature de l’évaluation, purement somative, est à remettre en cause, sur les temps scolaires (manque de jours enseingés) et sur le mêtier d’enseignant. On ne supprime pas les notes, ca n’est pas vrai. La laicité me semble être un principe d’organisation démocratique. Pourquoi la passion d’égalité qui bloquerait la société.? Cf Durkheim sur la bienveillance fondatrice de l’autorité.
Guenissey: relation prof-parent d’élève s’est délitée.
VP: on peut s’inspirer du passé, mais ce n’est pas que les élèves qui ont changé, mais c’est aussi les profs. Il faut reconnaître que c’est un sacerdoce. J’ai été surpris parfois du manque de dévouement lors des mes fréquentes visites à de nombreuses écoles, de la part de certains professeurs.

— (2011), Eloge du Politique: Une introduction au XXIème siècle (Paris: Seuil).

Aux grandes réponses traditionnelles relatives au sens de notre modernité ? la mort de Dieu, la mort de l’homme ? dont il réfute la pertinence, Vincent Peillon substitue une autre piste de lecture. Ce qui se joue dans notre temps, c’est la mort du politique. Réduite à l’économie, à la morale, ou à la seule communication, la politique n’est-elle pas devenue elle-même “antipolitique” ?

Mais qu’est-ce que le politique dont il s’agit ici ? Nos traditions démocratiques se sont construites autour d’une alliance entre philosophie et politique, un mode d’organisation de la Cité et un type de rationalité critique. Socrate apostrophant les puissants ? hommes d’argent, de pouvoir ou de verbe ? illustre le fondement de cette histoire. Celle-ci s’est déployée à travers l’humanisme civique de la Renaissance, les Lumières et la Révolution, la fondation de la troisième République, toujours dans la lutte et l’affrontement avec ceux qui veulent exercer le pouvoir, prétendent posséder la vérité et se prennent pour des dieux.

Nourri d’une méditation continue des œuvres des philosophes classiques et modernes, particulièrement de Merleau-Ponty, mais aussi d’une expérience d’homme politique, Vincent Peillon propose de renouer les liens du politique à l’action et à la vérité, de la philosophie à la Cité, qui seuls pourraient permettre, en un temps où la démocratie est fragilisée, un autre avenir que de ténèbres.

-4e de couverture-

Pelouas, Anne. 1998. Victoire en demi-teinte pour le Parti québécois de Lucien Bouchard. Le Monde, Mercredi 2 décembre 1998.

Un “chef” pour la province
Fin octobre, Lucien Bouchard affirmait que la campagne pour les élections du 30 novembre serait le
” combat politique ” le plus important de sa vie. Présidant le Parti québécois depuis janvier 1996, à la
faveur de la démission de Jacques Parizeau, Lucien Bouchard avait accédé automatiquement au
poste de premier ministre du Québec. Homme de conviction, ne manquant pas de panache,
communicateur hors pair, Lucien Bouchard – qui aura soixante ans dans quelques jours – jouit depuis
des années d’un grand charisme personnel dans l’opinion publique québécoise.
Une vraie victoire pour gouverner le Québec, mais un mandat affaibli pour le mener à
l’indépendance : c’est le sens qu’on peut donner aux résultats des élections générales
organisées, lundi 30 novembre, dans la province.

En votant massivement pour les candidats-députés du Parti québécois (PQ) – qui remporte 75
sièges contre 48 pour le Parti libéral du Québec (PLQ) -, la population a surtout dit ” oui ” à
Lucien Bouchard, chef du PQ et premier ministre du Québec depuis 1996, pour qu’il puisse
poursuivre l’action gouvernementale entamée par le PQ en 1994.

A ce titre, le vote donne pleine autorité à Lucien Bouchard pour parachever le redressement
des finances publiques et dégager bientôt, selon ses espoirs, des surplus qui seront affectés,
d’une part, à un allègement du fardeau fiscal, et, d’autre part, à de nouvelles dépenses dans
les domaines de la santé et de l’éducation.

Comme il s’y est engagé, le chef péquiste devra, à cet égard, corriger le tir d’une réforme du
système de santé qui a connu de sérieux ratés ces derniers mois. Le ” oui ” des Québécois au
PQ inclut aussi un ” oui ” à un gouvernement provincial fort vis-à-vis d’Ottawa, capable sans
tarder de récupérer certains pouvoirs et budgets du gouvernement fédéral, en s’alliant autant
que possible aux autres provinces du Canada anglais.

En matière de relations entre Québec et Ottawa, la population de la province a clairement exprimé par son vote qu’elle faisait davantage confiance à Lucien Bouchard qu’au libéral Jean
Charest pour défendre les intérêts du Québec au sein de la fédération canadienne.

Bien gouverner la province et agir fermement vis-à-vis d’Ottawa : le mandat du Parti québécois
s’arrête cependant là, selon les suffrages exprimés lors de l’élection.

Car en accordant 43,6 % de leurs voix au Parti libéral québécois, et seulement 42,9 % au Parti
québécois, la population semble donner au fédéraliste Jean Charest une victoire ” morale “, et
limiter d’autant la marge de manoeuvre de M. Bouchard pour organiser à brève échéance un
référendum sur la souveraineté. Franchir la barre des 45 %, disait-on dans son entourage,
était l’une des ” conditions gagnantes “, que Lucien Bouchard s’était fixées.

Lucien Bouchard a pris acte du message, soulignant qu’il aurait du ” pain sur la planche ” en
tant que chef du gouvernement. Il a ajouté qu’il entendait ” contrer toutes nouvelles intrusions ”
du gouvernement fédéral dans les programmes que le Québec veut lui-même gérer et que,
pour le reste, il espère, fort de ces résultats, que le peuple québécois gagne en ” confiance ”
pour aller de l’avant dans la ” poursuite de son destin “.

Pendakur, R. 1990. Speaking in Tongues: Heritage Language Maintenance and Transfer in Canada. Ottawa: Secretary of State, Multiculturalism and Citizenship Sector.

Peplow. 1958. History of Arizona. New York: Lewis Historical Publishing.

cité par Crawford, J. (1992). Language Loyalties: A Sourcebook on the Official English Controversy. Chicago, University of Chicago Press.

Peres, Shimon (2012), ‘Welcome remarks by video’, J Street: Making History (Washington D.C.).

Peace you have to build, not to negotiate
There is no other solution than the two state solution.

Peretz, Sami and Yacimoich, Shelly (2014), ‘What is the connection between social justice and peace?’ paper given at Israel Conference on Peace, David Intercontinental, 8 July 2014.

In the past 4-5 years, new socio-economix discourse. Is it more important than security. No, but this discourse is muchmore at the centre-stage instead of focusing only on right and left. You were elected on a social agenda and so was Lapid. Indeed, that’s true, people like myself and Lapid, despite we don’t share the same ideology. All of them are very right wing whenit comes to economy, so no difference between the various members of the coalition.
Livni said that she’ll try to change from within rather than from outside.
The deal was labor-orthodox and netanyahu, take it or leave it. As long as Netanyahu is the head of state, there won’t be treaty. He’s a right win.g ideologist. , no difference between him and Bennet except that the latter is freer to speak his mind. Choice ultimately for political people to make a change or remaininthe opposition.
Education and social security isn’t a give away but a human right,
Flowers of peace won’t florish in such a place.
I’m against sectorial parties. Labour party has an inclusive perception for society. The topic here is peace. Connection between peace and economy. It s obvious, not even peace, a mere negotiation, improves the macro-eco parameters. It will lead to more tourism and exports. Amazing opportnities are lost as a result of loss of opportunities.
tHERE should be some kind of corrolation that we won’t enjoy the fruit of peace unless we come with social democratic worldviews, decent allocation of funds etc.
I come from the peace camp and support the two-state solution, not in a romantic but pragmatic way because that’s the only solution.
Tibi, Ahmed
we represent the hope and pains of our population. We get more votes which proves we get a feedback.
Our agenda doesn’t include shooting children intentionally like you do because we are a civilised people.Netanyahu is the first one who expressed the word revenge and he’s reponsible for the death of the burned child.
Behind every child there’s a mother. You, the jews, should understand the meaning of burning a child who was still alive. I come with my hands clean and I expect the denouncing of a palestinian child. To this day, from 67 this has never happened. This is a war crime.

Some people agree with your criticism. People used to consider israeli arabs as a bridge but they didn’t see any concretization.
Well this is a difficult moment, but I’m ahmad and you expect me to stand on the side of those who burn a boy. Do I have no feeling, am I not a human being. I condemn suicide bombing but I expect empathy for our suffering and ending of settlement. Housing, education we’ve been waiting for 30 years and even israeli left didn’t do a thing. No one came to tell me
Hutzpah talking about national insurance as you stole our land.We didn’t come by ship or plane. We were born here.
I’m at the head of an arab committee but I’m banned.
oNCE you integrate an arab in the public service you will see progress. Even on Shabat you said that you can’t leave the switches of the Electric system to us but the best doctors and technicians are arab and they are excellent. So, we are talking about people who have talent but are excluded and abandonned. Employment.
48 to now, we have 4% of the land. Our struggle is for equality.

Ärab sector excluded to military service because we object. There are also jews who refuse serving the occupied territories. But a national service would integrate us. Druze have filled beautiful cemetries. Volunteers in summer camps, NGO

the government is a problem. Bennett talked to increase enforcement on Syria, Gaza and the Israeli arabs. That’s how awful an israeli minister talks! He’s saying we are the enemies. He’s pointing us to the public saying look, they are terrorists.
They are discriminating the arab population and asking us to thank them for this.
We could beat racism together. I’d like to repeat, I don’t want to beat you, I want to beat racism with you.

Perrot, Michel. 1986. Les moyens de communication publique chez les Inuits: Etude antropologique du développement de la radio et de la télévision au Groenland, au Canada et en Alaska, Anthropologie, Bordeaux 3.

Peter Wagner (2005), ‘In time and Space: on the Possibility of a Cultural Theory of Modernity’, in Neil J. Smelser, University of California, Berkeley (ed.), 37th International Institute of Sociology Conference: Sociology and Cultural Sciences (Folket Hus, Kongresshallen A: European University Institute, Italy,).

other Presenters:
[Hannerz, 2005 #9]

Commentator Margaret Archer, University of Warwick, UK

On the possibility of a cultural theory of modernity. Attempts to understand our modern times. Modernity between cultural and sociological tensions.
78-79, sociology, well established then. Firm grip on study of modern society. Sub disciplins were corresponding to society, based on the assumption of social fabric.
culture: part of well ordered society. more within anthropology. modern society was seen as not needing culture. Jeffrey Alexander saw modernity as institutionalization of freedom.
Now human beings are seen as having political or cultural bonds.
culture changed meaning.
Move from anthropology away from understanding of common value to interactionist approach.
Cultural linguistics: life is constituted through language thus interpretation.
Culture seen as more important than economics or social today.
Modernity: three different ways to approch in
1-Sociology:
Globalization superficially studying the decline. More globalization, thus not much social left between Global, neoliberal thinking, cosmopolitanism
3-Hardening: Huntington
Critical mainstream: implIcation for theorizing modernity. Modernity as double commitment to autonomy (freedom) and power (mastery)
3- Culture approach: bourdieu. Behind the façade something else is going on. Modernity as interpretation. Eurocentric view of european modernity. Origins of modernity in Europen then spreading to the rest of the world (globalization)
Rupture in History. Set of Revolution. Scientific, industrial, liberal development revolutions: Modern Society
HOWEVER:
1- 19TH century: strong organization of cultural and linguistic identities claship between each other. Cultural variety of interpretation of modernity leading to WW1
2- Post-colonial studies depict the wide array of traditions left aside
WW1: Second break in tradition in European History. Big civilization of failure. Concpetualized as break in time (H. Arendt)
US Modernity: modern yet different from Europe. Puts Europe in inferior term. Self critical term in memory.
By examples, we use specificity in time and space of modern experience at given moments.

Peyre, Henri (1933), La Royauté et les langues provinciales (Paris: Librairie G. Peyre).

cité par Poumarède, Jacques (1996), ‘Approche Historique du Droit des Minorités et des Peuples Autochtones’, in Norbert Rouland (ed.), Droit des Minorités et des Peuples Autochtones (Paris: Presses Universitaires de France), 32-154. dans sa bibliographie

 

Pfänder, Stefan and Dermarkar, Cynthia (2011), ‘Le français au Caire: Une (première) étude micro-écologique’, paper given at Langues en contact: le français à travers le monde, Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg, 16-18 septembre 2011.

cf. le français cosmopolite. Témoignages de la dynamique langagière dans l’espace urbain du caire. Berlin, Berliner Wissenschaftferlag cf. http://www.ciel-f.org

stratégie des locuteurs
reprise à

approche micro-écologique de ya3ni (approche micro-éco: discours situé en fonction des loctuteurs qui parle, avec qui, rapports entre locuteurs, types d’activité conversation à table ou réunion de travail et sujets et stratégies à l’intérieur du discours)

distinction de fonction: en début d’un tour ou reformulation, correspond à donc ou alors.
alternance codique (lorsqu’il y a passage de français à l’arabe) alors, donc
au milieu d’un tour, marquant une hésitation
en fin de tour, pour atténuer une proposition

polyvalence: 1) cela veut dire en arabe verbe 3ème pers. sg pres définition
donc/alors turn taking
donc/euh turn maintenance
pour ainsi dire
pas trop, pas tellement en réponse à la question ça va

cf. étude sur so et ça fait chez Neumann-Holzschuh 2008 : 480

ressources françaises et arabes présentes constamment. ya3ni (difficultés à exprimer quelque chose de complexe ou dangereux) masalan, yalla (allez)
fonction before form (donc_ euh)
turn taking machinery
strategies de re-formulation
structuration du discours
code-switching

Phillips, Anne (1993), Democracy and difference (Philadelphia: Pennsylvania State University).

— (1994), ‘ Dealing with difference: a politics of ideas or a politics of presence? ‘ Constellations’ 1(1), 74-91.
— (1995), The Politics of Presence: Issues in Democracy and Group Representation (Oxford: Oxford University Press).

Picard, Georges. 1999. Petit traité à l’usage de ceux qui ventent toujours avoir raison. Paris: José Corti.

39: Qui Parle? (…)40: Aujourd’hui, la démagogie permet de décliner avec avantage les malheurs de notre existence. “Moi qui n’ai pas eu la chance de faire des études…” est un sésame efficace devant une assemblée d’intellectuels diplomés. Si vous vous proclamez SDF ou séropositif, vous serez écouté par n’importe quel public avec une bienveillance à laquelle la richesse et la santé ne sauraient prétendre (toute pitié facile mise à part, on ne voit pas en quoi le mlaheur, en tant que tel, donnerait raison. Être chomeur éclaire sur la misère sociale, pas sur la façon d’y remédier). Il est vrai que, dans nos sociétés démocratiques, rares sont les citoyens qui ne cultivent pas la mauvaise conscience de ne pas être ce qu’ils (41) ne sont pas, dès lors qu’il font partie du monde majoritaire. Si vous appartenez à une minorité forcément exploitée, minorité linguistique, religieuse, sexuelle, culturelle, sociale, physique, etc., vous serez tenté de transformer votre destin en argument. Ce n’est pas loyal mais c’est humain, et surtout, efficace dans un débat où dire la vérité importe moins que parler vrai.

Pierré-Caps, Stéphane (1995), La Multination (Paris: Odile Jacob).

citation p. 53 reprise dans Conclusion Générale de Rouland (Norbert Rouland (ed.), Droit des Minorités et des Peuples Autochtones (Paris: Presses Universitaires de France)):”…de principe de constitution de l’Etat au titre du droit d’un peuple à devenir un Etat, il devient un principe d’organisation de l’Etat au titre du droit d’un peuple à ne pas devenir un Etat”

— (1996), ‘Deuxième Partie: Le Droit des Minorités’, in Norbert Rouland (ed.), Droit des Minorités et des Peuples Autochtones (Paris: Presses Universitaires de France), 155-346 .

Deuxième partie: Le Droit des Minorités
155: Aujourd’hui encore, cest l’Europe qui donne à voir, à travers des organisations et en raison de cet événement majeur au XXe siècle que fut la perversion communiste, les tenatives les plus sérieuses de construction d’un véritable droit des minorités.
157: Les minorités sont très largement une création du droit international public.
(…) c’est à l’occasion des règlements politiques et diplomatiques consécutifs à la Première Guerre mondiale, entre 1918 et 1920, qu’un droit internationl subverti par l’idéalisme du président américain Wilson se préoccupa de protéger certains ressortissants n’appartenant pas au groupe national majoritaire au sein d’Etats remodelés ou créés par la conféence de la Paix de Versaille. A vrai dire ce n’est pas le droit international en tant que tel qui sécréta la quesiton des minorités, mais plutôt l’avènement dans l’ordre des relations interétatiques d’un principe qui finit par submerger le Concert européen des grandes puissances: le principe des nationalités.
(…) la dimension internationale du phénomène minoritaire ne devait cesser de s’affirmer(…)
Sur un plan politique, le second conflit mondial lui doit une lourde part tandis que l’effondrement de du système soviétique l’aura remis à l’ordre du jour.(…)
Sur le plan juridique ensuite: l’institutionnalisation croissante des relations internationales et à l’établissement d’une paix durable entre les nations.
158: principe des nationalités, revisité par le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, se révèle un véritable piège pour les communautés nationales qu’il prétend émancier.
158-159: l’apparition du phénomène minoritaire dans le relations internationales participe de cette idée de l’existence deprincipes humains supérieurs échappant, comme tels, à l’emprise de l’Etat(…)dans le même tems où s’affermit le phénomène étatique en tant que mode exclusif d’organisation d’une société politique(…), certaines personnes puissent requérir du souverain territoirial un traitement différencié en raison d’un habitus social les distinguant du reste de la population.
163: la Déclaration des droits de Virginie du 12 juin 1776 déclare en effet (art.16): “Que la religion ou le devoir que nous avons envers notre Créateur et la manière dont nous nous en acquittons, ne peut être commandée autrement que par la raison et la conviction, et non pas par la force ou par la violence: et de ce fait tous les hommes ont un droit égal au libre exercice de la religion, en accord avec ce que leur dicte leur conscience: et que c’est le devoir mutuel de tous de pratiquer la tolérance, l’amour et la charité chrétienne les uns envers les autres” (nbp Colas, Dominique (1994), Textes constitutionnels français et étrangers (Paris: Larousse) p. 174)
(…) A l’aube du XIXe siècle, la société politique s’incarne dans la nation, expression d’une collectivité unifiée et homogène d’individus tous égaux dans leur qualité de citoyens(…) l’Etat-Nation
164:(…) les guerres révolutionnaires et napoléoniennes allaient répandre cette idée que la liberté ne serait vraiment partout réalisée que si chaque nation se dotait d’un Etat. Expression de cette vocation messianique, le principe des nationalités apparaissait ainsi comme l’aspiration dynamique à l’état-Nation.
(…)action concertée des puissance qui s’exprimera tout au long du XIXe siècle par la politique des Congrès(…)Concert européen(…)expression d’intérêts étatiques convergents(…)(vers ) la sstabilité des relations internationales
165: (…) principe de la liberté de conscience acquiert pour la première fois droit de cité, au plan international, au Congrès de Vienne à l’occasion de l’accord du 21 juillet 1814 fixant la réunion de la Belgique aux Pays-Bas
(…)La protection d’une communauté par la liberté de conscience s’affirmera encore plus nettement dans le protocole du 29 mars 1815 concernant la populatin catholique de la Savoie rattachée à la République de Genève.
166: Le Congrès de Berlin constitue bien l’expression la plus achevée de l’action concertée des grandes puissances dans la protection des minorités religieuses.(…)espace relativement étendu, les Balkans et l’Emprie ottoman(…)mêmes dispositions à l’usage de toutes les minorités religieuses concernées, chrétiennes, musulmanes et juives(…) les Etats nouvellement créés se voient impartir au seuil même de leur existence, voire comme condition même de cette dernière un devoir de protection des minorités.(…)De ce point de vue, le Congrès de Berlin marque aussi une transition quant à la dimension du problème minoritaire en droit international: les minorités religieuses sont en passe de devenir des minorités nationales.
167: (…) substitution de la légitimité nationale à la légitimité monarchique de droit divin opérée par la Révolution française. (…) Y porter atteinte c’était.(…) prendre le risque de mettre à bas un édifice international(…) . Ce risque fut (…) écarté par le recours au principe des nationalités, dont la savante alchimie permit tout la fois d’assurer la promotion externe de l’Etat national tout en garantissant les situations acquises, au premier chef, celle de l’irréductibilité de la souveraineté étatique.
(…) Systématisation de cette tendance de la nation à se doter d’un Etat qui lui appartienne véritablement, le principe des nationalités apparaît bien comme la justification politique et idéologique de l’Etat national
168: Avec lui, c’est aussi le rationalisme et le formalisme dela Révolution française qui l’emporte (…) idée selon laquelle la terre entière devait se soumettre à ce principe politique de la divison territoriale, en vertu duquel il doit exister autant d’Etats qu’il existe de nations.(…) Grace à quoi le principe des antionalités pouvait prétendre à l’universalité et s’affirmer comme principe fondateur des relations interétatiques: le droit international moderne était né.
(…) ce faisant il ne touche nullement au système plus ou moins ordonné de relations interétatiques déjà en place en cette fin de XVIIIe siècle. (…) le principe des nationalité se fait conservateur des situations acquises.(…)
(ce principe) apparait ab initio comme un Janus: “Il est révolutionnaire en tant qu’il s’oppose à l’ordre établi par les Etats monarchiques sur la base de la conquête ou de l’hérédité. Il est conservateur dès lors qu’en légitimant l’Etat national, il légitime également l’Etat souverain traditionnel” Dinh, Nguyen Quoc, Daillier, Patrick, and Pellet, Alain (1992), Droit international public (4ème edn.; Paris: LGDJ).
169: Cette vertu révolutionnaire du droit imprescriptible à l’existence nationale sera consacré avec éclat par la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique du 4 juillet 1776: “Lorsque dans le cours des événements humains, il devient nécessairepour un peuple de dissoudre les liens politiques qui l’ont attaché à un autre et de prendre, parmi les puissances de la terre, la place séparée et égale à laquelle les sois de la nature et du Dieu de la nature lui donnent droit, le respect dû à l’opinion de l’humainté l’oblige à déclarer les causes qui le déterminent à la séparation. (…) Toutes les fois qu’une forme de gouvernement devient destructive de ce but, le peuple a le droit de la changer ou de l’abolir et d’établir un nouveau gouvernement. (Colas, Dominique (1994), Textes constitutionnels français et étrangers (Paris: Larousse). p. 175)
(…) Mais c’est à la Révolution française de 1789 qu’il appartiendra de conférer une dimension universelle et idéologique au principe des nationlités ainsi transformé en instrument de lutte contre toute forme de gouvernement despotique.(…)
un décret de la Convention du 19 novembre 1792 décide, au nom de la France, d'”accorder fraternité et secours à tous les peuples qui voudront recouvrer leur liberté
170 (…) Par contre et une fois apparus les Etats nationaux allemand et italien, le principe des nationalités se hurtera à la force de conservation des Etats établis(…) bilian mitié des révolutions européennes de 1848.
Tant que le principe des nationalités n’avaitpas subi l’épreuve des faits, il pouvait représenter une pacacée au titre de la force émancipatrice de l’Etat national. La quesion m^me des minorités nationales était impensable, puisqu’une application radicale du principe de nationalités devait lui enlever toute raison d’être.
171: (…) l’idée d’une protection internationale d’un peuple sans Etat apparaît précocément, si l’on veut bien considéerer comme telle la sollicitude dont fit preuve la nation polonaise partagée entre l’Autriche, la Prusse et la Russie lors du Congrès de Vienne. L’article liminaire de l’Acte final du 9 juin 1815 dispose en effet : “…les Polonais, sujets respectifs des Hautes Parites contractantes obtiendront des institutions qui assurent la conservation de leur nationalité d’après les formes d’existence politique que chacun des gouvernements, auxquels ils appartiennent, jugera convenable de leur accorder. (Fouques-Duparc, Jacques (1922), ‘La protection des minorités de race, de langue et de religion’. Dalloz (Paris) p. 118)
172: (…)Reconnaissance politique de l’arbitraire des trois Etats qui s’étaient partagé la nation polonaise. C’est néanmoins la première lecture qui s’imposera par la suite comme le principe d’une protection minoritaire . (…) Ainsi devenait-il possible de découpler le droit à une existence nationale propre et le droit à une existence polique indépendante.
172-173 (…) Confronté aux réalités de la géopolitique, le principe des nationalités révéla tout à la fois ses propres limites et les dangers dont il était porteur à l’égard des peuples qu’il prétendait pourtant émanciper. De cette capitis diminutio allait émerger le phénomène des minorités nationales.(…)
cet usage politique du principe des nationalités devenu le droit des pleuples à disposer d’eux-mêmes en 1990-1992 dans l’espace yougoslave.
173: le traité de Berlin d’août 1878 réitère l’intuition du Congrès de Vienne de 1815 à destination des Polonais: faute d’appliquer le principe des nationalités dans toute son amplitude, une dissociation est opérée entre le droit à l’existence nationale et le droit à l’existence étatique. C’est précisément dans cette dissociaiton que réside toute la problématique minoritaire. De ce point de vue, l’on peut affirmer sans conteste que le Congrès de Berlin marque bien l’acte de naissance internaional des minorités nationales.
174: L’article 4 du traité de Berlin institue explicitement en droit international une situation minoritaire. C’est la première fois qu’une convention multialtérale désigne une minortié nationale(…)
populations de Bulgarie qui ne sont pas d’origine nationale bulgare.
(…) difficultés d’applicatioln du principe des nationalités: non seulement il n’est pas de bonne politique d’en faire le seul et unique prétexte d’une division territoiraile des Ttas, mais il apparaît de surcroit qu’il ne peut résoudre de manière équitable le problème posé par les nationalités imbriquées. (cette esquisse de protection minoritaire) apparait d’emblée comme destinée à compenser les efffets potentiellement dangereux qu’une application rigoureuse du principe des nationalités ne manquerait pas d’induire.
175: Les solutions dégagées à l’occasion du Congrès de Berlin s’avèreront très rapidement dépassées. Mais les états européens se garderont bien de remettre en question la logique (de remodelage territorial) qui l’anima (et) mènera tout droit à la catastrophe de 1914.
(…) De fait, le principe des antionalité est à l’origine de deux attitudes difficilement compatibles entre elles,
un sentiment dde frustration territoriale né d’un découpage défavorable et (…)
la prise de conscience des vicissitudes du principe des nationalités et de l’impossibilité d’en faire le support exclusif des relations internationale. Cette attitude cherche en conséquence dans les ressources du droit public le moyen de ssatisfaire les aspriations nationales sans nécessairement l’isncrire dans la logique univoque du principe des nationalités.
176: cite Mandelstam, André (1923), ‘Recueil des Cours ‘, (Académie de Droit International de La Haye), 363-519 qui s’était efforcé de recenser :”l’influence sur la protection des minorités des facteurs sociaux”
(…) courant de pensée socialiste connu sous le nom d’austro-marxisme (…) incarné par les deux principaux leaders du Parit social-démocrate autricien, Otto Bauer (1881-1938) et Karl Renner (1870-1950)
177: Congrès de Brünn de 1899 (…) se proposait de transformer l’Autriche en un Etat fédératif de nationalités fondé sur l’autonomie en droit de chaque nationalité sur son propre territoire.
Cite Bauer, Otto (1987), La question des nationalités et la social-démocratie (Paris-Montréal: EDI-Aracantère et Guérin Littérature). Si nous avons d’abord appris à connaître le principe de natioalité comme maxime de constitution des Etats, nous l’abordons maintenant en tant que règle de la constitution de l’Etat
(…) la comparaison de ces deux modes d’action du principe de nationalité est très riche d’enseignement. Le principe de nationalité comme principe constitutif des Etats remet tous les instrument du pouvoir de l’Etat aux mains de la nation. Mais en tant que règle de la constitution de l’Etat il les refuse” (…)
C’est à Karl Renner qu’il devait appartenir de formuler la théorie constitutionnelle de l’Etat multinational
178 (…)Le projet central de Karl Renner était donc de faire de la nation une institution juridique constituée selon le principe de personnalité. A partir de là, il concevait l’Rtt comme un Etat composé de nations, un Etat surnational (übernational).
179: Deux conférences des Nationalités, la première à Paris, en juin 1915, la seconde à Lausanne, en 1916 (…) texte intéressant par son ambition et son contenu.
Il s’agit d’un Projet de Déclaration des droits des nationalités qui, par son propre intitulé, se voulait le corollaire de la Déclaration française des droits de l’homme et du citoyen du 16 août 1789.
180: Dès le début du XXe siècle, les revendications d’autonomie nationale juive s’étaient exprimées sous une double forme: territoriale ( (…) Theodor Herzl) mais aussi personnelle. Cette dernière tendance que (…) Karl Renner venait tout juste de théoriser avait la faveur des minorités juives d’Europe centrale.
(…) La russie (…) devint le théâtre privilégié de cette rencontre. Pendant la révolution de 1905, fut fondée, à l’instigation de Ber-Borochov, la Poale Sion ou parti socialiste sioniste. Le but principal était de généraliser le système de l’autonomie personnelle à l’ensemble du prolétariat juif de l’Europe centrale et orientale.
L’autre parti socialiste juif, le Bund développait une idée analogue. Mais la Poale Sion (…) envisageait la création d’un Etat mondial juif sur la pbase du principe de personnalité et fédérant les organisations juives présentes au sein des différents Etat. Le Congrès Juif Mondial est aujourd’hui la survivance bien édulcorée de cette conception audacieuse, réduite à néant avec l’Holocauste, (…) tentative unique pour instituer en droit une authentique minorité transnationale, s’imposant par-dessus les Etats et indépendamment des territoires où vivaient les populations juives.
183: C’est au nom du principe des nationalités que les Empires autro-hongrois et ottoman avaient été démembrés.
184-187: Bien loin d’être l’expression d’un droit humain transcendant, les traités de minorités apparaissaient d’emblée comme celle de la Realpolitik.
(…) Typologie des traités de minorités:
– traités conclus par les Alliés avec les Etats vaincus, ces derniers se voyant amputés d’importantes portions de leur propre territoire.
– triatés avec les Etats nouveaux, dont le principe était prévu par une clause de renvoi des traités de paix.
– traités conclus avec les Etats ralliés, parfois tardivement, qui pour cette raison se voient gratifiés de nouveaux territoires
(…) le système de protection minoritaire de ces différents instrument est pratiquement le même (…) .Ce qui fait donc bien la différence, c’est la nature de l’acte conventionnel dans lequel les dispositions relatives aux minorités s’inscrivent.
(…) Cette typologie ne serait totuefois complète si l’on n’y ajoutait les déclarations relatives aux garanties minoritaires (…) faites devant le Conseil de la SDN par les Etats qui n’étaient pas encore reconnus au moment de la Conférence de la Paix. (…)
L’on doit encore mentionner les 5 résolutions adoptées le 21 septembre 1922 (…) se rapportant aux droits et deveoirs des minorités.
En fin de compte, le système de protectionminoritaire issu de la Conférence de la Paix forme un ensemble cohérent comprenant principalement quatre traités de paix, six traités de minorités et deux déclarations.
188: Certains droits s’appliquenet (…) indifféremment à l’ensemble des habitants du territoire concerné: il s’agit du droit à la vie, à la liberté individuelle et religieuse.
(…) D’autres droits sont explicitement réservés aux seuls ressortissants de l’Etat: il s’agit de l’égalité civile et politique ainsi que de la liberté linguistique.
189: Art.8 du Traité polonais: “Les ressortissants polonais, appartenant à des minorités ethniques, de religion ou de langue, jouiront du même traitement et des mêmes garanties endroit et en fait que les autres ressortissants polonais”.
(…) Mais on trouve aussi dans les traités de minorités des dispositions qui s’adresse à u ne catégorie particulière (…) les ressortissants minoritaires autrement dit les ressortissants en tant que meimbres d’une minorité de race, de langue ou de religion (…) ce ne sont pas des droits identiques à ceux de la majorité de la population de l’Etat, ce sont des droits analogues. Cette distinction est à l’origine d’une modulation du principe d’égalité (…) connue aujourd’hui sous le nom de principe de la discrimination positive.
190: Aujourd’hui, cette modulation du principe d’égalité par rapport à la différence des situations qu’il est censé régir est devenue un lieu commun jurisprudentiel (…) . Il paraît d’autant plus regrettable que les minorités ne puissent s’en prévaloir à l’appui d’un recours juridictionnel, faute de pouvori accéder ès qualités aux juridictions nationales (…)
. le principe de la discrimination positive porte en lui le caractère collectif des droits minoritaires. Ainsi se trouve posé le problème de la nature des droits minoritaires.
191: (…) la remarque formulée par le Pr Alain Fenet à propos du Pacte international des droits civils et politiques de 1966 s’impose, y compris rétrospectivement: “on ne veut pas protéger le groupe, mais on est bien contraint de mentionner son existence.Fenet, Alain (1994), ‘Mutations internationales et Protection des minorités’, in Cao Huy Thuan and Alain Fenet (eds.), Mutations internationales et évolution des normes (Paris: PUF).
(…) l’article 2 par.2 du traité polonais(…) droit au libre usage de la langue maternelle dont il convient de remarquer qu’il apparaît pour la premiere fois dans un instrument international. L’article 7 par.3 et 4 du traité polonais dispose en effet:
“il ne sera édicté aucune restriction contre le libre usage par tout ressortissant polonais d’une langue quelconque, soit dans les relations privées ou de commerce, soit en matière de religion, de presse ou de publications de toute nature, soit dans des réunions publiques.
Nonombstant l’établissement par le gouvernement polonais d’une langue officielle, des facitités appropriées seront données aux ressortissants polonais de langue autre que le polonais pour l’usage de leur langue, soit oralement soit par écrit devant les tribunaux”
Une distinction apparaît donc en fonction de l’usage privé ou public de la langue minoritaire. Si le premier est entendu d’une manière très libérale, il n’en va pas de même du second qui se trouve circonstrit par le droit de l’Etat à la langue officielle. Ce denier droit définit nécessairement un rapport de subordination du droit à l’usage public de la langue minoritaire, au surplus autorisé devant les seuls tribunaux.
193: (concernant le) droit à l’instruction publique dans la langue minoritaire, ce dernier droit implique une participation à une répartition équitable des fonds publics (…) (qui) s’adresse aux “minorités en tant que telles alors qu’ailleurs il n’est fait allusion qu’aux personnes appartenant aux minorités.Est-ce à dire que, pour l’affectation et la répartition des fonds publics, les minorités se voient reconnaître la personnalité morale de droit public?
(…) l’idée d’une appréhension des minorités nationales d’une point de vue collectif (…)apparaît à deux reprises:
– en premier lieu dans l’affirmation du droit à u ne représentation proportionnelle équitable au sein des organes élus de l’Etat. Ce droit était inscrit dans le traité de Sèvres, qui ne fut pas accepté par la Turquie et concernait cette dernière, mais aussi la Grèce et l’Arménie;
– en second lieu dans la proclamation du droit à l’autonomie pour certaines communautés d’ancienne tradition d’urope centrale et orientale.
195: Deux types de garanties (d’exécution des traités de Minorités).
La première était d’ordre constitutionnel, inscrite dans l’article liminaire (…)Cette affirmation était d’importance puisqu’elle tendait l’intangibilité des droits minoritaires en leur conférant une valeur supraconstitutionnelle. Seulement, elle était appelée à rester purement platonique, faute de prévoir le mécanisme juridictionnel apte à sanctionner toute atteinte à la place éminente ainsi conférée aux droits minoritaires dans la hiérarchie des normes nationales.
(…)On ne pouvait donc compter que sur le mécanisme international de garantie, prévu dans l’article final des traités, pour assurer l’effectivité des droits minoritaires.
196:(…)Une résolution du Conseil du 5 septembre 1923 a volontairement faussé la fonction d’arbitrage inintialement dévolue au Conseil par les traités , en donnant à l’Etat(…)la possibilité d’intervenir sur la recevabilité de la pétition.
(…)résultat désastreux. En faisant la part belle à la souveraineté des Etats, en restreignant, à leur demande, son propre contrôle et en freinant les initiatives des minorités, le Conseil en arriva à protéger bien plus les Etats contre les plaintes et pétitions émanant de elurs propres minorités que les minorités contre l’action des Etats. Celles-ci garderont de cette période une solide méfiance envers totue forme de protection internationale, préférant tenter pour leur propre compte l’expérience natioaliste, soit par la revendication du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, soit en attisant l’irrédentisme de la nation mère.
198: La Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948 transpose sur le plan du droit international public l’oeuvre rationaliste des lumières et considère “que la méconnaissance et le mépris des droits de lhomme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité+.
199: Au moment même où le droit international accueuillait le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, il s’efforçait, paradoxalement d’en réduire le champ d’application sous le prétexte d’en faire le ressort exclusif de la décolonisation(…)ne laissant ainsi d’autre choix aux minorités nationales que l’assimilaiton à l’Etat établi ou la secession. C’était pourtant méconnaître une autre dimension du droit des peuples à l’usage desminorité(…)UN DROIT A LA DECOLONISATION
200: (…)la différence esssentielle entre le droit despeuples à disposer d’eux-mêmes et le principe des nationalités tient à l’inscription du premier dansla Charte des Nations Unies: l’article 1 par.2 précise que l’un des buts des Nations Unies est “de développer entre les naitons des relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité des droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes”: (…)mêmes expressions(…)à l’article 55 de la Charte. Par là même, le droit des peuples affirmait sa vocation à devenir une norme internationale universellement consacrée, alors que le principe des nationalité etait resté cantonné au contexte européen.
204: la plupart des résolutions de l’ONU confondent (…)”souveraineté permanent des peuples” et “souveraineté permanente des Etats” sur leurs richesses naturelles., il y a lieu de constater une totale dénaturation du droit des peuples une fois l’Etat constitué, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes devient un droit de l’Etat et non du peuple.(…)Ce verrouillage du peuple par l’Etat se retrouve dans tous les textes de l’ONU.
Cela ne signifie pas pour autant que l’Etat, principalement l’Etat issu de la déconlonisation, rejette le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Tout au contraire, il l’intègre en s’identifiant au peuple libéré de l’oppression coloniale: l’Etat se substitue alors au peuple, les droits du peuple deviennent les droits de l’Etat.
Il apparaît en fin de compte, que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes n’est aucunement destructeur de l’ordre juridique international.
205: (…)la réalité du peuple, en dernière analyse, se trouve dominée exclusivement par les rapports de force.
212:(…) à l’heure actuelle, le droit international général demeure trop marqué par l’assimilation du droit à l’autodétermination au droit à l’indépendance étatique pour prétendre offrir un véritable système juridique de défense et de protection minoritaire.
Le cosntat se déduit aisément de la seule consultation de l’index analytique desprincipaux manuels de droit international public: le mot minorité renvoie immanquablement aux normes internaitonales de protectiond es droits de l’homme.(…)Cela suffit à attester la difficulté à concevoir de véritables normes internationales de protection
214-215: S’agissant plus précisément des minorités (…) il est vain(…)de désigner collectivement un groupe dès lors que celui-ci n’apparaît pas comme un sujet de droit. A l’inverse, l’appréhension de la question minoritaire par le truchement des droits de l’homme -rendue par la périphrase les personnes appartenant à des minorités nationales – présente l’immense avantage d’identifier les individus considérés, et partant, de leur attribuer les droits subjectifs correspondant à cette désigantion. Tel est bien l’objet de l’article 27 du pacte international relatif aux droits civils et politiques qui(…) s’efforce de réintroduire la problématique minoritaire dans la pratique des Nations Unies: “Dans les Etats où il existe des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques, les personnes appartneant à ces minorités ne peuvent être privées du droit d’avoir, en commun avec les autres membres deleur groupe, leur propre vie culturelle, de professer et de pratiquer leur propre religion ou d’employer leur propre langue.
(…)”les minorités ne sont pas uniquement une somme d’individus, mais représentent également un système de rapports entretenus entre eux”(Malinverni, Giorgio (1991), ‘Le projet de convention pour la protection des minorités élaboré par la Commission européenne pour la démocratie en droit’, Revue Universelle des Droits de l’Homme, p. 163.)
216: La Déclaration procède directement de la réflexion d’un groupe de travail mis en place en 1978 par la Commission des droits de l’homme de l’ONU. Pendant de nombreuses années celui-ci se heurta à la question récurrente de la définition de la notion de minorité. C’est finalement en renonçant à une telle entre prise qu’u projet de déclaration put enfin être adopté
(…) caractère déclaratoire fidèle à l’approche individualiste du Pacte de 1966 (…) l’article premier impose aux Etats un devoir général de protection identitaire des minorités : “Les Etats protègent l’existence et l’identité nationale ou ethnique, culturelle, religieuse et linguistique des minorités, sur leurs territoires respectifs et favorisent l’instauration des conditions propres à promouvoir cette identité” (Decaux, Emmanuel (1994), ‘Vers un nouveau droit des minorités nationales?’ GP, 2-7.)
218: L’INTROUVABLE DEFINITION DE LA NOTION DE MINORITE
(…) Rapport du Pr. Francesco Capotorti, publié en 1979: Etude des droits des personnes appartenant aux minorités ethniques, religieuses et linguistiques. A la fois enquête exhaustive sur les situations minoritaires dans le monde, assortie d’une évocation des politiques gouvernementales à leur encontre, mais aussi oeuvre conceptuelle, cette étude possède, à ce dernier titre, le mérite de délivrer une définition éclairante de la notion deminorité entendue comme “un groupe numériquement inférieur au reste de la population d’un Etat, en position non domiante, dont les membres -ressortissants de l’Etat- possèdent du point de vue ethnique, religieux ou linguistique, des caractéristiques qui diffèrent de celles du reste dela population et manifestent, même de façon implicite, un sentiment de solidarité, à l’effet de préserver leur culture, leurs traditions, leur religion ou leur langue”
Capotorti, Francesco (1979), ‘Etude des droits des personnes appartenant aux minorités ethniques, religieuses et linguistiques.’ Centre pour les Droits de l’Homme (Genève: Sous-commission de la lutte contre les mesures discriminatoires et de la protection des minorités des Nations Unies ).
219: (…) il est permis de se demander si la définition du Pr. Capotorti n’a pas aujourd’hui acquis valeur coutumière, même si certains auteurs lui reprochent essentiellementd’exclure de son champ d’analyse les minorité nationales.
221:(…) la construction d’un espace juridiquement défini au sein duquel le droit européen des minorités pourrait être amené à produire ses effets (…) met en cause deux principes fondamentaux du droit international contemporain: le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, notamment évoqué par les résolution 1514 (15) et 2625 (25) et l’intégrité territoriale de l’Etat (art 2, par.4 de la charte des nations Unies). C’est en procédant é une véritable réévaluation de ces deux principes que le droit européen des minorités pourra réellement accéder à l’existence.
232: Qu’est-ce qu’une minorité (…)nationale? Il importe (…) qu’un corpus juridique en émergence se voit au moins attribuer un objet clairmeent désigné, que les titulaire des drois qu’il entend garantir soient bien idenfiables.
233: DEFINIR OU NE PAS DEFINIR: Les premiers textes conçus lors de la péridode activiste du Conseil de l’Europe avaient pourtant abordé de front ce difficile problème conceptuel. Ainsi, l’article 2, par1, du projet de convention pour la protection des minorités élaborée par la Commission européenne pour la démocratie par le droit en 1991, disposat: “aux fins de la présente Convention, le terme “minorité” désigne un groupe numériquement inférieur au reste de la population d’un Etat, dont les membres, qui ont la nationalité de cet Etat, possèdent des caractéristiques ethniques, religieuses ou linguistiques différentes du reste de la population et sont animés de la volonté de préserver leur culture, leurs tradition, leur religion ou leur langue”
238: PAR.113: L’APPARTENANCE A UNE MINORITE, UN DROIT PUBLIC SUBJECTIF
241: PAR.115: DES DROITS INDIVIDUELS EXPRIMES DANS UN ENVIROTNNEMENT COLLECTIF
L’article premier de la convention cadre pour la protection des minorités nationales s’efforce de réduire l’antinomie (entre nature des droits minoritaires et recherche d’un principe les spécifiant), en situant d’emblée le système normatif de protection qui s’y rapporte dans le cadre “de la protectioninternationale des droits de l’homme” laquelle ne saurait justement relever du seul domaine réservé des Etat. Surtou, le même article distingue la “protection des minorités nationales” ès qualités de “la protection des droits et libertés des personnes appartenant à ces minorités”. Cette distinction refète bien la volonté des Etats de ne pas collectiviser le système de protection minoritaire qu’ils entendent par ailleurs promouvoir. Cette attitude est une constante: on la retrouve au sein de la recommendation 1201, dont l’article 3 par.2 dispose: “Toute personne appartenant à une minorité nationale peut exercer ses droits et en jouir individuellement ou en association avec d’autres”
242: citation extraite de Z. Ilic, Rapport du Groupe de travail chargé d’étudier les droits des personnes appartenant à des minorités nationales, ethniques, religieuses et linguistiques, E/CN4/1991/53, 5 mars 1991 p. 7 :”les conception de la France se fondent sur un principe universel: tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit. La Constitution française s’en inspire, pour laquelle tous les citoyens de la République une et indivisible sont égaux devant la loi. l’Unité du peuple français et l’égalité des citoyens écartent toute possibilité de distinction fondée sur des critères ethniques”. Autrement dit, le système de protection et de garantie des droits de l’homme et du citoyen absorbe l’identité minoritaire qui ne s’exprimera qu’au titre de l’exercice privé des libertés publiques.
254-255: A l’heure actuelle, la jurisprudence euroéenne est fixée depuis l’affaire linguistique belge où était en cause la représentation politique au Conseil flamand d’électeurs francophones vivant dans des communes de la frontière linguistique (NBP: Affaire Mathieu-Monhin et Clerfayt c/Belgique, arrêt du 5 mars 1987, série A, no. 113.). Contrairement à la Commission euroéenne des droits de l’homme, la Cour aura conclu à l’absence de violation tant de l’article 3 du premier protocole additionnel – concernant le droit aux élections libres- que de l’article 14 de la Convention européenne des droits de l’homme. Elle a notamment indiqué “les électeurs francophones de l’arrondissement de Halle-Vilvoorde jouissent des droits de vote et d’lligibilité dans les mêmes conditions légales que les électeurs néerlandophones. Ils ne s’en trouvent point privés par la seule circonstance qu’il leur faut voter soit pour des candidats qui, prétant leur serment parlementaire en français, figurerent parmi les membres du groupe linguistique français de la Chambre ou du Sénat et siègeront au Conseil de la Communauté française, soit pour des candidats qui, optant pour le néerlandais appartiendront au groupe linguistique de la Chambre ou du Sénat et au Conseil flamand. Il ne s’agit pas là d’une limitation disproportionnée, contrecarrant la libre expression du peuple sur le choix du corps législatif” (par. 57 et 59). Auparavant, la Cour avait constaté que la réforme constitutionnelle belge de 1980 s’efforçait d’établir un équilibre complexe entre communautés culturelles et régions en vue d’apaiser, au niveau institutionnel, la querelle linguistique, estimant, en conséquence, que l’obligation pour les minorités linguistiques, d’accorder leurs suffrages à des personnes aptes et prêtes à user de la langue de leur région se rencontre dans plusieurs Etats et ne menace pas forcément les intérêts de ces minorités (par.57). On notera tout de même que cette position fut adoptée par 13 voix contre 5, alors que, par 10 voix contre 1, la Commission avait été d’avis qu’il y avait eu violation de l’article 3 du premier protocole additionnel.
258: Les mêmes contraditions qui auront empêché la Société des Nations de construire un véritable droit international des minorités agissent aujourd’hui de manière rémanente.
259: (…) en situant la question minoritaire là où elle se pose et en respectant le libre arbitre des Etats pour lrsquels il ne saurait ontologiquement exister de phénomène minoritaire, cette technique a au moins le mérite de signifier que la reconnaissance juridique des minorités nationales est d’abord une question constitutionnel.
C’est peut-être là que le droit international et européen des minorités trouve ses limites: question par essence existentielle, l’identité collective, le vouloir-vivre ensemble national, ne saurait se laisser enfermer dans une détermination juridique a priori.
261: les politiques juridiques étatiques vis-à-vis des minorités s’inscrivent sur une échelle de valeur allant du refus de reconnaissance du fait minoritaire à l’institutionnalisation du pluralisme.
262: 125 DIVERSITE DES SITUATIONS. Il n’existe pas de perception juridique objective du fait minoritaire: celui-ci pénètre dans la sphère du droit non pas comme un donné, mais comme un construit.
263: TYPOLOGIE DE LA RECONNAISSANCE JURIDIQUE DES MINORITES
L’ABSENCE DE RECONNAISSANCE (…)équivaut à la négation juridique de l’existence de minorités (….)
264: correspond très exactement à l’attitude de la France.
265: LA RECONNAISSANCE EXPRESSE
266: LA RECONNAISSANCE INTERNATIONALE. Dans la mesure, en effet, où des instruments internationaux (bilatéraux ou multilatéraux) intéressant la protection des minorités trouvent à s’appliquer en droit interne et compte tenu de la place qu’ils occupent dans la hiérarchie des normes juridiques, l’acte de reconnaissance du fait minoritaire peut être d’abord de naure interétatique.
269: LA RECONNAISSANCE INTERNE.
Il convient de souligner (..) la très grande imprécision terminologique qui caractérise ce niveau de reconnaissance: les expressions “minorités nationales”, “nationalités”, “communautés culturelles”, “groupes ethniques”, “groupes linguistiques”, sont le plus fréquemment utilisées pour marquer le pluralisme de la nation étatique.
270-272: LA RECONNAISSANCE CONSTITUTIONNELLE
Rares sont (..) les textes constitutionnels qui se risquent à définir un fait minoritaire pourtant juridiquement attesté. C’est bien plutôt par ses occurrences que, (..) la communauté infranationale reconnue se verra qualifiée: les minorités seront alors “linguistiques” (Constitution italienne, art.5), “ethniques” (Constitution albanaise, art. 29), Constitution hongroise, art. 68, Constitution slovène, art. 5, Constitution slovaque, art. 33 qui emploie plus exactement l’expression “groupe ethnique”.
Au reste, de nombreuses Constitutions issues de la décommunisation sont demeurées fidèles à une qualification très prisée par les ancien texte socialistes, celle de “nationalité”. Cette dernière accompagne presque toujours la reconnaissance officielle du pluralisme de la société politique nationale. Autrement dit, son emploi est un indice juridique attestant souvent le caractère multinational de l’Etat concerné (..). Ainsi la Constitution ukrainienne définit-elle le “peuple ukrainien” comme formé des “citoyens d’Ukraine de toutes les nationalités” (art.3), de même la Consitution chinoise de 1982 définit la République populaire de Chine comme “un Etat unifié multinational, créé en commun par les diverses nationalités du pays” (Préambule, par. 10) tandis que la nouvelle Consitution de la Fédération de Russie du 12 décembre 1993 fait du “peuple multinational” l’unique source du pouvoir (art. 3 par.1). L’expression “nationalités” se retrouve en Macédoine et au Kirghizistan, bien que les Consitituons de ces deux derniers pays se soient refusées à en faire le pivot d’un authentique Etat multinational. Elle figure également dans l’article 2 de la Constitution espagnole de 1978, sous forme de garantie “du droit à l’autonomie des nationalités et régions” et apparaît comme un gage accordé aux “nationalités historiques” d’Espagne -pays Basque, Catalogne et Galice- qui avaient accédé à l’autonomie régionale sous la Seconde République espagnole, dans le cadre de la Constitution du 9 décembre 1931.
D’autres textes constitutionnels, soucieux de mieux circonscrire le phénomène minoritaire et, par conséquent, de se démarquer d’une qualification générale ou englobante, s’orienteront vers une dénominationpus spécifique. Une telle attitude recèle, pour l’Etat-nation concerné un double avantage: celui, d’une part, d’éviter les pièges d’une approche générale, source inévitable d’imprécision et d’éventuelles difficultés pour la cohésion nationale; celui, d’autre part, de mieux cerner la dimension minoritaire en lui conférant, de surcroît, un statut adapté. Ainsi de la Norvège, dont l’article 110-a de la Constitution protège l’identité culturelle des Saame (Lapons). Tel est surtout le cas des Etats soucieux de reconnaissance des peuples autochtones, qui feront alors l’objet, en tant que tels, d’une protection spéciale, à l’exemple du droit constitutionnel canadien: celle-ci est énoncée à l’article 91-24 de la Loi constitutionnelle de 1867, à l’article 25 de la Charte des droits et libertés et à l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. Ce dernier texte dispose: “1/ les droits existants, ancestraux ou issus de traités, des peuples autochtones du Canada sont reconnus et confirmés; 2/ Dans la présente loi, “peuples autochtones du Canada” s’entend notamment des Indiens, des Inuit et des Métis du Canada” Cette approche est d’autant plus intéressante que la problèmatique despeuples autochtones est envisagée en termes collectifs, laquelle contraste avec celle des droits linguistiques des minorités (art. 23 de la Charte canadienne des droits et libertés, art. 43 de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec) laquelle est plutôt envisagée en termes individuels, bien que la question n’ait pas éencore été définitivement tranchée par la Cour suprême du Canada. On remarquera également que les peuples autochtones sont explicitement désignés par le texte constitutionnel, ce qui tend bien à renforcer le statut protecteur dont ils pourront bénéficier ès qualité. C’est bien pourquoi semblable démarche mériterait d’être généralisée à ce niveau constitutionnel, dans la mesure où, justement, les lois fondamentales des Etats à pluralisme national se gardent trop souvent de délivrer une définition du fait minoritaire.
272-274: LA RECONNAISSANCE LEGISLATIVE
A l’inverse, les textes législatifs se montrent beaucoup plus prolixes. Sans doute la place intermédiaire de la loi dans la hiérarchie des normes juridiques explique-t-elle cette situation, qui ne bénéficiera pas, par conséquent, de la même garantie de stabilité qu’une mention constitutionnelle. Toutefois, cet inconvénient peut être aisément atténué, notamment de deux manières: en premier lieu, certaines Constitutions récentes prévoient que l’adoption d’une législation relative aux minorités par le Parlement national se fera sur la base d’une majorité qualifiée. Ainsi de la Constitution hongroise, dont l’article 68 par. 5 dispose:” L’adoption de la loi sur les minorités natioanles et ethniques requiert la majorité des deux tiers des voix des députés présents”. Dans le même sens, on doit mentionner les disposition de la Constitution slovène, d’après laquelle la législation -au sens étendu du terme- relative aux droits et à la situation des commuautés infranationales ne pourra être adoptée sans le consentement des représentants desdites communautés nationales (art.64) ce qui peut laisser supposer que ceux-ci disposent, en l’occurrence, d’un droit de veto. En second lieu, l’existence d’un contrôle effectif des lois, lequel tend à se généraliser, permettra d’affermir les définitions législatives du fait minoritaire.
A partir de là, il estpossible d’ordonner les définitions législatives en fonction de deux critères utilisés ensemble ou séparément: l’option passive et l’option active. L’option passive consiste à appréhender la situation minoritaire en fonction de critères objectifs -langue, relition, traditions culturelles, lieu de résidence- souvent combinés avec uncritère numérique, voire temporel. Ce système est pratiqué parl’article premier de la loi autrichienne de 1976 qui considère comme “groupes ethniques”: “les groupes de citoyens autrichiens domiciliés en permanence sur le territoire de la République, de langue maternelle autre que l’allemand et possédant un patrimoine propre”. Egalement par la loi hongroise du 7 juillet 1993 sur les droits des minorités nationales et ethniques, dont l’article 1, par2, dispose “est considérée, en vertu de la présente loi, comme minorité nationale ou ethnique (ci-après minorité) tout peuple, groupe ethnique qui réside depuis au moins un siècle sur le teritoire de la République de Hongrie, qui est en minorité numérique, dont les membres sont citoyens hongrois et qui diffère du reste de la population par sa langue, sa culture et ses traditions, et qui fait preuve d’un esprit d’appartenance visant la conservation de ces dernières ainsi que l’expression et la défense des intérêts de ces communatués forméees au fil de l’histoire” et d’nomunérer, sur la base de ces critères préétablis, les groupes “autochtones” de Hongrie: “les groupes allemands, arméniens, bulgares, croates, grecs, polonais, roumoains, ruthnéniens, serbes, slovaques, slovènes, tziganes et ukrainiens” (art 61 par.1). Citons enfin la loi estonienne du 26 octobre 1993 sur l’autonomie culturelle des minorités nationales, dont l’article premier considère comme “minorités nationales”: “…les citoyens d’Estonie qui résident sur le territoire de l’Estonie, maintiennent des liens stables, durables et fermes avec l’Estonie; se distinguent des Estoniens en fonction de leurs caractéristiques ethniques, culturelles, religieuses ou linguistiques; sont désireux de préserver ensemble leurs traditions culturelles, leur religion ou leur langue qui constitutent le fondement de leur identité commune”. A partir de là l’accès à l’autonomie culturelle conernera “les personnes appartenant aux minorités allemande, russe, suédoise et juive et aux personnes appartenant aux minorités nationales de plus de 3000 membres” (art. 2 par.2).
On le voit: l’option passive repose sur une inscription d’office et a priori des minorités. Ce critère présente l’inconvénient d’opérer une sélection à l’intérieur même du phénomène minoritaire. Un risque de discrimination peut alors apparaître, dans la mesure où la protection mise à la charge des pouvoirs publics ira d’abord aux minorités nommément désignées (…). Dans certains cas, la protection minoritaire passe préalablement par l’individualisationconstitutionnelle de minorités clairement spécifiées. Le principe de territorialité linguistique correspond à cette dernière hypothèse (…). C’est ce qui explique que seuls les groupes lingusitques allemand du Trentin-Haut-Adige, français du Val d’Aoste et slovène de Trieste et Gorizia seront appréhendés par la législation italienne, de même que les communautés linguistiques française, flamande et allemande par la législation belge.
A l’inverse, l’option active repose sur un choix personnel d’appartenance minoritaire librement exprimé. C’est bien en ce sens que la loi hongroise du 7 juillet 1993, combinant option passive et option active, fait de “la volonté d’appartenir à un groupe ou à une minorité nationale ou ethnique” un “droit exclusif et inaliénable de l’individu” (art. 7 par. 1). Sans doute s’agit-il là d’une affirmation de principe, qui fait du droit à l’identité minoritaire un droit individuel car le droit d’option active -réservé à 1000 citoyens hongrois au moins se considérant eux-mêmes comme une minorité et s’exprimant sous la forme d’une initiative opulaire présentée au Président du Parlement (art. 61 par. 2)- s’exerce de façon subsidiaire et non automatique, puirsqu’il est subordonné à la reconnaissance des pouvoirs publics. Option active et option passive se retrouvent en Frinlande, où la loi sur l’emploi de la langue saame dans les rapports avec les pouvoirs publics (1991) définit comme Saame, c’est à dire Lapon, toute personne qui se considère elle-même comme Saame, à la condiiton qu’elle-même ou l’un de ses parents ou grands-parents ait appris le lapon comme première langue (sect.2). Dans le même sens, la loi sur l’amélioration de logement de la population tzigane (1975) définit comme tzigane celui qui se considère lui-même comme un tzigane, sauf lorsqu’il est évident qu’il n’en est pas un. On remarquera que l’option passive est souvent utilisée là où la loi désigne nommérment telle minorité. Les exemples hongrois et finlandais tendent aussi à démontrer que l’otion active est un droit individuel qui peut, selon les cas, exprimer une appartenance minoritaire à titre collectif ou à titre personnel. En tout eétat de cause, le critère del’option active conçu comme un véritable droit de l’homme, tend ainsi à révéler une conception élective de l’appartenance minoritaire.
275: LA RECONNAISSANCE IMPLICITE- Il existe enfin une dernière situation où les minorités sans bénéficier d’une reconnaissance expresse au niveau constitutionnel ou législatif, font néanmoins l’objet de textes divers et circonstanciés, de niveau législatif ou administratif.
(…)C’est en fonction d’une telle situation qu’il convient d’apprécier la création par le gouvernement français, le 8 août 1985 d’un Conseil national des Langues et Cultures régionales.

277: LES OBJECTIFS DE LA RECONNAISSANCE DES MINORITES
Entre unité de l’Etat et le droit à l’autodétermination. La reconnaissance juridique des monorités évolue entre deux contraintes (…); d’une part l’affirmation de l’identité minoritaire(…)
. Il importe de rappeler, sous cet aspect, que, pour le Conseil constitutionnel français dans sa décision (…) du 9 mai 1991, reconnaître l’existence juridique du “peuple corse”, c’était lui reconnaître le droit à l’autodétermination. (…)
Mais d’autre part, il faut aussi tenir compte du projet inhérent au modèle politique de l’Etat-Nation.
LE PLURALISME.
L’ASSIMILATION
289: II- LES DROITS RECONNUS AUX MINORITES
LE DROIT A LA DIFFERENCE- La reconnaissance étatique du droit à la différence minoritaire pose un problème de fond, en ce qu’il heurte apparemment le principe d’égalité entre tous les citoyens de l’Etat sur lequel se fonde le modèle politique de l’Etat-Nation.
291: DROITS INDIVIDUELS ET DROITS COLLECTIFS
(…) reconnaître des droits individuels aux minorités nationales, c’est faire le choix de l’Etat-nation, c’est tout au plus aménager dans ce cadre un certain pluralisme national.Reconnaitre des droits collectifs aux minorités nationales, c’est considérer ces dernières comme des entités distinctes de leurs éléments constitutifs, c’est leur attribuer une personnalité morale de droit public, c’est faire le choix de l’Etat multinational.

294-6: LES DROITS LILNGUISTIQUES- Ceux-ci se trouvent circonscrits par la règlementation constitutionnelle de l’emploi officiel des langues. Souvent, en effet, l’Etat possède sa propre langue officielle, c’est à dire la langue employée par les rapports publics et que les citoyens doivent utiliser dansleurs rapports avec ceux-ci. Cette langue officielle peut être d’abord une langue véhiculaire. C’est ainsi que la plupart des Etats issus de la décolonisation -en Afrique et en Amérique latine- ont eu recours, comme telle, à la langue du colonisateur, ce qui, à leurs yeux, preprésentait le plus sûr moyen de consolider une inité nationale encore bien fragile. Aujourd’hui, la tendance des textes constitutionnels est plutôt à la confulsion de la langue officielle et de la langue nationale. Dans ce dernier cas, deux hypothèses peuvent se présenter:
– la langue officielle est la langue vernaculaire parmi d’autres langues vernaculaires. Cette hypothèse se rencontre lorsque le constitutant reconnaît explicitement ou implicitement plusieurs langues nationales ou régionales et fait de l’une d’entre elle une langue officielle. Telle est la situation de l”Inde où, bien qu’il n’y ait pas de langues nationales, mais seulement des langues régionales, le constituant a fait de l’une d’entre elle -l’hindi- la langue officielle de l’Union indienne (art. 343). La langue oficielle est aussi langue de communication interfédérale. En outre et conformément à l’articel 345 de la Consitution, l’annexe à celle-ci domme la liste des quatorze langues régionales officielles. En Suisse également, l’article 116 de la Constitution fédérale reconnaît quatre langues nationales dans son alinéa premier, mais trois langues officielles dans son alinéa 2, se refusant par là-même à faire du romanche une langue officielle. La même hypothèse se retrouve en Espagne où l’article 3 de la Constitution fait du Castillan “la langue espagnole officielle de l’Etat”, le par 2 précisant que “les autres langues espagnoles seront aussi officielles dans les Communautés autonomes, conformément à leurs statuts respectifs”.
– dans une seconde hypothèse, la distinciton langue nationale -langue officielle peut fournir l’occasion d’une reconnaissance cosntitutionnelle du fait que l’Etat est composé de citoyens parlant des langues différentes, c’est à dire du multilinguisme, ce caractère pouvant être reconnu sur tout ou partie du territoire de l’Etat. De ce dernier point de vue, des Etats comme la Belgique, le Canada ou la Suisse apparaissent officiellement comme des Etats plurilingues.
Ces situations tendent aussi à démontrer que la réglementation constititonnelle des langues officielles dessinera en contrepoint l’espace réservé aux langues minoritaires. Tout au plus, ce espace se réduira à la liberté d’utiliser sa langue maternelle dans la vie privée. La plupart des Etats l’admettent au titre de la protection des droits fondamentaux, notamment en Europe, ne serait-ce que parce que cette liberté participe du “respect de la vie privée et familiale” garanti par la Convention européenne des droits de l’homme de 1950. En Allemagne, notamment, l’usage privé des langues minoritaires est considéré comme u n droit fondamental par le jeu des trois premiers articles de la Loi fondamentale (droit au libre développement de sa personnalité en tant qu’expression de la dignité humaine, principe d’égalité devant la loi); en Grèce, le droit à l’emploi des langues est inclus dans l’article 14 de la Consitutuion relatif à la liberté d’expression. Ailleurs, certains Etats confient explicitement à leur propre Constitution cette garantie de l’usage privé de la langue minoritaire comme la Croatie (art 7) ou la Slovénie.
Par contre, les Etats se montrent plus réticents à garantir l’usage public des langues minoritaires là où la puissance publique possède elle-même sa propre langue, celle, justement, que lui réserve la Constitution au titre de la langue officielle. C’est cette dernière que tout citoyen doit employer dans ses rapports avec l’Etat, son administration et ses juges. En Autriche, par exemple, l’article 8 de la Constitution fait de l’allemand la seule langue officelle de la République, sous réserve des disposiotns légales relatives à l’emploi des langues des minorités. C’est dire par parincipe l’étroitesse de l’espace public éventuellement réservé aux langues minoritaires, lorsqu’il en existe un. La Constitution roumaine est certainement la plus stricte dans le genre, qui ne tolère aucune concession au caractère officiel de la langue roumaine, proclamé à l’article 13: aussi prend-elle soin de préciser que “la procédure judiciaire se déroule en langue roumaine”, se contentant d’assurer un interprète aux “citoyens appartenant aux minorités nationales ainsi (qu’aux) personnes qui ne comprennent pas ou ne parle pas la langue roumaine”- dont le service n’est gratuit qu’en matière pénale.
A l’inverse, l’espace occupé par les langues minoritaires sera d’autant plus grand que les pouvoirs publics se feront plus discrets quant au statut de la langue nationale, comme en Albanie, où la Constitution garantit le droit des minorités à la préservation et au développement de leur identité linguistique, sans mentionner expressément le caractère officiel de la langue albanaise. De son côté, la Slovénie aura élevé l’italien et le hongrois au statut de langue officielle, en sus du slovène, là où vivent les minorités considérées (art. 11). Mais ce sont certaineemnt les textes juridiques hongrois qui paraissent les plus libéraux à cet égard. Non seulement, en effet, la Constitution ne fait aucune mention de l’emploi officiel des langues, mais elle garantit aux minorités nationales et ethniques le droit à “l’utilisation de leur langue maternelle” (art. 68 par 2). Ce droit est amplement précisé par la loi du 7 juillet 1993 sur les droits des minorités nationales et ethniques qui fait obligation à l’Etat d’assurer aux minorités les conditions d’utilisation de leur langue (art. 51). Le droit à la langue minoritaire est également reconnu dans la procédure judiciaire. La loi va même jusqu’à prévoir la possibilité, pour les députés appartenant à des minorités, d’utiliser au parlement leur langue maternelle, fait suffisamment rare pour mériter d’être relevé.
En réalité, cette dialectique constituionnelle des langues nationales et minoritaires n’est véritablement opératoire que si on la rapporte à la question hautement sensible de l’enseignement. Là se dévoilent les véritables intentions de l’Etat, soucieux de respecter le pluralisme national de la société politique ou décidé à faire de l’école, à tous les niveaux, le creuset de la nation. C’est ainsi qu’en Autriche la loi sur les écoles de la minorité slovène en Carinthie (1959) établit un système d’enseignement dans la langue de la minorité au niveau primaire et secondaire. Un arrêt de la Cour constitutionnelle (…) a d’ailleurs constaté que l’enseignement dans la langue slovène était protégé par la Constitution, ce qui signifie, concrètement, qu’une réglementation visant à restreindre géographiquement l’accès aux écoles minoritaires serait ipso facto contraire à la Constitution. Il existe une loi analogue pour l’enseignement de la langue croate et hongroise dans le Burgenland.
Au Canada, l’article 23 de la Charte des droits et libertés garantit le droit à l’instruction dans la langue de la minorité. En conséquence et aux termes d’un arrêt rendu par la Cour suprême en 1990, la minorité de langue officielle dispose du droit de gérer ses propres écoles là où le nombre d’élèves le justifie (Quebec Association of Protestant School Boards c/Québec (PG), 2 RCS, 66.). De plus, un autre arrêt de la Cour suprême a fait prévaloir l’article 23 de la Charte sur l’article 73 de la Charte québécoise de la langue française – la fameuse loi 101- qui, afin de limiter l’expansion de la minorité anglophone du Québec, réservait l’école publique anglais au Québec aux enfants dont un des parents au moins avait suivi l’école primaire anglaise dans la olomême province. De fait, certains Etats prévoient l’organisation de l’enseingement dans la langue de la minorité, au moins jusqu’au niveau secondaire, comme en Albanie ou en Croatie. Dans ce dernier pays, des écoles peuvent être créées dans les villes où les minorités sont en nombre significatif et l’enseignement universitaire peut également être dispensé dans une langue minoritaire. En Pologne, en dépit de l’absence de référence constitutionnelle, l’enseignement dans la langue minoritaire peut être organisé, à tous les niveaux, sur demande d’un nombre minimum d’élèves, sinon, l’enseignement de la langue minoritaire sera en tout état de cause dispensé.
Le degré de liberalisme dont les pouvoirs publics font pruve dans la question de l’enseignement minoritaire déterminera également la manière dont ils satisferont aux demandes des minorités nationales vis-à-vis des média. Même si, dans ce domaine, la technique rend de plus en plus obsolètes les réticences des Etats, il faut constater que bien peu ont osé aller au-delà de l’octroi d’un certain temps d’eantenne publique aux minorités nationales. La Hongrie est toutefois allée jusqu’à inscrire leur droit à recevoir les programmes radiodiffusés et élévisés en provenance de lantion mère. Les Etats scandinaves ont, de elur côté, reconnu aux groupes minoritaires le droit de créer leurs propres media, notamment dans le domaine de la télévision.
DROITS RELIGIEUX.
300: (…) concept générique de démocratie associative, dont la Suisse constitue la terre d’élection. Il faut, en effet, remarquer que ce pays aura pratiqué la démocratie associative par le perfectionnement du fédéralisme bien avant que cette notion ne fasse l’objet d’une conceptualisation par les politologues américains. A cet égard, le Pr. Cadart qualifie fort justement la Suisse de “démocratie des minorités, démocratie équilibrée par les minorités” dans la mesure où chaque citoyen est membre de plusieurs groupes prestque tous minoritaires mais il n’est jamais majoritaire dans plus d’un groupe et en ce cas seuelement dans un groupe religieux ou linguistique”, ceci parce que les différentes frontières qui expriment les diversités minoritaires ne coïncident pas.
La démocratie associative repose ainsi sur un “ensemble de méanismes et d’arrangements insitutionnels permettant d’établir un modus vivendi dans des sociétés divisées par des clivages profonds” De Witte, Bruno (1991), ‘Reconnaissance et protection’, Pouvoir, 57, 126-27.

section III- Le temps des révolutions. les minorités dans l’ombre . Cdes Etats (N. Rouland et Pierré-Caps, Stéphane)
Conclusion Générale.(Pierré-Caps, Stéphane)

Pierson, John. 1996. Spike, Mike, Slackers, and Dykes: A guided Tour across a decade of Independant American Cinema. London: Faber.

Pihet, Christian (2013), ‘Ce que nous enseigne ce conflit sur l’eau’, paper given at Israël-Palestine 2020: La Guerre de l’Eau aura-t-elle lieu?, Université d’Angers, 30 novembre 2013.

Professeur de Géographie, Université d’Angers
L’eau rare dans des espaces restreints

Pisani, Edgar. 1996. La Crainte de la Mondialisation: affronter la déréglemenation économique. Le Monde Diplomatique (janvier 1996).

Pendant des générations, et dans beaucoup de paxs, les citoyens ont été formés à l’idée qu’il existait une correspondance exacte entre Etat, nation, territoire, patrie, langue et cultrue. La Frqance est l’archétype de l’Etat nation, jacobine de surcroît. L’Etat-nation a réalisé dans sa spendeur sa passion de l’être et du faire, Etat étant l’outil et le maître de la nation-creuset. Dans le domaine de l’analyse politique, on constate une réelle confusion entre l’être et le faire, un imbhroglio où l’on ne distinque plus entre l’Etat-être, l’Etat-faire, la nation-faire, la nation-être, qui se trouvent confondus dans les m’emes structures institutionnelles. Nous sommes en présence d’un système d’organisation globalisant. Faut-il en changer ? Et si nous choisissons d’en chabnger, envisageons-nous qu’il se dépouille pour ne garder que les fonction de faire? Envisageons-nous de donner une place, dans nos institutions, aux communautés, aux lieux d’être ensemble ? Est-ce que, côté du concept de citoyenneté (faire), peut apparaître un concept d’appartenance culturelle (être)?
La planète -sous la houlette américaine et avec la participation active de tous ceux qui, à la Commission de Bruxelles et ailleurs, oeuvrent à la création d’une zone de libre-échange euro-atlantique sous l’appllation moins voyange d’ »asgenda transatlantique »- a commencer d’entrer dans un désordre suicidaire

Platt, Polly. 1998. French or Foe. 2nd ed. Cincinnati, Ohio: C.J. Krehbiel Company.

Despite the vituperation of Mark Twain and a few others beloved of Americans, the French are the U.S.’s oldest and only historically loyal ally: Like lots of friends, we have our differences from time to time: But Americans should remember that it was the French treasury, and experienced French naval and army leaders, that made the difference between the colonists’ winning ‘or losing’ their war against Great Britain .

Platt, Bill. 1992. The Confusing State of Minority Language Rights. In Language Loyalties: A Sourcebook on the Official English Controversy, edited by J. Crawford. Chicago: University of Chicago Press.

The notion that there is a constitutionally protect right to express onself or receive communications in a  language other than English is supported by federal court decisions in several contexts

Ploquin, Françoise. 2005. Esprit de Famille. Le Monde Diplomatique (Janvier 2005):23.

On éprouve un sentiment de malaise quand un Français utilise l’anglais pour demander un renseignement dans une rue de Florence, de Séville ou de Coimbra, sans parler de Montevideo ou de Porto Alegre. Ou quand un hispanophone ou un lusophone agissent de la même manière à Paris. Cette attitude ignore la parenté entre les langues de l’Europe du Sud (et donc de l’Amérique latine) issues du latin. Entre les langues romanes – français, italien, espagnol, catalan, portugais, roumain –, l’intercompréhension est non seulement souhaitable, mais elle est possible et rapide à acquérir. L’intercompréhension, c’est le fait de comprendre des langues sans les parler : chacun parle ou écrit dans sa langue, et comprend ou lit celle de l’autre. Cette démarche, qui ne nécessite aucune connaissance préalable du latin, est de nature à souder un ensemble de pays appartenant à la même famille de langues, et qui ont des intérêts et des cultures proches.

Pour un locuteur de langue romane, les autres langues de la famille sont plus immédiatement transparentes que les autres. Il en va de même pour les locuteurs de la famille des langues slaves – russe, polonais, tchèque, serbo-croate et bulgare – et pour ceux de la famille des langues germaniques – anglais, allemand et néerlandais. Cette notion de famille de langues, les Scandinaves l’ont bien comprise, et depuis longtemps : un Danois, un Norvégien et un Suédois se comprennent en parlant chacun sa langue. L’habitude de s’appuyer sur les ressemblances (à utiliser de préférence quand on s’exprime) et l’étude des différences systématiques (à connaître, pour qu’elles ne perturbent pas la compréhension) permettent aux Scandinaves de communiquer aisément entre eux, et ainsi d’exister en tant que communauté. Voilà près d’un siècle que, dans chacun de ces trois pays, on enseigne à l’école les bases de la grammaire des langues des deux autres.

Au cours de la dernière décennie, d’intéressantes recherches ont été menées sur l’apprentissage à l’intercompréhension des langues romanes. Dans le cadre du programme européen Lingua, deux projets menés en liaison avec des équipes des autres pays de langues latines d’Europe ont permis nombre d’observations et d’expérimentations : Galatea, sous la responsabilité de Mme Louise Dabène (université Stendhal-Grenoble-III), et Eurom4, sous la direction de Mme Claire Blanche-Benveniste (université de Provence – Aix-Marseille). Du matériel a été produit, qui demanderait aujourd’hui à être actualisé et développé. Des émules passionnés continuent le travail à Rome, à Barcelone, à Reims.

L’université danoise d’Aarhus, forte de l’expérience scandinave, a montré que les mêmes résultats peuvent être atteints dans le groupe des langues latines. En Argentine, une forte colonie italienne pousse à l’apprentissage des langues du Cône sud. A la University of British Columbia (UBC) de Vancouver, le département de français, en perte de vitesse, s’est refait une santé en proposant l’initiation aux langues romanes… Les travaux menés avec des équipes d’étudiants volontaires, mais non spécialistes (Eurom4), montrent qu’en soixante heures un locuteur d’une langue romane parvient à lire et à comprendre des textes dans trois autres langues (livre, encyclopédie, article de presse). Pour la majorité des sujets, il faut cependant un peu plus de temps pour parvenir à une bonne maîtrise de la compréhension de l’oral (conversation, film, radio et télévision).

La diffusion de telles méthodes dans le système éducatif bute sur un obstacle de taille : elles n’ont pas droit de cité dans la définition des politiques officielles d’enseignement des langues, et donc dans la formation des professeurs. Préparés à n’enseigner qu’une langue étrangère, convaincus que leur mission est de la transmettre à leurs élèves dans son intégralité, les maîtres ne peuvent que rechigner à l’enseignement, à leurs yeux réducteur, d’une compétence partielle. Pour vaincre ces résistances, et dans le cadre d’une nouvelle politique, les formations devraient prendre en compte non plus une langue, mais une famille de langues. Un professeur maîtrisant plusieurs langues aurait une vision plus juste de chacune d’entre elles, et la tolérance aurait de grandes chances de remplacer l’exigence de perfection : l’intercompréhension fait en effet largement appel aux vertus de l’à peu près, qui permet d’avancer, et à la débrouillardise.

Tous les spécialistes savent que l’acquisition d’une langue étrangère dans sa totalité reste une entreprise difficile et de longue haleine, et que le bilinguisme réel est un mythe, sauf chez des personnes plongées dès leur enfance dans un univers bilingue, ou ayant passé une partie de leur vie dans un pays dont elles ont assimilé la langue. Dans la technique de l’intercompréhension, chacune des parties étant à l’écoute de l’autre, la production en langue étrangère devient inutile. La partie la plus difficile de l’apprentissage, celle qui met en branle les mécanismes les plus complexes, se trouve ainsi supprimée. Le gain en temps et en efforts est considérable.

Repenser l’apprentissage par familles de langues aurait de multiples avantages. Sur le plan individuel, sentiment d’égalité et confort sont partagés : aucun n’abdique sa langue pour adopter celle de l’autre. L’attention n’est mobilisée que dans les phases d’écoute et, de ce fait, la fatigue est réduite. Chaque locuteur peut ainsi s’exprimer de façon précise et nuancée. Et, au niveau politique, tant européen qu’international, cet apprentissage engagerait une dynamique de multipolarité et de démocratie linguistiques face à l’hyperpuissance et à la langue unique.

Pons, Xavier. 1994. A sheltered land. St. Leonards: Allen & Unwin.

Pons, Xavier. 1994. Stamp Duty. Cambridge: British Australian Studies Association.
Pons, Xavier. 1996. Le Multiculturalisme en Australie: Au-delà de Babel. Paris et Montréal: L’Harmattan (INC).
Pons, Xavier. 1997. A word from the EASA President. The European Association for Studies on Australia Newsletter (16):2.

The last twelve months have proved most interesting for Australia-watchers. From the political ans social points of view, the Coalitions’s decisive win in the March election heralded significant changes, though whether they would make Australia a better place remained unclear. There have been worrisome developments, such as the Pauline Hanson debate and the recists incidents to which it led. While the received wisdom is that Australia has whole-heartedly embraced multiculturalism and is fully aware of its benefits, it became sadly evedient that the traditional reservations about immigration and the no less tradtional fear of Asians are alive and well. The vaunted tolerance and harmoy of Australian society suddenly appeared a little shaky. It is unfortunate that racism should remain such a high profile in Australi, especially in respect of the Aborigines. The High Court’s decision in the Wik case has also resulted in increased tensions betwen blacks and whites, with the former suspecting the latter of wanig to tamper witht e Native Title Act. Reconciliation, it is clear, will not be easily achieved.

Pons, Xavier. 2000. L’Australie: Entre Occident et Orient. Paris: La Documentation Française.

Poplack, Shana, and Sali Tagiamonte. 1994. Marking the plural in the African American diaspora. American Speech (69):227-59.
___, and Sali Tagliamonte. 1991. African American English in the diaspora: Evidence from old-line Nova Scotians. Language Variation and Change (3):301-339.

quoted by Rickford in Rickford, J. R. (1998). The Creole Origins of African-American Vernacular English: Evidence from Copula Absence. African-American English: Structure, History and Use. S. S. Mufwene, J. R. Rickford, G. Bailey and B. John. London, Routledge: 154-200.
Reprint from original artical in Language Variation and Change 1: 47-89

___, and Sali Tagliamonte. 1991. There’s no tense like the present: Verbal -s inflection in early Black English. In The emergence of Black English in the diaspora: Text and Commentary, edited by G. Bailey, N. Maynor and P. Cukor-Avila. Amsterdam and Philadelphia: John Benjamins.

quoted by Rickford in Rickford, J. R. (1998). The Creole Origins of African-American Vernacular English: Evidence from Copula Absence. African-American English: Structure, History and Use. S. S. Mufwene, J. R. Rickford, G. Bailey and B. John. London, Routledge: 154-200.
Reprint from original artical in Language Variation and Change 1: 47-89

Portes, Alejandro, and Rubén Rumbaut. 1990. Immigrant America. Berkeley: University of California.

quoted by Rickford in Rickford, J. R. (1998). The Creole Origins of African-American Vernacular English: Evidence from Copula Absence. African-American English: Structure, History and Use. S. S. Mufwene, J. R. Rickford, G. Bailey and B. John. London, Routledge: 154-200.
Reprint from original artical in Language Variation and Change 1: 47-89

Portes, Jacques. 1994. Le Canada et le Québec au XXème siècle, Histoire Contemporaine. Paris: Armand Colin.

Post, Robert, and Michael Rogin, eds. 1998. Race and Representation: Affirmative Action. New York: Zone Books.

Post, Washington. 2002. Islam’s death wish. International Heral Tribune (Washington Post), 05.04.2002, 6.

Islamic nations held a conference in Malaysia this week in an effort to refute the connection between the Muslim world and terrorism. Sadlly, they managed to accomplish the opposite. Despite appeals form the Malaysian and Bosnian representatives, the 57 assembled states adopted a resolution that specifically rejected the idea that Palestinian “resistance” to Israel has anything to do with terrorism.
As the Muslim governments would have it, the Palestinian who killed himself and 26 Israeli civilians who were sitting down to a Passover Seder in an Israeli coastal city last week was not practicing terrorism; neither were those who organized and dispatched dozens of other young people to kill themselves and scores of innocent Israelis in recent months. In effect, the Islamic conference santioned not only terrorism but also suicide as legitimate political instruments. Though the governments were right in describing Islam as a peaceful relition, they were terribly wrong about themselves. It is hard to imagine any other grouping of the world’s nations that could reach such a self-destructive and morally repugnant conclusion. The refusal of Muslim states, particularly those in the Arab Middle East, to separate themselves from the suitcide bombers demonstrates the magnitude of the challenge faced by the United States in combating international terrorism. Arab governments say they reject the Sept. 11 attacks against the United States and support the campaign against Al Qaeda. But they are unwilling to renounce either terroirsm itself or the extremist Islamic ideology that underlies it. On the contrary, their schools and media help feed the terrorist cause with anti-Western and anti-Semitic incitement, and their governements often help pay for it with donations to radical Islamic groups.
Even now, Arab states are subsidizing the families of Palestinian suicide bombers, rewarding them for their actis of savagery and thereb y encouraging others to follow them.
Muslim spokesmen protest that terrorism is not easily defined; one purpose of this week’s conference -which was not achieved- was to come up with an Islamic definition. It’s true, of course, that some governments seek to discredit conventional military rebel momvement by labeling them as terrorist; it is also true that terrorism is sometimes employed in the name of legitimate causes. And yet it should not be
hard to agree that a person who detonates himself in a pizza parlor or a discotheque filled with children, praying scrap metal and nails in an effort to kill and maim as many of them as possible, has done something evil that can only discredit and damage whatever cause he hopes to advance. That Muslim govenrments cannot agree on this is shameful evidence of their own moral and political corruption.
It is also a sign of dangerous obtuseness. Anyone following the destructive Israeli offensive against Palestian towns in theWest Bank – the Muslim govenements, of course, were shrill about Israel’s “state terrorism”- can see how deeply terrorism has damaged the Palestinian national cause. For most of the 1990s, Israeli hard-liners like Ariel Sharon railed ineffectually against the Oslo process, which aimed at ending the Israeli occupation of the West Bank and Gaza and and granting the Palestinians a state. Relatively few Isralis supported them, and the United States ignored them. Now, thanks to the suicide bombers and the terrible choice of Yasser Arafat, the Palestinian leader to tolerate them -and maybe even aid them- Sharon is Israel’s prime minister and has won both a domestic nadate and U.S. tolerance for his ambition to destroy the authority, along with any chance of a viable Palestinian state in a forseeable future. The Palestinian national cuase will never cover -nor should it- until its leadership is willing to break definitively with the bombers. And Muslim states that support such sickeining carnage will risk not just stigma but also their own eventual self-destruction.

Poulsen, Frank Ejby (2008), ‘Cosmopolite, cosmopolitain, cosmopolitisme: définitions et problèmes’.

Que faut-il comprendre aujourd’hui des mots cosmopolite, cosmopolitisme ? D’abord si l’on reprend ‘histoire de l’apparition de ces mots, il faut bien se rendre à l’évidence que notre conception actuelle est liée au paradigme dominant du nationalisme qui nous pousse à y voir une opposition entre cosmopolitisme et nationalisme. J’avance la thèse, en fait, que cela ne va pas de soi, et même plus, que le concept de cosmopolitisme a créé, avant même l’apparition du mot, le concept de nation (je dis bien nation et pas nationalisme). Il faut séparer les notions de nation et nationalisme, ainsi que cosmopolite et cosmopolitisme. En effet, si le mot cosmopolite apparaît à la fin du seizième siècle, celui de cosmopolitisme ne fait son apparition qu’à la fin du dix-neuvième, au moment ou le nationalisme prend son essor dans les sociétés européennes, selon Gellner.

Le mot cosmopolite apparaît en 1560 dans la langue française 1560 dans De la République des Turcs et, là où l’occasion s’offrera, des mœurs et des lois de tous muhamedistes, par Guillaume Postel, cosmopolite. Il s’agit alors d’expliquer une culture au roi de France ; Guillaume Postel étudie et explique la culture de ce pays pour mieux faire valoir que la compréhension de l’autre doit conduire à la paix universelle. C’est un usage du « cosmopolite » qui est en accord avec sa racine grecque, telle que développée par Socrate et Diogène de Synope, et à la suite des cyniques, les stoïciens romains. « Kosmos », l’univers et l’ordre, « polis », la cité ou se prennent les décisions publiques.
Mais au dix-huitième siècle se développe une culture aristocratique et bourgeoise du voyage. Tout le monde se doit de faire son « tour d’Europe. » Pour une raison qui m’est inconnue encore, le mot cosmopolite se met à désigner ces gens à l’habitat non fixe. Trévoux dans son dictionnaire de 1721 définit à l’article « cosmopolitain, cosmopolitaine »:

« On dit quelquefois en badinant, pour signifier un homme qui n’a pas de demeure fixe, ou bien un homme qui nulle part n’est étranger. » Il ajoute par ailleurs que “On dit ordinairement cosmopolite; et comme on dit néapolitain et constantinopolitain, l’analogie demanderait qu’on dît cosmopolitain. »

Ainsi on est cosmopolitain comme on est napolitain ou romain, ou cosmopolite comme on serait troglodyte. Evidemment, l’Etat-nation moderne n’existait pas encore, la possibilité d’une création identitaire individuelle est encore possible, tout comme n’existent pas, les protections qu’entraîne la citoyenneté-nationalité. Au dix-huitième se développe donc le mot « cosmopolite » indépendamment du concept stoïcien et cynique. Il devient synonyme de ce que l’on désigne aujourd’hui par « transnational. » Par exemple dans Lemercier de la Rivière Ordre naturel et essentiel des libertés politiques (1762): « Ce décroissement sera d’autant plus prompt, que l’industrie est cosmopolite » (t. II, p. 518).

Ainsi, des auteurs, célèbres à l’époque, peuvent écrire des romans traitant de « cosmopolites » voyageurs au milieu du 18e siècle, mêlant le genre du journal de voyage à celui de roman et de critique sociale. Je pense à Fougeret de Monbron et son Le cosmopolite ou le citoyen du monde ou, pour l’Angleterre, Oliver Goldsmith et The Citizen of the World.

C’est vers la fin de ce siècle qu’apparaît une nouvelle expression formée sur le cosmopolite, le « cosmopolisme » avec L’Anglois à Paris. Le Cosmopolisme, publié à Londres… (1770) par V. D. Musset Pathay. Mais c’est surtout Louis-Sébastein Mercier, Victor Hugo du 18e siècle, qui en donne la définition dans Néologie, ou vocabulaire des mots nouveaux, a renouveler, ou pris dans des acceptions nouvelles, an IX (1801):

« Cosmopolisme. Il faut aimer un lieu; l’oiseau lui-même, qui a en partage le domaine des airs, affectionne tel creux d’arbre ou de rocher. Celui qui est atteint de cosmopolisme est privé des plus doux sentiments qui appartiennent au cœur de l’homme.
Qui croirait que l’on peut exercer à Paris le Cosmopolisme, encore mieux que dans le reste de l’univers ? »

Et une nouvelle expression encore, « Cosmopoliter. Parcourir l’univers ». Expression désuète, et c’est bien dommage car elle est bien mignonette : cosmopoliter, le cosmopolitage. Pourtant, dans l’esprit de la fin du siècle il s’agit d’une perte potentielle de repères et d’identité. On dirait presque une maladie dont souffriraient les globe-trotters, le « cosmopolisme ». On peut être « atteint de cosmopolisme » comme on est atteint de paludisme.

Ce que je pense, c’est qu’une certaine notion d’identité nationale a commencé à se former à la période de la révolution, fondée sur l’amour de la patrie et des lois. Certes, il ne s’agit pas de la « nation » telle que la formation de masse que connait la seconde moitié du 19e. Mais le concept de « nation » a lui aussi changé à ce moment, notamment du fait de la nécessité qu’imposait l’influence de la doctrine du droit naturel à trouver un souverain légitime, autre que le tyran, de plus en plus identifié en la personne du roi monarque absolu. Ce glissement ferait l’objet d’une autre étude, mais je pense qu’il est important et lié à la perception que l’on se fait alors du « cosmopolite ». En effet, la pensée politique cherche ce juste souverain, et la république devient un élément important face à la tyrannie. Or, comme le montre si bien Montesquieu, la république entraîne nécessairement le respect de valeurs et morales nécessaires à son bon fonctionnement démocratique. C’est ainsi qu’apparaissent les notions de patriotisme, de patriote, qui ne sont pas nécessairement opposés au cosmopolitisme, mais qui le deviennent au fur et à mesure que se développe la révolution et les ennemis, c’est-à-dire les tyrans et leurs alliés, qui viennent de l’extérieur. L’amour de la patrie et des lois sont les vertus cardinales pour Montesquieu et tous les philosophes du siècle pour que fonctionne une république. Il faut bien comprendre, cela dit en passant, que la patrie désigne l’espace ou le citoyen est libre et non pas le pays où l’on est né.
Evidemment, un cosmopolite changeant de patrie selon son bon vouloir apparaît immanquablement comme un élément perturbateur de cette république : quelle patrie aime-t-il/elle ? quelles lois ? Y en a-t-il seulement une ? C’est je pense, la raison pour laquelle Rousseau apparaît contradictoire dans ces écrits sur les cosmopolites. D’une part il loue ces « grandes âmes » cosmopolites qui se chargent de penser au respect des lois pour le bien commun de l’humanité (Discours sur l’origine et le fondement de l’inégalité parmi les hommes, 1754, Discours sur l’économie politique, 1755), d’autre part il fustige ces cosmopolites qui prétendent aimer tout le monde « pour avoir droit de n’aimer personne » et ne comprennent pas que l’on est d’abord homme en tant que citoyen dans une république avant de l’être dans la grande république de l’humanité (première version du Contrat social, 1887).

En résumé, je pense qu’il faut se méfier du concept qui nous est donné de « cosmopolitisme » et de son lien au « cosmopolite ». Les deux mots n’ont pas existé au même moment car le mot cosmopolitisme n’apparaît que dans la seconde moitié du 19e siècle, curieusement — et je ne pense pas que cela soit fortuit — au même moment que celui de nationalisme. L’acception selon laquelle le cosmopolite est un voyageur est aussi une conception moderne issue du siècle des Lumières. L’idée de cosmopolitisme, si l’on veut penser qu’il s’agit de la doctrine politique incluant toute l’humanité dans une même unité politique afin de favoriser la paix universelle, n’est pas très éloignée du concept de patrie et de nation qui se sont développé, du moins en France, sur ces mêmes prémisses issues du droit naturel. L’essentiel dans le cosmopolitisme est de maintenir l’esprit d’une fondamentale liberté individuelle sur tout, et la nécessaire cohabitation de cette liberté individuelle avec tous, y compris et surtout par rapport aux structures étatiques nationales — qui, je le pense, même si elles permettent le développement de cette liberté par une protection juridique, économique et sociale, sont aussi très structurantes dans l’imposition d’une identité supposée « nationale » sur l’individu. Il y a là, entre cette liberté individuelle fondamentale et cette structure d’organisation pacifique universelle, tout un champ immense d’exploration.

COMMENTAIRE EN REPONSE A UNE QUESTION QUELQUE TEMPS PLUS TARD
je pense que l’opposition nationalisme/cosmopolitisme est un produit du paradigme nationaliste tel qu’il s’est développé en Europe dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle. Avec ce nationalisme, s’est développé le rapport interne/externe qui n’existait pas autant auparavant. Si l’on étudie le cosmopolitisme dans l’histoire sur l’axe du rapport entre le local et le général, on se rend bien compte que ce rapport s’est déplacé. Au dix-huitième la “patrie” et la “nation” sont des termes abstraits auxquels certains écrivains expriment leur désarroi : c’est trop éloigné, c’est trop abstrait, le local c’est le village où l’on est né et le seigneur qui nous a donné l’emploi et le statut que l’on a. En ce sens, la nation et la patrie sont les concepts cosmopolitiques du dix-huitième siècle face à un local très local.

J’éprouve aussi souvent cette même ignorance parfois honteuse face au manque de lectures que je ressens au contact d’autres personnes. C’est le lot de tout personne aspirant à la sagesse de se confronter en permanence à sa propre ignorance en contemplant l’ampleur d’un savoir qui reste à accumuler. Lorsque je regarde la bibliothèque de mon père, je ressens souvent un sentiment d’abattement devant le nombre d’ouvrages que je ne connais pas encore, devant cette représentation visuelle d’une accumulation de livres, de feuilles, de signes. J’aimerais beaucoup que tu me confrontes à mon ignorance du monde islamique dans son rapport au monde. Comme l’a dit un philosophe cosmopolitique, si les nations sont des communautés imaginées, les mondes aussi le sont. La vraie démarche cosmopolitique n’est pas d’envisager une vision du monde à imposer au reste, mais de confronter toutes les visions du monde pour en dégager une sorte de vision commune. C’est ce que j’imagine pour l’instant tout du moins.

Poumarède, Jacques (1996), ‘Approche Historique du Droit des Minorités et des Peuples Autochtones’, in Norbert Rouland (ed.), Droit des Minorités et des Peuples Autochtones (Paris: Presses Universitaires de France), 32-154.

Première partie: Approche Historique du droit des minorités et des peuples autochtones : L’Altérité et les minorités
section I- De la Mésopotamie aux rives du Nil: la condition des étrangers

32: Tenter une approche historique du droit des minorités peut paraître une gageure difficile à tenir. Si l’on considère que le terme de minorité est consubstantiel à l’idée d’Etat et ne concerne que des groupes de nationaux qui, au sein d’une population dominante, possèdent et cherchent à préserver des caractéristiques ethniques, religieuses ou linguistiques propres.
(…)Masi si, faisant abstraction de la question de l’Etat, on pose le problème plus globalement (…), on peut ainsi étendre son regard jusqu’aux confins de l’histoire. En effet, toutes les sociétés se sont trouvées un jour confrontées à la présence de l’Autre, c’est à dire à l’installation sur leur terrritoire d’ungroupe humain allgène venu à la suite d’une conquête, d’une migration, d’une circulation marchande. Toutes les osciétés ont connu aussi l’émergence en leur sein de l’Autre, c’est à dire d’un groupe différent, (…) consituté à la faveur d’une ruputure sociale ou culturelle. (…). Ces confrontations ont donné lieu à des phénomènes d’exclusion ou de coexistence, à des rapports d’égalité ou de domination que le droit est venu plus ou moins fixer ou codifier.
35: Chap. 1/ les minorités dans l’Antiquité et le Haut Moyen-Age occidental
En Mésopotamie, dans les cités-états de Sumer et d’Akkad, au IIIe millénaire, il ne semble pas que l’on puisse repérer dans le vocabulaire comme dans l’écriture cunéiforme la trace de groupes allogènes au sin de la population libre. L’étranger est assimié à “l’adversaire”, “l’ennemi”
35-36: Dans les premières codifications au début du IIe millénaire, vers 1960-1850 av,HC (lois d’Esnunna, Code d’Hammourabi), on observe une structure sociale déjà plus diversifiée (…) citoyens libres (awilum) (…) esclaves (wardum)(…) catégorie minoritaire, les muskenum. Ce terme qui par l’arabe a donné notre “mesquin” désigne une classe intermédiaire (esclaves affranchis et étrangers) qui ne possède pas le droit de cité, c’est à dire le droit de participer à la vie municipale ((…) mais) étaient des sujets de driot, ils avaient le même statut familial et patrimonial que les awilum, mais leur situation inférieure est révélée par le rang des compositions qui frappaient les auteurs de faits délictuels dont ils pouvaient être victimes.
(…) Les documents cunéiformes de l’époque assyrienne mentionnent l’existence (…) d’habiru. L’origine de cette population a scuscité la curiosité des cheruchers et certains ont voulu y voir un seul et même peuple identifié aux anciens Hébreux.
37: Il s’agit plus probablement de populations déracinées par les multiples conflits.
(…)
A la basse époque, l’expansion de l’empire babylonien accentue les brassages de population et provoque des déportations masives. La plus célèbre est, sans doute, l’exil des juifs à Babylone après la prise de Jérusalem par Nabuchodonosor et la destruction du premier Temple (586)
(…) La masse des exilés , estimée à environ 50 000 individus fut installée sur les bords de l’Euphrate dans des villages de colons (…) statu de quatinu, étrangers aux droits limités.
37-38: (…) Des pratiques communautaires sous l’autorité d’une hiérarchie propre et l’organisaiton d’un culte synagogal ont maintenu l’identité des exilés jusqu’à leur délivrance par les conquérants achéménides conduits par Dyrus. Le retour à Sion n’entraînera qu’une partie de la population déportée: une communauté restera établie à Babylone formant ainsi la souche de la première diaspora juive.
38: la diaspora juive dispose d’une entière liberté de culte et paraît suffisamment intégrée pour que l’on retrouve quelques uns de ses membres dans l’entourage du Grand Roi, comme en témoignent les histoires de Nehémie, de Daniel, de Mardochée et de sa nièce Esther.
(autres éléments allogènes) Egyptiens (…) Mais entre tous les éléments allogènes venus des quatre coins de l’Empire et les populations autochtones, il règne, semble-t-il, une réalité juridique qu’attestent les fréquents mariages mixtes.
section II- Egypte et Israël
(…) L’apparition de colonies étrangères dans l’Egypte pharaonique est encore plus tardive que dans les Empires suméro-akkadiens.
39: (…) au cours du règle des XVIII et XIXe dynasties, qui constituent l’apogée de l’Empire, de nombreux étrangers s’installent en Egypte, forment des colonies et bénéficient de la liberté d’exercer leurs activités(…) ainsi que leurs cultes: (…) Syriens sont particulièrement présents et se spécialisent dans les opérations bancaires. omme tout égyptiens, les étrangers étaient inscrits sur les registres de l’état civil sous leur nom d’origine, avec maintien de leur nationalité, mais l’administraiton leur attribuait, en outre, un nom egyptien.
(…) Face à la tradition (juive) orthodoxe qui admet le récit biblique dans son entier, une partie de la critique exégétique doute aujourd’hui de son historicité et fait valoir natamment qu’aucune source égyptienne connue ne mentionne le séjour en Egypte des Hébreux.
40-41: (…) L’histoire de Joseph pourrait être datée d’une époque beaucoup plus tardive. Il s’agirait d’un roman conçu aux XIe-Ve siècles au sein d’une communauté de juifs, réfugiés en Egypte à l’époque des invasions assyiriennes ou de la déportation à Babylone, dans le but de fournir à cette diaspora une identité et un père fondateur. Il est un fait qu’à cette époque qui corrspond à la renaissance saïte (XXVIe dynastie) après la terribre invasion d’Assrbanipal, les communautés juives sont nombreuses en Egypte et assez bien connues(…) “judéens” (youdin) pratiquer les shabbat et la Pâque et même posséder un temple. (…) mariages mixtes. Il est possible que cette situation n’ait pas été bien vue par les tenants de l’orthodoxie juive réinstallée à Jérusalem après l’Exil. L’hisoire de Joseph serait donc à l’origine un récit légendaire destiné à montrer que des juifs pouvaient vire et même réussir en terre étrangère et ce n’est que plus tard (IVe siècle) qu’elle aurait été intégrée dans la rédaction finale du Pentateuque. (…) colonie d’Elephantine (Yeb en araméen) disparaitra au cours d’une insurrection d’Egyptiens sous la domination perse après la destruction de son temple.
(…) fondements si complexes de l’identité juive(…) monothéisme en constitue à la fois l’élément essentiel et le principe de séparation avec les peuples païens. (…) droit hébraique (a) défini de manière stricte les rapports avec les étrangers. Seuls adeptes du vrai Dieu, les Israélites ont eu à l’égard de l’étranger une attitude de défiance, voire même d’hostilité. Sans doute le Deutéronome rappelle-t-il le devoir d’hositalité envers l’étranger de passage et prescrit le respect des droits personnels de celui qui réside. masi des restrictions lui sont imposées: il ne bénéficie pas de la rémission au bout de sept ans de servitude pour dette (…) et surtout il ne peut pas accéder à la propriété foncière.(…) Certains exégètes pensent que c’est dans la communauté du Retour, sous la direction de Nénémie et d’Ezra (…) que furent sinon édictées du moins renforcées les règles impiosant l’endogamie ainsi que les tabous alimentaires et les autres prescriptions rituelles destinées à prévenir toute possiblité d’assimilation des juifs par les peuples environnants.
section III- Les représentations de l’altérité dans la Grèce antique
42: La Grèce antique nous a légué deux qualificatifs d’altérité: barbare et métèque qui ont dans notre langue une forte charge péjorative.
(…) Les Grecs se faisaient du monde habité une représentation circulaire et ethnocentrique. Au centre l’Omphalos – le nombril du monde- qu’ils situaient à Delphes section II- Egypte et Israël
même langue, (…) mêmes dieux, la même civilisation; à l’extérieur, aux extrémités du monde, les “barbares”(…) il désigne ceux qui ne parlent pas la langue des dieux et ne s’expriment que par des borborygmes(…)étranger culturel(…).Le Barbare ne peut donc avoir d’autre statut dans le monde grec que celui “d’esclave” par nature, comme l’affirme Aristote.
43: (…) si un jugement péjoratif est porté sur eux, c’est à cause de leur statut social(…). On s’accorde à penser que les Grecs, pas plus que les Romains, ne furent sentisbles à des préjugés racistes. (…). Un passage de la Métaphysique (livre I, 9) d’Aristote (…) peut être considéré comme un des premiers grands textes antiracistes.
(…) Au cours des VIIe et VIe siècles, l’affirmation du concept de polis introduit un nouveau principe d’exclusion. (…). Dans chque cité, la qualité de citoyen transcende l’appartenance à la communauté . (…). L’ATTITUDE LA PLUS RADICALE FUT ADOPTéE PAR sPARTE. A partir du milieu du VIe siècle, cette cité (…) se ferme aux étrangers aussi complètement que possible.
44: Athènes (…) l’insitution de la proxenia. Le prosène est un citoyen résidant dans sa patrie, auquel les autorités d’une autre cité ont confié le soin de protéger leurs ressortisssants. (…)Sorte de consul honoritifque. (…)L’étranger peut donc s’installer à deumeure et exercer une activité et même contracter un mariage mixte mais la propriété d’un bien foncier et les doirts politiques lui sont refusés. (…)Solon (…) inaugure au cours de son archontat (594-593) une mesure de naturalisation collective.
(…) Au lendemain des guerres médiques, lorsque Athènes victorieuse prend la tête de la ligue de Délos, et jette les bases de son Empire maritime, les étrangers sont déjà très nombreux au pied de l’Acropole. Un mot nouveau appraît pour désigner ceux qui, la prspérité aidant, se sont installés et ont fait souche: metoikos (…) “celui qui habite avec” et “celui qui a changé de domicile (…).
Pourtant, au moment où Athènes s’ouvre à la démocracie (…)une célèbre loi, votée en 451 à l’instiatagion de Périclès, prononce l’exclusion des sang-mélé.
45: Les discriminations (…) ont persisté au moins jusqu’à la conquête macédonienne, mais elles n’ont pas eu d’ifluence sur leur situation économique (…)liberté de culte (…)mais en matière judiciaire leurs causes civiles relèvent non de la justice populaire mais d’un magistrat unique, le polémarque, alors qu’au pénal ils sont trduits, comme tous les esclaves, devant le tribunal du Palladion. Curieux mélange de reconnaissance et d’exclusion qui maintenait cette poulation dans l’attente de faveurs individuelles accordées parcimonieusement par les autorités de la cité. (…)Platon (…)préconisait l’expulsion des métèques au terme de plus de vingt ans de résidence. Aristophane (…):”Les citoyens sont le froment de la cité et les métèques en sont le son”.
46 (…)Aristote (…) avait été métèque à Athènes.
Alexandre fit certainement le rêve (…) d’une monarchie universelle où il n’y aurait plus ni Grecs ni Barbares, mais tout simpelemnt des hommes vivant en paix. (…). En 324, au cours des “noces de Suse”, il fit célébrer en une seule journée le mariage de 10 000 de ses soldats gréco-macédoniens avec des Asiatiques.
(…)
section IV- Pragmatisme et esprit de tolérance à Rome
46: Rome (…) fut plus accueuillante et dans une assez large mesure tolérante.
47: politique impérialiste (des romains) sans jamais, ou presque, se départir d’n grand pragmatisme qui leur faisait privilégier les soutions les plus réalistes et (…)un réel esprit de tolérnce fondé moins sur la sympathie que sur une certaine indifférence envers autrui.
(…)Dans la Rome archaïque, l’étranger est l’hostis, terme qui n’impliquait pas systématiquement un état naturel d’hostilité et qui était étroitement apparenté à celui d’hospes. (…) Mais un étranger libre pouvait être accueilli à Rome à titre privé (hospitium privatum) en vertu d’un acord passé entre sa famille et une domus romaine. Le paterfamilias (…) garant pour (son hôte), (…)agissait à sa place devant les tribunaux (…) étrangers (…) dépourvus de droits (…) mais ils pouvaient néanmoins bénéficier d’une sorte de protection à charge de réciprocité.
(…) Rome conclut des alliances avec les cités voisines du Latium par lesquelles les étrangers pouvaient acquérir, selon les cas, le droit de passer des actes juriques (commercium), le doit de mariage avec des romaines (coniubium), le droit d’obtenir son dû (recuperatio) à défaut de pouvoir ester en justice. Certains pouvaient même acquérir la pleine citoyenneté sauf l’accès aux magistratures, à condition d’istaller leur domicile à Rome (jus migrandi).
(…)La domination sur les autres peuples italiques a donné naissance à différents statuts
48 (…)cités indigènes (qui se transforment) en municipes romains dont les habitants obtenaient la citoyenneté sine suffragio.
(…)
La force de ce système réside dans le fait que Rome n’a pas cherché à imposer aux peuples soumis une assimilation forcée. Les citoyens des municipes comme les peples allisé ont gardé leurs institutions locales, leur droit et leur langue.
49: (…) sur le plan du droit, l’impérialisme romain s’accommodait parfaitement d’un extraordinaire pluralisme juridique.
(…)
L’institution, en 242 av. JC du préteur pérégrin fut probablement à l’origine de l’essor de la fameuse procédure formulaire qui est venue compléter les actions de la loi par de nouvelles actions dites prétoriennes, destinées à sanctionner juridiquement ces nouveaux rapports.
(…)Il s’est ainsi formé au fil des siècle un droit commun aux Romains et pérégrins que l’on caractérisera plus tard du nom de jus gentium; bien avant la fin de la république, la condition du provincial se caractérisait donc par la liberté d’user de son droit national et la protectiond e ses intérêts dans ses rapports avec les Romains et les autres provinciaux: seuls les droits politiques lui faisaient défaut.
50: Ainsi, par étapes, lespeuples soumis furent intégrés dans le système politique romain, à commencer par leurs élites.
(…)Le couronnement de cettepolitique réside dans le célèbre Edit de Caracalla, ou Consitution antoninienne de 212 av. JC par lequel l’empereur a occtoryé à tous les pérégrins “le droit de la cité romaine”.
51: (…) l’édit de 212 a provoqué un changement radical de perspective. La civitas n’est plus le cadre mental et juridique exclusif. l’homo romanus se retrouve citoyen d’un immense Empire dont les limites se confondent presque avec celles du monde habité et acquiert ainsi une nouvelles identité.
section V- les ruptures du Bas-Empire
51: (…)Les Romains ont (…)longtemps (…) respecté les cultes despeuples soumis, en acceptant même dans leur propre panthéon certaines divinités étrangères.
(…)Rome tolérait, en effet, le judaïsme (religio licita), tout en lui marquant une certaine incompréhension comme en témoigne le qualificatif “d’abominable” qu’utilise Tacite (…)
51-52: (…)En revanche, les chrétiens, mal distingués à l’origine des zélateurs d’une secte juive, vont devenir vite suspect dans la mesure où leur prosélytisme touche les Gentils.
52: …pamphlet anti-chrétien du IIe siècle: “toute terre étrangère leur est une patrie et toute patrie une terre étrangère”(Anonyme ‘Epître à Diognète. 5-6′.). Les CHRéTIENS REFUSAIENT EN EFFET D’ASSUMER LES CHARGES MUNICIPALES LA FONCITON DE JUGE OU LE MéTIER DES ARMES.
(…)La persécution la plus brutale eut lieu sous Dioclétien, le fondateur de la Trétrarchie. Le monothéisme des chrétiens s’avérait inconciliable avec la base polythéiste du nouveau régime.
(…)L’élimination de la Tétrarchie et la conversion du nouvel empereur Constantin (312) fait du christianisme une religion licite et accorde l’égalité des droits avec les autres cultes.
53: C’est maintenant au tour des cultes païens de subir des discriminations pour des motifs manifestement religieux(A part le règne de Julien dit l’Apostat) (…). Sous Théodose 1er, le christianisme devient religion d’Etat par l’édit de Thessalonique (380)(…)culte païen(…)définitivement interdit.(…)Dès 315, une constitution impériale (Code de Théodose) leur (juifs) interdit tout prosélytisme(…)
Dans la seconde moitié du IVe siècle, la législation s’en prend aux lieux de prière(…)Les relations entre les communautés de la diaspora et les autorités juives de Palestine (Nassi et Sanhedrin) sont contrôlées.
(…)Augustin réclame le respect du culte juif et la charité pour un peuple témoin de la vie du Christ.
54: La distance entre un citoyen et un esclave était telle qu’elle n’avait pas besoin de se fonder sur des préjugés racistes.
(…)Profitant de l’affaiblissement du pouvoir impérial, des groupes entiers de barbares passent les frontières dans les provinces périphériques(…). Au Bas-Empire, les brbares établis à l’inérieur du limes se répartissent ent rois statuts différents.
Les “déditices”(…) vaincus, déportés(…) colons sur des terres en friche en Gaule, en Italie ou en Orient(…). Leur statut les attache à la terre mais ils conservent l’usage de leurs coutumes. (…)
“fédérés” (…)établis sur les frontières pour y tenir garnison. Ils sont juridiquement les égaux des Romains mais gardent leurs usages, leur chefferies, leur langue.(…)
55: La troisième catégorie, probablement la plus nombreuse(…) les “lètes” (…)communauté d’agriculteurs installés volontairement sur des terres vacantes, mises à leur disposition par les autorités(…)conservent, eux aussi, leurs structures tribales.
section VI- la cohabitation ethnique sous les monarchies franques
Les Grandes Invasions du Ve siècle ont abouti à l’installation sur le territoire de la Gaule d’une mosaïque de peuples barbares organisés(…)en royaumes indépendants(…)Burgondes(…)Wisigoths(…)Francs.
56: (…)implantations germaniques en Gaule(…)pas en mesure de supplanter démographiquement les populations gallo-romaines(…)Mais les mariages mixtes ont été surtout pratiqués par les aristocraties(…)dans la paysannerie, les communatués germaniques (ont) pu maintenir durablement leur identité pour des raisons moins biologiques que culturelles.
57: (…) factuers religieux et juridiques qui ont favorité la persistance d’une identité culturelle germanique au sein d’un monde romanisé et en partie christianisé.
(…)Le phénomène le plus surprenant pour les mentalités modernes est la longue persistance d’un certain pluralisme juridique au sein du Regnum francorum.
58: Les Mérovingiens et leurs successeurs Carolingiens n’ont pas cherché à soumettre au même droit tous le speuples vivant sur les territoires conquis, sauf pour ce qui concerne leur propre pouvoir.
(…)Le statut personnel déterminait donc les règles applicables en matière de droit privé et de droit pénal. Devant le tribunal du comte – le mallum- chaque plaideur devait commencer par répondre à la question rituelle: “Sub qua lege vivis?” en déclinant son identité ethnique. Cette profession legis (…)déterminée par filiation: l’enfant légitime prenait la loi de son père, l’enfant illégitime clle de sa mère. (…)Les clercs vivaient sous l’Empire du droit romain, quelle que soit leur ethnie d’origine.
59: (…)la territorialisation du droit qui implique une fusion complète des populations ne s’est opérée que tardivement, bien après le Ve siècle.(…)IXe siècle, l’archevêque de Lyon Agobard constate encore, en le regrettant, la diversité des cultures juridiques qui divisent les habitants de l’Empire.(…)Jusqu’au Xe siècle, dans le Midi, on prend soin de répartir dans les assemblées judiciaires les assesseurs du juge en romani, salici et gothi.
(…)nouvel apport des dernières invasions du IXe siècle(…)Vikings qui importèrent dans les territoires où ils s’installèrent (la Normandie) leurs moeurs et leurs coutumes(…) par exemple la stricte égalité entre héritiers ou le mariage à la danoise (more danico) qui est une sorte de concubinat.
(…)haut Moyen Age(…)attachement envers la pratique d’un droit ethnique a constitué un puissant marqueur d’identité sans s’opposer pour autant aux processus d’acculturation inévitables et à l’intégration(…)des populations.
Chap.2/La condition des minorités du féodalisme à l’affirmation de l’Etat Moderne
section I- Marginaux et exclus dans la société féodale

60: Nouvel ordre politique au cours du Xe siècle: féodalisme (…) par nature intégrateur puisqu’il impose à tous les “manants” de la seigneurie les mêmes formes de dépendance tandis que la société des dominants se structure elle-même par les liens de vassalité.
(…) le sire possédait un pouvoir général désigné d’un terme d’origine francique: le ban.
61(…) il “banissait” (les manants) par la proclamation des “bans”; il pouvait lever “le ban et l’arrière-ban” lorsque les besoins de la guerre se faisaient sentir et percevoir les banalités.
Si l’aubain était un serf fugitif “en rupture de ban”, son seigneur pouvait le poursuivre manu militari
(…)pire des conditions, celle du serf: le seigneur pouvait se saisir de sa personne et de ses biens et l’exploiter à merci. (…) la condition de l’autain était des plus précaires; non seulement elle confinait au servage mais elle était aussi assimilée à la batardise.
(…)Certains pays particulièrement rudes ont gardé longtemps des pratiques xénophobes, tels que ces “fors” pyrénéens du bas moyen age (soumettant l’étranger à une justice expéditive).
(…) foires: changement venu de la réanimation des circuits commerciaux et de l’essor du monde urbain.
62: (…) “cagots”(…) groupe d’indivudus insallés, du bas Moyen Age à la fin du XVIIe siècle dans le Sud-Ouest, en Béarn et en Navarre, en Gascogne et jusqu’en Bordelais et en Périgord.
63: Dans les campagnes, les cagots vivent à l’écard des communautés de “voisins” et dans les villes ils s’entassent dans de misérables qurtiers réservés. Ils pratiquent une forte endogamie (…) et subissent des discriminations dans l’accès à l’église(…)ainsi qu’aux équipements collectifs.
64: C’est également à la fin du XIIIe siècle que furent décrétées contre les juifs les premières mesures d’expulsion générale qui ébranlèrent les communautés installièse depuis des siècles.
65: les juifs sont soumis au droit romain, ce qui n’exclut pas l’application à l’intérieur des communautés de la législation mosaïque.
(…)tout au long du VIIe siecle, une série de conciles tenus à Tolède s’acharnent à éradiquer “la peste juive qui renait chaque fois à de nouvelle folie”. Les juifs sont privés de tout moyen d’existence, séparés de leurs enfants baptisés, empéchés de célébrer leurs fêtes et enfin réduits en servitude. La conquête arabe en 711 sera reçue comme une libération.
(…) Charlemagne utilise des juifs dans ses relations avec l’islam (…). Son fils Louis le pieux protège (leur) commerce. (…) A la faveur de ces protctions, les communautés juives se sont vigoureusement développées ((…) villes de Lombardie, de Narbonnaise et de la vallée du Rhone, à partir desquelles les juifs essaiment vers la Champagne, le Bassin parisien puis vers la Lorraine et les pays rhénans.
66: Les juifs sont en général soumis à un statut proche de celui des aubains.
(…) Mais des phénomènes d’ordre tout autant socio-économiques que religieux tendent à confiner ces minorités dans des habitats séparés(…)
Paradoxalement, cette “ghettoïsation” avant la lettre (ghetto, nom du quartier de la fonderie des canons à Venise date de 1516) des juifs d’Europe a favorisé au sein des communautés l’émergence de mdes d’organisation spécifiques.
66-67:(…)Cette vie communautaire implique nécessairement la formulation d’un droit particulier par les autorités rabbiniques (Tagganot de Gersham de Metz 950-1028), commentaires de Rashi qui fait une large place à la solution de points de droit dans une langue où de nombreux termes romans se mêlent à l’hébreu. La fin du XIe siècle -l’âge de Rashi- voit l’essor d’une brillante science tarmudinque qui fait des communautés de Champagne et de Rhénanie (…)les premiers foyers de la culture ashkenaze.
67: L’éPOQUE DES CROISADES MARQUE UN TOURNANT DANS LA CONDITION DES MINORITéS JUIVES D’EUROPE(…) soupçons de collusion entre juifs et musulmans(…)vague de massacres collectifs dans la deuxième moitié du XIIe siècle (…) en Angleterre, dans la France du Nord et en Allemagne. (…)émergence d’un antisémitisme populaire qui se nourrit de rancoeurs contres l’activité usuraire des prêteurs juifs.
(…)Au cours du XIIIe siècle, plusieurs concliles renouvellent et renforcent les prescription canoniques qui imposent la ségrégation. IVe concile de Latran (1215) préconise le port de la rouelle.
Les progrès du pouvoir royal, au cours de cette même période ont eu pour effet d’imposer aux juifs une nouvelle suétion: le roi de Fraance revendique un droit général de tutelle sur tous le sjuifs installés dans le royaume.
(…)au moment de partir pour la croisade, Saint Louis décrète l’expulsion des fuifs pratiquant l’usure et la confisation de leurs biens (1254). Auparavant, il vait laissé brûler à Paris, en place de Grève, 24 charretés de nanuscrits hébreux à la suite d’un procès fait au Talmud par le justice ecclésiastique (1242).
(…) le roi de Castille, Alphonse le sAGE, DéFINIT LUI AUSSI, DANS L cODE DIT “des sept parties”, les incapacités qui frappent (les juifs) (1285). C’est Edouard 1er, roi d’Angleterre qui, le premier, chasse les juifs de son royaume (1290), bientôt imité par Philippe le Bel (1306).
(…)A partir du XIVe siècle, les minorités juives d’Europe connaissent presque partotu une dégradation de leur statut.
68-69: les juifs de l’Est entamèrent une migration qui les conduisit vers la Bohême, la Moravie et la Pologne.

section II-l’Etat monarchique et la nouvelle problématique des minorités
69: (…)nous allons voir comment l’Etat a inventé la nation, en a fixé la composition et les contours, en posant du même coup la problématique des minorités (…). modèle français(…) sans doute le plus précoce et le plus abouti.
70: Au XIIIe siècle, le terme sous sa forme latine natio est encore conforme à son étymologie (…); il désigne un groupe humain qui a ou à qui on attribue une commune origine et qui se distingue des autres par des moeurs, des coutumes, u ne langue particulière.
(…)La patria est le pays des pères(…). Les uns et les autres sont soumis à la consuetudo patriae, la coutume du pays qui est un puissant marqueur d’identité.
(…)la diversité et même l’hétérogénéité des pupulaitons (…) est une réalité communément admise, spécialement sur le plan linguisitque et juridique.
70-71: (…)au XIIIe siècle(…)se précise l’oppposition classique entre les pays de coutumes où l’on s’exprime en langue d’oïl etles pays de droit écrit où l’on parle la langue d’oc (patriae linguae occitanae après l’annextion du comté de Toulouse en 1271).
71: A partir de 1318, on voit se multiplier, dans les textes savants, des références à une natio gallicana et bientôt à la nacion de France. Manifestement le mot nation change sinon de signification du moins de portée. Il n’exprime plus la diversité, la pluralité des langues et des moeurs, mais au contraire l’uniqté d’une communauté homogène.
(…)Sur la base de textes tirés du Digeste, les légistes enseignent que tout homme a deux pays, la patria sua ou propria, le pays des pères et le pays commun, communis patria.
(…) au début du XIVe siècle, Guillaume de Nogaret se justifie par son devoir de défendre son roi nec non et partriam suam regni Franciae, “et aussi son pays, c’est à dire le royaume de France”.
73: En France, c’est l’Etat qui a créé la nation. A l’encontre de certaines thèses nationalistes supposant la préexistence d’une enttié intemporelle, la France, il faut reconnaitre l’efficacité d’ne propagande monarchique dotant des peuples divers par la langue et le droit, d’une identité commune.
74: comme la nation, le territoire et son corollaire, la frontière, sont des inventions de l’Etat.
(…) Le mot même de territoire, s’il apparait (…)vers la fin du XIIIe siècle, reste (…)rare jusqu’au SVIIe siècle. Auparavant, dans le contexte du féodalisme, le dominium seigneurial s’exerçait danvantage sur des groupes humains que sur des espaces délimités.
(…)Aux confins, là où les pouvoirs seigneuriaux se concontraient et se neutralisaient, se trouvaient des ones idécises appelées “marches”, leieux de refuge des gens sans aveu aussi bien que point de rencontre des puissants, comme le rappelle l’usage féodal de l’hommage en marche.
(…)le roi va avoir besoin de savoir jusqu’où s’étend son pouvoir et sur quelles ressources il peut compter tandis que les menaces extérieures lui imposent pour protéger son royaume de faire front, de “tenir frontière”. La naissance de l’idée de frontière est directement liée à l’instauration des droits d’issue ou de “haut passage”(…)ainsi qu’à la fortification de lignes de dérense au cours de la guerre de Cent ans.
(…)Jusqu’au milieu du XVIe siècle la référence majeure est le traité de Verdun de 843 où “la mer océane, rivière Meuze et monts Pyrénées…furent baillez pour limites et bornes insigne dudict royaulme.
74: idée en marche, clle des “frontières naturelles” du royaume.
(…)la poussée vers l’est de la monarchie française s’est opérée sous l’influence d’une représenation idéale et mythique du territoire. Elle a abouti à trancher dans le vif d’une des plus brillantes cultures européennes, la civilisation germanique rhénane, et à transformer en frontière le lit d’un fleuve qui l’avaiet produite et irriguée. On pourrait en dire autant des Pyrénées, peuplées sur les deux versants par des communautés habituées à se rencontrer depuis des temps immémoriaux et à partager les mêmes langues et les mêmes cultures. En choisissant la ligne de partage des eaux, la Paix de 1659 a fix-(…) le tracé frontalier le plus artificiel qui soit.
(sur le plan de la langue et du droit) les intentions de la monarchie furent sans ambiguïté: “Un peuple, une langue”. Après le traité de Lyon (1601)(…)Henri IV s’adressa ainsi aux habitants de la Bresse et du Bugey récemment annexés: “il était raisonnable que, puisque vous parlez naturellement le français, vous fussiez sujet du roi de France. Je veux bien que la langue espagnole demeure à l’Espagne, l’allemand à l’Allemagne, mais le français doit être à moi”.
76: L’ordonnance de Villers-Cotteraets (1539) qui inaugura (la politique linguistique) ne visait que le latin et le “langage maternel français” qui le remplaça pour la rédaction des actes publics était déjà largement employé dans tout le royaume. Les registres du parlement de Toulouse furent rédigés en français dès sa création (1443).
(…)Académie française(…) acte hautement politique(…). Le roi ordonne, parle; il convient qu’il soit entendu partout de la même manière.
(…)Pour le reste, nul besoin de réprimer les autres langues et dialectes; il ne s’agissait que de parlers populaires, les élites ayant rapidement adopté la langue du roi.
78: 1525/1531 (…). L’implication politique dans les querelles religieuses, à une époque qui voyait la montée en puissance de l’Etat, ne pouvait engendrer qu’un climat général d’intolérance. La célèbre maxime Cujus regio ejus religio(…) en est la conséquence directe. Entérinée par les Allemandes lors de la Paix d’Augsbourg en 1555, elle partagera ensuite toute l’Europe.(…)Pendant plus de deux siècles, son influence sera prépondérante sur les relations internationales ((…) (et produira des effets dans l’ordre interne).
Le sommet de l’intolérance fut atteint dans la deuxième moitié du SVIe siècle au cours de terribles guerres civiles qui déchirèrent la France et les Pays-Bas.
(…)tandis que Philippe II liquidait les protestants d’Espagne en cinq grands autodafés, Elisabeth d’Angleterre faisait exécuter les partisans catholiques de sa rivale Marie Tudor.
79: A l’aube de l’Etat moderne la rupture religieuse du XVIe siècle la rupture religieuse du SVIe siècle a donc engendré des phénomènes minoritaires dans presque toute l’Europe.
82: Le masacre des chefs protestants approuvé par Charles IX au nom de la raison d’Etat et les mlliers de victimes des fureurs populaires qui s’ensuivirent provoquèrent du côté huguenot un eprise de conscience polique.
(…) février 1573 à l’assemblée d’Anduze (…) les délégués décidèrent d’opérer à l’égard du roi “une rétention de souveraineté”
84: La promulgation de l’édit de Nantes (13 avril-2 mai 1598) a fait, à juste titre, la gloire d’Henri IV, mais ce fut avant tout une oveuvre de circonstances, âprement négociée, et composée n réalité de quatre teste de nature et de porté différente. (…)Le principe cujus regio ejus religio était écarté pour un système à la fois dualiste et inégal.
86: 17 octobre 1685f(Le Grand Roi) révoquait l’Edit de Nantes.
(…)En quatorze articles, l’édit de Fontainebleau abolissait la lilberté de culte public et privé dans tout le royaume à l’exception de l’Alsace (oû les Luthériens étaient protégés par les clauses du traité de Westphalie.
89: l’édit de 1787, dit de Tolérance, qui a restitué aux protestants leur pleine capacité civile est donc arrivé bien tard. Louis XVI n’a accordé à ses sujets protestants rien de plus que ce qu’ils possédaient depuis dix à quinze ans grâce à la jurisprudence des cours souveraines. L’édit faisait tout de même l’aveu d’une erreur d’Etat commise par l’acte de révocation.
section III- Le temps des révolutions. les minorités dans l’ombre des Etats ( Pierré-Caps, Stéphane auteur des pages 95 à 103)
89: Si les minorités furent les victimes de l’Etat absolutiste, le temps des révolutions n’a pas pour autant assuré leur reconnaissance, bien au contraire.
90: (…)deux représentations à la fois concurrentes et complémentaires de l’idée de nation.
La prem’ère (“théorie philosophique)est le produit des Lumières et trouve sa consécration dans l’idéologie de la Révolution française (…). Cette définition toute juridique (Seyès) faisait de la nation la figure enctrale du politique parce que source de toute légitimité mais aussi exclusive de toute autre appartenance.
(l’)autre conception (“historiciste romantique”tirée de l’appartenance à une communauté organique, dotée d’une âme collective, d’un Volksgeist. (…)la pensée allemande a produit une autre représentation de la nation enracinée dasn une histoire, dans une culture, dans une langue communaute, amis tout aussi réfractaire à la présence de phénomènes minoritaires.
(…)Fichte, dans son cinquième Discours à la nation allemande: “Ce qui parle la même langue, c’est déjà avant toute appartiion del’art humain, un Tout que par avance la pure nature alié de lignes mutiples et invisibles…Un pareil Tout ne peut admettre en son sein aucun peuple d’une autre origine, ou d’une autre langue, ni vouloir se mêler à lui.
(…)prises entre ces deux conceptions, les minorités furent les “laissées-pour-compte” de l’histoire du XIXe siècle.
91:(…)le modèle fraançais (…) a poussé le plus loin la logique négativiste (avec) en contrepoint une tentative inaboutie d’établir au centre de l’Europe un étaat multinational.
92: Dans la décennie qui précède la Révolution, un courant philosémite s’est formé dans l’opinion éclairée en faveur des juifs de l’Est(…). Louis XVI chargea Malesherbes d’élaborer un projet d’émancipation pour cette population.
93: La proclamation de l’égalité en tête du texte fondateur et la reconnaissance de la liberté religieuse énoncée par l’article 10 (de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen) ne concernaient-elles pas aussi les juifs? Les juifs parisiens posèrent la quesiton à l’Assemblée dès le 26 août 1789. Berr Isaac Berr (adressa au nom de la Nation juive des trois Evêchés et d’Alsace) une supplique à la Constitutante: ce ue demandent les juifs c’est que “les hommes les regardent comme leurs frères”. Mais un malentendu s’installa. Les juifs attendaient la reconnaissance de leur citoyenneté mais n’entendaient pas abandonner leurs organisaiton communautaires, gage de leur spécificité. Les philosémites de l’Assemblée prônaient leur assimination au nom de l’unité du genre humain.
95: Ce n’est que le 27 septembre 1791 que fut pris, à l’initiative d’Adrien Duport, le célèbre décret qui prononçait enfin l’émancipation des juifs: “l’assemblée nationale, considérant que les conditions nécessaires pour être français et pour devenir citoyen actif sont fixées par la Constitution…révoque tous les ajournements, réserves et exceptions insérés dans les précédents décrets relativement aux individus juifs qui prêteront le serment civique, qui sera regardé comme une renonciation à tous les privilèges et exceptions intruituis précédemment en leur faveur”
(…) Les juifs deviennent français à titre individuel et il ne leur est plus possible désormais de prétendre appartenir à une nation juive. Au-delà de l’intégration, ce texte marque une étape importante dans la voie de l’assimilation.
(…)L’Empire a accentué le processus d’intégration(…). La volonté impériale d’étatiser les cultes a touché également le judaïsme. L’intention de Napoléon 1er était de doter les juifs de Fraance d’une organisaiton administrative contrôlée par l’Etat.
95: Mais en tatn qu’homme des Lumières, il voulait s’assurer aupraravant de leur degré d’assimilation (en convoquant une assemblée de notable en 1806 et le Grand Sanhédrin de 1807).
(…)Moyennant (des) renonciations, au moins formelles, à la loi de Moïse, le judaïsme français fut doté en 1808 d’une organsiation consistoriale de type pyramidal, peu conforme aux traditions, mais dont les juifs français durent d’accommoder pour obtenir la consécration définitive de l’égalité juridique.
cf. Pierré-Caps, Stéphane (1996), ‘Le Mouvement des Nationalités dans l’Empire des Habsbourg’, in Norbert Rouland (ed.), Droit des Minorités et des Peuples Autochtones (Paris: Presses Universitaires de France), 95-103 .
Chap. 3/ Les Etats modernes et les peuples autochtones
104: Première utilisation de la fameuse procédure du requirimiento (en) 1514 (par) le conquistador Pedrarias Davila: “je vous certifie qu’avec l’aide de Dieu je pénétrerai en force contre vous, je vous ferai la guerre de toute part, et de toutes les façons possibles, je vous soumettrai au joug et à l’obéissance de l’Eglise et de Sa Majesté” (…) pour légitimer l’usage de la force contre les indiens. Nous avons là un des plus purs exemple de légalisme, c’est à dire de l’art de transformer par l’artifice des mots et de la forme, un acte de force en acte légal et en droit.
(…) Dès le début l’Etat espagnol s’est efforcé non seulement de légaliser l’entreprise coloniale mais aussi de la légitimer.
105: Dans tous les cas (i.e. francais, anglais, espagnol nddrm) le choc produit par la rencontre de 1492 a abouti aux mêmes résultats: la dépossession des peuples autochtones de leurs territoires, leur aliénation matérielle et culturelle à des degrés divers, leur minoration au sens premier du terme, c’est à dire leur infériorisation juridique par la confiscation des droit.
(…)Car le droit fut en Amérique plus souvent un instrument de domination que de libération.
(…) Avant son départ Christophe Colomb n’avait conçu son entreprise que sous la forme d’une installation de comptoirs dans le but de pratiquer le troc (rescate) avec les populations rencontrées (…) Le cadre juridique de la première expédition fut donné par les célèbres Capitulations de Santa Fé du 17 avril 1492 qui associaient pour le partage des bénéfices les Rois Catholiques et l’amiral de la mer océane, tout en accordant à ce dernier une large délégation de souveraineté en qualité de vice-roi (les pages suivantes décrivent comment devant l’a’avidmpleur des richesses et l’avididé des colons espagnols cet accord resta lettre morte).
106: La conquista restera encore longtemps une affaireprivée entre les mains d’entrepreneurs de conquête (cavalgada, terme qui rélève les normes médievales et féodales persistantes, l’Etat se bornant à délivrer des concessions (capitulaciones) et à contrôler la répartition du butin.
107: Dans son fameux journal, (Colomb) décrit les meorus pacifiques des indiègens Arawaks. Le 16 décembre 1492, il écrit (…):”ils ne possèdent pas d’armes et il vont tout nus. Ils n’ont aucune connaissance de l’art de la guerre et ils sont à ce poitn poltrons que mille d’entre eux n’oseraient pas attendre de pied ferme trois de nos hommes. On vot donc qu’ils sont aptes pour qu’on les commande et qu’on les fasse travailler, semer et faire tout ce que l’on purrait juger utile…” cf. traduction de Lequenne, S. Estorach et M. (1980), La Découverte de l’Amérique journal de bord (1492-1493) de Christophe Colomb (Paris: Maspéro-La Découverte).
section I- La législation de l’asservissement des indiens
108: Prohibition formelle de la traite.
(…) C’est un acte royal de 1503 qui a donné au repartimiento sa forme juridique: l’encomienda.
109: Dès le XVIe siècle, de nombreux juristes espagnols ont déplyé des trésors de science pour qualifier l’encomienda et la justifier. Et cela jursqu’à nos jours ou presque: en 1954 un éminent internationliste, Castañon, dans un cours de l’Académie de La Haye, y voyait encore la base d’une bonne politique coloniale, un “instrument de civilisation” à proposer aux experts des Nations unies.
(…) En fait il s’agit d’une institution archaïque, transposition dans la colonie du servage féodal et spécialement du solariego, tiré du vieux For de Castille, qui avait été déjà étendu aux territoires reconquis sur les Maures.(…)Associé aux épidémies il a eu l’effroyable effet que l’on sait: un véritble génocide qui a décimé la populaiton autochtone des îles.(…)seule issue la fuite en avant: l’importtion d’esclaves noirs(…)pour remplacer la main-d’oeuvre indienne exterminée.
(…)réprobation de certains missionnaires franciscains et dominicains(…) notamment du père Montesinos dont les sermons en 1511 vont éveiller les consciences, dont celles de Bartolomé de Las Casas le futur défenseur des indiens.
(…) lois de Burgos et de Valladolid en 1512-1513(…) première codification du droit colonial qui se préoccupait de protéger les indigènes.
110: Ces lois témoignent certainement de bonnes intentions, mais elles étaient en elles-mêmes destructrices des cultures autochtones avec la constitution de villages où les indiens étaient obligés de vivre au contct des blancs et selon un mode de vie imposé par eux.
section II- La légitimation de la conquête par la minoration des indiens
111: Au cours de cette première période de la colonisaiton, le droit a sans cesse couru après les faits.(…). L’Espagne a expérimentéainsi une sorte de fatalité qui èse sur les législations coloniales.
(…)Sans sous-estimer les implcations théologiques et morales, le débat sur la colonisation a eu une forte coloration juridique. Il tournait autour des “justes titres” de l’Espagne à conquérir et à dominer le Nouveau Monde.
(…)Le Pouvoir royal, déjà soucieux d’une opinion nationale et internationale naissante, l’a lui-même stimulé en organisant à plusieurs reprises des controverses publiques dans la plus pure tradition scolastiques. (Juntes de Burgos 1510, Valladolid 1551 qui ont précédé les réformes législatives).
112: L’Espagne connaissait bien le combat pour la foi. Elle venait de terminer la Reconquista contre les Maures et d’expulser les juifs.
(…) idéee que les Indiens étaient descendants des dix tribus perdues d’Israël. Les Indiens étaient des juifs, il était donc légitime de leur applique rle sort réservé aux infidèles. Bien que cette thèse étrange ait persisté jusqu’au XVIIe siècle chez certains auteurs, elle a été abandonnée par les plus lucides. Comptetenu des interdits qui rappaient tous les rapports entre chrétiens et juifs, la colonisation eût été impossible si l’on aait persisté dans cette assimilaito.
Il a donc fallu admettre que les Indiens étaient des païens.
113: Faire des Indiens des êtres méprisables et pervers afin de les exploiter sans avoir à redouter une quelconque réprobation dans ce monde comme dans l’autre, ce fut l’objectif d’un chanoine de Cordoue, Ginès de Sepulveda (…) adversaire de Las Casas au cours de la controverse de Valladolid en 1550.
(…) le pape Paul III lui-même avait tranché dans sa bulle Sublimis Deus de 1537: les Indiens sont véritablement des hommes (sunt vero homines). (…) Pour Sepulveda (ils) sont (…) des sous-hommes (homunculi)(…) il est permis d’user de la force contre eux parce qu’ils sont pervers, barbares et cruels(…) preuve fournie par le fait qu’ils pratiquaient l’anthropophagie tels les féroces Caraïbes ou les sacrifices humains comme les Mexicains.
114: Las Casas(…) évêque de Chiappa(…) conteste utilisation du concept juridique de la point par point les affirmations de Sepulveda. Son vibrant plaidoyer pour la dignité et la liberté des Indiens va jusqu’à lui faire dire que ceux-ci sont meilleurs que les espagnols et devraient être restitués entièrement dans les biens dont on les a dépouillés par le dol et la violence ((…) utilisation du concept juridique de la restitution in integrum).(…) pour sauver ses protégés de l’esclavage(…) a(…) proposé de généraliser la traite négrière(…)

(…) (Point de vue moderniste du) dominicain Francisco de Vitoria. Formé à Paris dans la doctrine thomiste mais aussi au droit canon et au droit romain puis professeur à Salamanque, Vitoria passe pour le précurseur du droit international. On lui atrribue (la formulation) avant Grotius (du) concept de “droit des gens”. (…) (il) croit à l’existence d’un droit naturel commun à tous les hommes, fondé sur la nature humaine, créée par Dieu, et sur l’universalité de la raison. Ce droit naurel trnscende les droits positifs, c’est à dire les corps de règles propres à chaque nation, mais entre droit naurel et droits positifs, il y a un jus gentium, (…) commun à toutes les nations qui oblige les communautés humaines, les Etats dans leurs rapports mutuels. Ce droit des gens participe au droit naturel mais doit s’inscrire dans le droit positif. cf.De Victoria, Francisco (c.1532), De Indiis et de Jure belli (Salamanca).
(…) Mais la colonisation n’en repose pas moins sur des titres légitimes. Le premier titre est le jus communicationis, le droit naturel des individus d’aller et de venir où bon leur semble. A l’aube des temps, chacun pouvait s’installer partout librement et le partage des biens terrestre n’a pas aboli ce droit. Les Espagnols ont donc le droit d’aller aux Indes et de s’y établir, et les Indiens peuvent faire de même en espagne. Par ailleurs, les richesses naturelles étant un bien commun, elles appartiennent à ceux qui les trouvent.
(…)La docrine de Victoria est moderne dans la mesure où elle laïcise les fondements de la colonisatione t contrient le pressentiment d’un nouvel ordre mondial fondé sur la circulation des hommes et des marchandises.
116: Une autre justification de la colonisation développée par Vitoria (Sépulveda édulcoré nddrm).(…)Les Indiens, sans être stupides, n’en sont pas moins d’une faiblesse intellectuelle (debilitas) proche de celle des enfants. On peut donc leur appliquer des concepts bien connus des juristes: incapacité, puissance paternelle ou tutelle.
Chap. 4/ Regard sur les traditions juridiques non occidentales
section I- Le statut des minorités en terre d’Islam
117: Les rapports que l’islam entretient avec l’altérité peuvent paraître déroutants pour des mentalités occidentales.
(…) DANS LES TEXTES FONDATURS DE L’ISLAM ET DANS LEURS COMMENTAIRES appels à la tolérance et au respect d’autrui (malgré djihadisme et autres extrémismes).
118: L’islamologue Henri Massignon qualifiait (l’Islam) de “théocratie laïque”(…)l’islam fut dès ses orginines et reste encore fondé sur l’entière soumission du croyant à la Loi divine, mais sans intercession cléricale, du moins dans la tradition majoritire représentée par le sunnisme. Dans ce contexte, la figure de l’Autre est avant tout celle de l’incroyant, de l’infidèle. L’islam divise l’humanité en deux camps: musulmans et non musulmans, et cette dichotomie transcende, ou tout simplement, ignore tout autre critère d’apartenance. C’est ainsi que le mot ginsiyya qui dans la terminologie moderne désigne la nationalité était inconnu de l’arabe classique, langue canonique de l’islam.
(…)Les péripéties politico-religieuses qui ont marqué les rapports entre les musulmans et les adeptes des autres cultes ont déterminé des attitudes et des comportements qui passèrent sous forme de préceptes dans les texte sacré du Coran et de la Sunna (NDBP: Le Coran (récitation) est, pour le croyant, la Parole divine révélée au Prophète par l’intermédiaire de l’ange Gabriel; la Sunna (tradition) est la compilation des dires et des gestes (hadiths) attribués au Prophète et à ses premiers compagnons.)
119 (avant fuit la Mecque et réfugié à Médine pour échapper à l’hostiliter des Qurayshs, sa tribu d’origine)). Dans un document connu sous le nom de Statut de Médine, Mahomet proposa la constitution d’une communauté politique unifiée (umma) regroupant les juifs, les chrétiens et les propres fidèles du Prophète dénommés ançars. (refus des juifs d’où anathèmes)
120: (…) jihâd (…) contre les infidèles qui se solda par l’expulsion des tribus juives de Médine accusées de trahison pour s’être alliées aux enemis arabes du Prophète.
(…) conviction inébranlable: la seule communauté légitime(…) est celle des “croyants”; elle représente la forme définitive et parfaite du “peuple élu”.(…)Ce dogme de la “supériorité de la communauté musulmane” (ismat al umma) divise le monde en deux parties irréductibles (…)le dar al-islam (maison de la soumission à Dieu) (et d’autre part) le monde des infidèles où règnent l’impureté et l’ignorance (jahiliyya) et que les musulmans ont l’obligation de combattre pour le réduire, d’où le nom de dar el-harb (territoire de la guerre).
121 Jihad(…).Traduit exclusivement par “guerre sainte”, ce terme a, en arabe, une valeur poysémique (de)(…)combat contre les infidèles pour les amener à suivre le chemin de Dieu (charia) mais(…)aussi la lutte du croyant sur lui-même en vue du perfectionnement moral et religieux. cf. appels guerriers dans le Coran: “Ô Croyants! Combattez les infidèles qui vous entourent” (Coran, IX, 123, II, 217, VII, 17, 39, VIII, 17, IX 5, 29, 111, XLVII, 35 (à imputer au contexte historique de cette société de guerriers nomades)
(…)distinction parmi les infidèles entre poythéistes qui n’avaient pas d’autre choix que la conversion ou l’extermination et les Gens du Livre (Ah al-Kitab) qui firent l’objet d’une reltive mansuétude, la dimma (développée pp. 122 à 124)
124: En contrepartie deleur soumission, les dhimmis obtenaient (…)une protection générale des biens et des personnes, l’inviolabilité des propriété et la liberté des activités de production et du commerce à l’exception de l’usure
126: la primauté de l’arabité dans le dar al-islam fut légitimée au nom des origines du Prophète et du choix de la langue arabe pour transmettre la Parole divine.
(développement sur les innombrables schismes)
130: au(…) XVIIIe siècle (…)affaiblissment (de l’Empire ottoman) dont les effets furent importants sur le sort des minoritaires. (avec l’élargissement des capitulaitons, avantages douaniers.
(…)C’est au cours de cette même époque que l’on voit émerger au sein des groupes minoritaires des institutions politico-religieuses auxquelles on a pris l’ahbitude de donner le nom de millet , (pluriel de milla, “troupeau”, nation, communauté)
131-132: la politique de l’Empire ottoman vis-à-vis desminorités fut un des principaux enjeux de la fameuse “Question d’Orient” qui, tout au long du XIXe siècle mobilisa les chancelleries au chevet de “l’homme malade de l’Europe”. Les processus d’autonomisation interne qui affectaient la périphérie de l’empire, surtout dasn les Balkans, ont encouragé l’éclosion de sentiments nationaux souvent cristallisés par les identétés religieuses et linguistiques et soutenus de l’extérieur par les puissances étrangères.
132: (…)toute cette audacieuse politique qui visait à prévenir la monté des nationalités et les ferments de désagrégation en favorisant par un brassage culturel l’uniformisation de la société ottomane, au moins dans ses couches supérieures, a eu des effets inverses aux résultats escomptés.
(…)En s’appuyant sur les proclamations libérales des réformateurs ottomans, mais à l’opposé de leur projet assimilationiste, les communautés confessionnelles se sont mises à réclamer des statuts particularistes. (…) Les premiers à ouvrir la voie furent les arméniens (qui) obtinrent en 1863 l’approbabtion d’un “réglement de la nation arménienne” (…) en créant une assemblée de cent quarante membres, en majorité laïcs, et deux conseils, l’un religieux pour les affaire du culte, l’autre civil pour l’enseignemetn et les affaires écononomiques (…) sorte de partement(…) allant jusqu’à revendiquer l’autonomie des provinces anatoliennes peuplées d’Arméniens. Evolution lourde de conflits à venir.
134: La règlementation du millet juif fut promulté en 186(…). Il a permis leur émancipation sur le plan culturel et matériel, grâce à la fondation d’écoles, d’hôpitaux, d’associaitons philanthropiques, ce qui favorisera, à terme, la diffusion des thèses sionistes. On notera dans ces deux mouvement la part prépondérante prise par les notables laïcs et modernistes.
(…)Enfin, dernier avatar(…) mais non le moindre: l’émergence d’un nationisme turc à la faveur de la révolution de 1908 fomentée par les “Jeunes-Turcs” du comité Union et Progrès.
section II- La condition des peuples allogènes dans la tradition impériale chinoise
135: La République populaire de Chine se présente comme un Etat unitaire multinational. Elle rassemble sur son immense territoire 54 groupes ethniques dont 55 minorités nationales (…) soit 7% environ de la population globale (1989). Comme l’ex-URSS, la Chine distingue lesnotions de citoyenneté et de nationalité.
136: Si l’on en croit la propagande officielle, la situation serait idyllique: les droits des minorités seraient respectés scrupuleusement, leur identité culturelle et linguistique protégée et leurs élites bénéficieraient de mesures de promotion. Les témoignages des opposants, et notamment ceux de la diaspora tibétaine sont d’une tout autre nature (…)colonisation systématique par des Chinois de souche han, ayant pour effet de renverser aux profits de ces derniers les équilibres démographiques dans les régions autonomes.
(…) La cosmogonie traditinnelle chinoise représentait le monde comme une hiérarchie ordonne de carrés emboités. Sous al voute céleste, au centre du monde la capitale des fils du ciel. (…) Entre les Han et les barbares, il y avant donc une différence radicale qui était pensée dans les termes d’une double opposition civilisation/sauvagerie et humanité/animalité (…)conception qui dénie à l’Autre l’appartenance au genre humain.
140: En 1280 (avènement de Qubilaï Khan(…).
L’événement est d’une portée consédérable car il marque l’effondrement de la conception traditionnelle que les Chinois se faisaient de l’ordre du monde.(…)
141: Infiniment moins raffinés que les Chinsoi mais dotés d’une forte conscience de leur identité les Mongols n’entendaient pas s’assimiler aux vaincus.
(…)La langue mongole, transcrite spécialement dans un alphabet d’origine tibétaine, fut imposée à l’administrtion avec interdicton aux Chinois de l’étudier. (cela explique l’ignorance des Chinois par Marco Polo…résumé de drm)
142: islam sunnite connu en Chine sous le nom de Qingzhanjiao, la “religion du Vrai pur” (…) à l’origine d’une importante minorité désignée aujourd’hui sous le nom de Hui.
146: à l’égard des aborigènes Miao et Zhuang (proche parents de Thaï)(…)effort d’assimilation.
147 (…)croyance en un Dieu unique(…) premier facteur d’irréductibilité.(…)La religion est ainsi devenu un marqueur d’identié, fait impensable dans le monde païen, même chez les Grecs.
La genèse des Etats modernes (…).Machines à homogénéiser les peuples et à unifier les territoires, les Etats se sont employés partout à réduire leurs minorités, poussant meme usqu’à leur négation pure et simple lorsqu’ils se sont appuyés, comme ne France, sur l’idéologie de la nation.
Mais, lorsqu’ils se sont engagés dans l’entreprise coloniale, ces mêmes Etats ont puissamment contribué par leur domination et leur exploitation à la minoraion des peuples autochtones, c’est à adire à leur mise en tutelle, à la spoliation de leurs terres et au rejet de leurs cultures.
(…)Enfin, on aurait tort de croire que la décolonisatoin a mis un temre à cette dialectique de production/négation des minorités.
Si l’indépendance a rendu à de nombreux peuples leurs droits et leur diginité, en se réalisant sous l’égide de l’Etat, elle a aussi parfois profoqué en leur sein l’éveil et le refoulement de phénomènes minoritaires: Tamoul au Sri Lanka, Berbère (ou tamazight) en Algérie.

Poutignat, Philippe, and Jocelyne Streiff-Fenart. 1995. Théories de l’ethnicité. 1ère ed. Vol. 1, Le sociologue. Paris: Presses Universitaires de France.

comprend également la traduction de l’ouvrage de Fredrik Barth, Les Groupes Ethniques et leurs frontières

Power, Carla. 2005. Not the Queen’s English: Non-native English-speakers now outnumber native ones 3 to 1. And it’s changing the way we communicate. Newsweek, 7 mars, 46-59.

46: (…) The professors back in Cabmridge, Englsand, would no doubt question the (Indian English language ) schools’ pedagogy. There are few books or tapes. Their teachers pronounce “we” as “ve” and “primary” as “primmry”. (…)English learning industry which is India alone is $100 million per-year business. From Caracas to Karachi, parents keen for their children to achieve are forking over tuition for English-language schools. China’s English fever -elevated to epidemic proportion by the country’s recent accesion to the World Trade Organization and the coming 2008 Olympics – even has its own Mandarin term, Yingwen re. And governments from Tunisia to Turnkey are pushing English, recognizing that along with computers and mass migration, the language is the turbine engine of globalization. As one 12-year-old self-taught English speaker from China’s southwestern Sichuan province says: “If you can’t speak English, it’s like you’re deaf and dumb”. Linguistically speaking, it’s a whole new world. Non-native speakers of English now outnumber native speakers 3 to 1, according to English-language expert David Crystal. (…)

Preston, Travis, et al. (2012), ‘Interdependence of the Movies and on the Stage’, paper given at 10th Interdependence Day: Culture, Justice and the Arts in the Age of Interdependence, Los Angeles, September 8th, 2012.

Jonathan introductory remarks:
Runs media lab. Worked for Bob Dylan and Martin Scorcese.
As Marcuse said, the artist should think of the way that could be
To me, the notion of everything should be free is economic nonsense. It already killed the music business and will kill the tv. All what would be left is dancing cats or singing dogs. If this is all you want, it’s not my case.
I’m not positve we are all that way from Huxley’s world.
Having a million followers isn’t that cool. An artist with real vision counts. Dylan had a singular vision, once political but in any case unique. What are we going to do with the internet? Is this a world where the artist can survive? Great creative moment come when creators are in proximity, physical proximity, not internet proximity.

Preston:
We have artist representatives on this panel, allowing to engage a different conversation. Choreographer and dancer,
Professor of law and accomplished musician, founding member of human resources
Film
Cultural attaché of Mexican consulate but also filmaker and producer.
Travis: practicing artist and academic.
Focus on the importance of cultural discourse and the practice of the artist. Soft power: pathways of intercommunication, imagination can create anarchic critique of existing social structure, vs, hard power dichotomy
How does panelist practice encompass interdependence?

Alejandro: WWII, US film industry was making propaganda film, open window for Mexican culture to showcase their films and became the focus for latin american artists. In LA, mexican films were shown. Other important moment: Chino and two other amigos other film made 16 nominations for the Academic Awards. They integrated interdependence notion.

Shlain, Tiffany: Films is the most interdependent art, especially with technology. Incredibly exciting times making films with people I’ll never meet. The studio system is obsolete, now we are connected. Today, there’s a million more channels to produce films so I disagree.

Leah: followed Ben’s ideas from democracy to states independence to now interdependence. I am by my being an interdependent. As a dancer, I like the idea of soft and hard power. As a dancer, I realized I had passed my sale by date. If I wasn’t going to perform anymore, I couldn’t go on teaching nor do anything else. I felt not engaged in the world. I was jealous and felt that lack in my life. Films brought me back. There are a lot of visionary film makers who are not trying to sell me something but are asking me to be a witness to the world.

Kathleen: immigrants rights. Binary path social justice advocate and musician. I kept them separate until recently. 15 years I went into the labour trafficking and forced later. Human resources is located in Chinatown. Focusing on performance arts. Walmart in Chinatown was considered a threat and her group joined the fight.

Prevost-Paradol. 1868. La France Nouvelle. 4th ed. Paris: Michel Lévy Frères.

(de l’Académie Française)
10: Ce n’est qu’avec le temps que l’idée de justice se fait jour et enseigne aux hommes qu’en dépit de leur inégalité naturelle, acquise ou supposée par la loi, il doit subsister entre eux une certaine égalité de droits e de devoirs.
L’état aristocratique est le début naturel des société, et si l’on était tenté de voir dans les Etats-Unis une exception à cette règle parce que la société y a été dès le début complétement démocratique, il suffirait d’observer que ctte société n’était nullement une société commençante, mais, au contraire, un rameau vigoureux détaché d’une société plus ancienne, et qui s’esn étati précisément détaché parce qu’il tendait vers l’état démocratique, impossible alors à conquérir dans la mère patrie.
11: Aujourd’hui encore et sous nos yeux, l’Angleterre donne naissance sur le contient australien à des sociétés purement démocratiques (…). Mais les sociétés australiennes ne sont pas plus des sociétés nouvelles que la société des Etats-Unis n’était nouvelle à l’époque où elle s’est fondée. Ces diverses sociétés ne sont que des fractions de la société anglaise, qui suivaient jusqu’alors la route commune et auxquelles un chemin détourné a donné tout à coup une prodigieuse avance sur la mère patrie.
397: Deux puissances rivales, mais qui n’en font qu’une au point de vue de la race, de la langue, des moeurs et des lois, l’Angleterre et les Etats-Unis, dominent, l’Europe exceptée, sur tout le reste de cette planète, ou pour mieux dire, elles y existent seules (…)
398-399: Comment ne pas nous rappeler, devant un tel spectacle, qu’on pouvait se demander jadis si notre race et notre langue ne l’emporteraient pas sur toutes les autres et si ce n’était pas la forme française que la civilisation européenne emprunterait pour envahir le reste du monde? Toutes les chances étaient de notre c’ôté. C’était la France qui, par le Canada et la Louisiane, commençait à étreindre l’Amérique du nord; l’Inde nou paraissait livére et, sans des fautes que la liberté politique aurait époargnées à nos pères, la langue et le sang de la France occuperaient probablement aujourd’hui sur notre globel la place qu’on irrévocablement conquise la langue et le sang de l’Angleterre: car le destin a prononcé et deux parties du monde au moins, l’Amérique et l’Océanie, appartiennent sans retour à la race anglo-saxonne. Aujourd’hui même, un livre écrit en anglais est lu par infiniment plus d’êtres humains que s’il était écrit dans notre langue, et c’est en anglais que le navigateur est salué sur presque tous les points abordables du globe.
399-400: Mais cet aswcendant actuel de la race anglo-saxonne hors de l’Europe n’est qu’une faible image de ce que nous réserve un prochain avenir. (…) De toute façon, le continent américain est destiné, dans toute son étendue, à la race anglo-saxonne, et, en tenant compte de l’accroissement de vitesse qui est si remarquable dans les évnénements humains, il est peu probable qu’il s’écoule plus d’un siècle à un siècle et demi avant que ce grand changement soit accompli.
400: Il n’est pas moins certain que l’Océanie appartient sans retour aux maîtres anglo-saxons de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, et de ce côté encore la marche des événements sera bien rapide. La découverte de l’or a sans doute contribué au prompt accroissement de la population anglaise en Australie; mais l’immigration ne s’est point ralentie depuis que la production de la laine a pris le pas sur la produiction de l’or. L’agriculture aura bientôt son tour et la charrue disputera le sol aux pâturages; enfin l’industrie et la marine ne tarderont pas à paraître, car les Australiens se lasseront bien vite de vendre à l’état burt des produits qu’ils peuvent manufacturer et transporter eux-mêmes.
401: A vrai dire, la seule vue de la carte suffit pour nous raconter le magnifique avenir qui attend les nouveaux Etats de l ‘Australie. Non seulement la colonisation du reste de l’Océanie sera leur oeuvre ( … «Etats-Unis de l’Australie »); mais on peut prévoir, en outre, que la Chine, dont ils sont plus près quaucune nation civilisée, le reconnaîtra tôt ou tard pour maîtres. Les Etats-Unis semblent avoir un grand avenir en Orient le jour où leurs côtes du Pacifique seront en pleine activité (…). Mais l’Australie peut gagner les Etats-Unis de vitesse et, en tout cas, elle disputera un jour aux Etats-Unis la domination commerciale et politique de l’extrême Orient; car la geographie a ses lois, et lorsque deux nations egalement civilisées sont en rivalité pour l’exploitation commerciale ou la domination politique d’un point quelconque du globle, c’est la plus voisine qui, enfin de compte, a le plus dd chances pour l’emportée. La chine sera donc, selon toute probabilité pour l’Australie, ce que l’Inde a été pour l’ANlgeterre; et si l’Angleterre s’éclipsait un jour, il n’est pas moins probable que son empire de l’inde tomberait encore aux mains de l’australie (…).
402-403: que ce soient les Etats-Unis ou l’Australie qui l’emportent un jour dans les mers de la chine, de l’inde et du Japon, que l’Angleterre y conserve longtemps encore son empire ou qu’elle y cède le pas aux deux jeunes rivales sorties de son propre sein, nos enfants n’en sont pas moins assurés de voir la race anglo-saxonne maîtresse de l’Océanie comme de l’Amérique et de toutes les parties de l’extrême Orient qui peuvent être dominées, exploitées ou influencées par la possession de la mer. Qunad les choses en seront à ce point (et c’est beaucoup que de dire qu’il faudra pour cela deux siècles), pourra-t-on éviter de confesser, d’un bout à l’autre du globek que le monde est anglo-saxon ? Ni la Russie, ni l’Allemagne-Unie (…)ne peuvent prétendre entraver ce cours de choses ni empêcher ce dénoùment relativement prochain de la longue rivalité des races européennes pour la collonisation et la domination dultérieure de notre planète.
Le monde ne sera pas plus russe ou allemand qu’il ne sera français, hélas! ou espagnol.
404: car on peut dire que depuis que la grande navigation a livré le globe entier aux entreprises des races européennes, trois peuples ont été comme essayés tour à tour par le destin pour être investis du premeir rôle dans l’avenir du genre humain, en propageant partout leur langue et leur sang par le moyen de colonies durables (…). On aruati pu croire au XVIè siècle que la civilisation espagnole se répandrait sur tout e la terre (…); nous avons ete essayes a notre tour et la Louisiane et le Canada en ont gardé le mélancolique témoignage. Enfin est venue l’Angleterre par laquelle ce grand ouvrage s’est définitivement accompli

Prott, Lyndel V. 1988. Cultural Rights as People’s Rights in International Law. In The Rights of Peoples, edited by J. Crawford. Oxford: Clarendon Press.

94:Le mot “culture” a plusieurs significations dont deux concernant les droits des Peuples, tout d’abord le sens traditionnel de hautes réalisations intellectuelles humaines, musique, philosophie, littérature, art et travaux architecturaux, techniques et rituels telle que la conçoivent les antrhopologues, constitue “la totalité du saoir et des partqiues, tant intellectuelles que matérielles, d’un groupe donné de la société et – à un certain point- de la société elle-même en tant que telle”.
Lorsque l’on parle des droits culturels, l’acception de ce terme n’est pas claire.
97: The concept of “cultural identity” is difficult for precisely the same reason as the concept of “people” is difficult: it is hard to think of any satisfactory definition of “people” which would not use some form of cultural criteria. The world abounds in disagreements between groups as to how a culture or “subculture” is to be classified; whether it needs special protection, whether it should be discouraged as a local (and perhaps less valuable) aberration of the pervasive culture, whether it should be given special assistnce to develop further.
Yet the assertion of cultural idetity across natinal frontiers has been a most potent and disturbing political argument (witness that these so-called “cultural rights” have the most part been left unexplained and undeveloped.
The right of a people to its won cultural, artistic and historiacla wealth was first mentioned in the Algiers Declaration of 1976. The date, and the use of the word “wealth” rather than heritage, suggests that the drafters were not particularly concerned with intangibles such as language, traditions or rituals but had in mind cultural property(…such as…) the restituion of cultural objects takne from their places of origin, especially in colonial times, and now located in Europe or America.
Although cultural rights relating to education, religious tradition, and language have been studied in relatin to minority groups, little attention has so far been paid to the protection of the archeological heritage in this context. It seems more likely that the formulation of a people’s right to its artistic and historical wealth was intended, not to relate primarily to sites, but to shore up the demand for restitution of movable cultural property.
Cases such as this may be quite spectacular. Consider the case of the collection of Central Aboriginals artifacts, recording of songs, rituals, and folklore made by the archeologist Strehlow from the 1930s on. According to his records, he was entrusted with much of this information, some of it secret, by the elders of the Aranda tribe at the time when they saw their culture under great threat from encroaching Westernizatin and were fearful of a lack of serious interest of their own younger tribal members. Te collection passed with Strehlow’s death into the hands of his widow, and in 1984 was reported to have been taken out of the country in defiance of an Australian export prohibition. The collection (popularly called the crown jewels of Asutralian archeology) was subsequently reported to have been returned to Australia after negotiations. An asserition of a “people’s right” to its won artistic and ultural heritage in this kid of context might be more in the manner of an assertion of some permanent right to decide on its location, or even an assertion of the primacy of a spiritual/cultural claim over a commercial one.
There may also be cases where a minority group within a STATES SEEKS RESTITUION OF MOVABLE CULTURAL PROPERTY OR CONTROL OVER ITS MOVEMENT WITHIN THE sTATES. fOR EXAMPLE, A SIGnifican claim being meade within Australia is the claim to prevent the movement of Aboriginal material away from its traditional owners, or the community which has the closest association with it. Such claims were originally considered at the time of the passing of the Aboriginal and Torres Straight Islander Heritage (Interim protection) Act 1984 (Commonwhealth) but no agreement was reached.

Primor, Adar (2012), ‘Israel, a red spot in a word of Democratic Blue’, Haaretz, 8 november 2012.

International polls show that while Obama was favored as the leader of the free world, citizens of only two countries supported Romney’s candidacy: Israel and Pakistan

In November of 2008, at the peak of Obama-mania in the United States and across the world, some claimed that the election of the first African-merican president i the history of the U.S. signaled the beginning of the 21st century.
Those holding this vew on Wednesday could have argued that his re-election proves their thesis: Obama is far from being considered “an accident of history”. He proved that he’s not perfect and not clean of mistakes. The Nobel Prize, which was granted to him before he even warmed his seat at the White House was a bad joke. But enter his second term, and with it a chance for desired correction.
On Wednesday, the vast majority of the so-called “world” was relieved. A Pew Research Center poll conducted in 20 countries showed that most of the survewyed wanted Obama to say at the White House. A Gallup Poll said citizens of 31 out of 32 surveyed countries favored Obama over his rival (81% vs 19%). A similar picture was described by a BBC poll (…).
The globe, so it seems, is colored in Democratic-blue. It has only two Republican-red spots: One of them is Israel, the other…Pakistan
(…)The world seeks to forget the era of George W. Bush, which devided the global map into good and bad, “thos with us” and “those against us” (…)
Listening to Mitt Romney, the world heard (the promise to) restore America’s past superpower glory (label Russians as great Satan and place China on the axis of evil ) and when he left it be understood that he intends to solve the problems of the Muslim world by the use of force.
The world listened, absorbed the information, and requested: Four more years for Obama. But id so with reservation. Before being re-elected, the world waved Obama with a yellow warning card. (…) The 2008 messiah was revealed as merely a human politician.
“Yes we can?” Not always as it turns out.
(…) If there is one foreign policy failure during Obama’s first term that commentators like to repeat over and over, it would be the conflict of the milldle east. If there exists an issue that all eyes are still gazing at with great hope-it would be the Israeli-Palestinian peace process. As far as the world is concerned, Obama’s victory will not be complete if this issue is not promoted. Only then will it be possible to argue that the 21st century indeed began.

Proust, Marcel ((1919)(1987), A la Recherche du Temps Perdu, 3 vols. (La Pléiade, 1; Paris: Gallimard) 1553.

A l’ombre des jeunes filles en fleurs 

223: Savoir qu’on n’a plus rien à espérer n’empêche pas de continuer à attendre

Du côté de chez Swann II

329:
(Dialogue entre la Duchesse de Guermantes et Mme de Gallardon, sa cousine désargentée )
“(…)
– tiens, tu as vu ton ami M. Swann ?
– mais non, cet amour de Charles, je ne savais pas qu’il fût là, je vais tâcher qu’il me voie.
– c’est drôle qu’il aille même chez la mère cinq de verte, dit Madame de Gallardon. Oh je sais qu’il est intelligent, ajouta-t-elle en voulant dire par là intrigant, mais cela ne fait rien, un Juif chez la sœur et la belle-sœur de deux archevêques !
– je vous que je ne suis pas choqué dit la princesse des Laumes.
– je sais qu’il est converti, et même déjà ses parents et ses grands-parents. Mais on dit que les convertis reste plus attachés à leur religion que les autres, que si tu ne frime, est-ce vrai ?
–Je suis sans lumières à ce sujet”

375: “Dire que j’ai gâché des années de ma vie, que j’ai voulu mourir, que j’ai eu mon plus grand amour, pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas mon genre”

507-8 sur l’affaire Dreyfus:
D’ailleurs, Mme Swann n’avait obtenu de résultats que dans ce qu’on appelait “le monde officiel”. Les femmes élégantes n’aillaient pas chez elles. Ce n’étaitpaslaprésence de notabilités républiaines quiles avaitfaitfuir. Au tempsde ma petiteenfance, toutcequi appartenait à la société conservatrice était mondain, et dans unsalon bien poséon n’eut pas pu recevoir un républicain. Les personnes quivivaient dans un tel milieu s’imagianaient quel’impossibilité de jamais inviter un”opportuniste”, à plus forte raison unaffreux “radical” était une chose qui durerait toujours, commes les lampes à huile et les omnibus à chevaux. Mais, pareille aux kaléidoscopes qui tournent de temps en temps, lasociétéplace successivementdefaçon différente des élémentsqu’on avaitcrusimmuables et compose une autre figure.Je n’avaispas encore fait ma première communion, que des dames bien pensantes avient la stupéfactionde renconrer en visite une Juive élégante. Ces dispositions nouvelles du kaléidoscope sont produites parce qu’un philosophe appelerait un changement de critère. L’affaire Dreyfus en amena un nouveau à une époque un peu postérieure à celle où je commençais à aller chez Mme Swan, et le kaléidoscope renversa une foisde plus sespetits losanges colorés. Tout ce qui était juifpassaenbas, fût-ce la dame élégante, et des nationalistes obscurs montèrent prendre sa place. Le salon le plus brillant de Paris fut celui d’un prince autrichien et ultra-catholique. Qu’au lieu de l’affaire Dreyfus il fût survenu une guerre avec l’Allemagne, le tour du kaléidoscope sefutproduit dans un autre sens. Les juifs ayant, à l’étonnement général, montré qu’ils étaient patriotes, auraient gardé leur situation et personne n’aurait plus voulu aller ni meme avouer être allé chez le prince autrichien. Cela n’empêche pas que chaque fois que la société est momentanément immobile, ceux qui y vivent s’imaginent qu’aucun changement n’aura lus lieu, de même qu’ayant vu commencer le téléphone, ils ne veulentpas croire à l’aéroplane. (…) La seule chose qui ne change pas est qu’ilsemble chaque fois qu’il y ait “quelque chose de changé en Ffrance”. Au moment où j’allais chez Mme Swann, l’affaire Dreyfus n’avait pas encore éclaté, et certains grands Juifs étaientfort puissants.

Proust du côté de Guermantes

190: les Roumains, les Égyptiens et les Turcs détesté les juifs. Mais dans un salon français les différences entre ces peuples ne sont pas si perceptible, et un israélite faisant son entrée comme s’il sortait du fond du désert, le corps penché comme une hyène, la nuque obliquement incliné et ce répondant en grand “Salam” contente parfaitement un Good orientalisme.

191: (…) Mais, au reste, parler de permanence de races rend inexactement l’impression que nous recevons des juifs, des Grecs, des personnes, de tous ces peuples auxquelles il vaut mieux laisser leur variété.

235 et 253 sur affaire Dreyfus (principal sujet de cette 1ere partie)

282: (à propos de Rachel) Pourtant elle ne tenait pas à l’argent, sauf peut-être pour pouvoir le dépenser sans compter.

288:”Vous n’avez pas tort, si vous voulez vous instruire, me dit M. de Charlus après m’avoir posé ces questions sur Bloch, d’avoir parmi vos amis quelques étrangers.” Je répondis que Bloch était français. “Ah, dit M. de Charlus, j’avais cru qu’il était juif”.

427: (À propos de l’amabilité de la princesse de Parme

444 salut des Guermantes )


Pucket, Newbell Niles. 1975. Black Names in America. Boston: G.K. Hall.

Puppo, Alberto. 2002. Les langues entre traditions et droit: de la traduction radicale au verbalisme interculturel. Droit et Cultures 344:21-31.

21:S’il est vrai que le droit est un phénomène linguistique, il est encore moins contestable que la langue est un phénomène social. Les rapports entre le droit et les langues ne peuvent donc alors être appréhendés qu’à partir d’un contexte social, à partir d’une communauté dotée de langage.
25: Le concept d’ethnie a été longtemps négligé par les sciences sociales françaises

Pütz, Martin, ed. 1997. Language Choices.

This volume is about various aspects of the theory and application of language contact and language conflict phenomena seen
from an interdisciplinary perspective. The focus is on the linguistic, social, psychological, and educational issues (conditions,
constraints, and consequences) involved in the status and use of languages in multilingual settings. The book is divided into four
sections dealing with the following areas: Theoretical issues: This section addresses key issues such as the nature of the
concepts of language maintenance, language loyalty and language identity, language shift, language loss and language death. It
includes the search for model of the often contradictory theoretical issues involved in language contact.
Language policy and language planning: This section examines the various language policies carried out by official agencies and
focuses on the two basic options available to a multilingual nation: assimilation or pluralism.
Attitudes towards languages: The section is geared towards research into determinants of language attitudes, the methods for
the measurements of attitudes, as well as the relationship between language policy and attitude change.
Codeswitching and language choice: The linguistic, social, psychological, and anthropological implications of using two different
codes will be examined from different perspectives. Relevant research topics include: the situational uses of code-switching,
linguistic and social constraints on codeswitching, and code-switching vs. borrowing. A further research paradigm deals with
the search for relativized constraints, resulting from the interaction of universal principles and aspects particular to each
codeswitching situation.
Contributions by: Peter Mühlhäusler; Florian Coulmas; Gabriele Sommer; Manfred Görlach; Abderrahman el Aissati; Ulrike
Jessner; Robert Philipson and Tove Skutnabb-Kangas; Ulrich Ammon; Roland Willemyns; Helma Pasch; Herman Batibo;
Mathias Brenzinger; Brian Harlech-Jones; Eugene H. Casad; Annick de Houwer and Wolfgang Wölck; Sonja Weil and
Hansjakob Schneider; Helga Bister-Broosen; Rebecca Ehret; Carol Pfaff; Pieter Muysken; Rosalie Finlayson and Sarah
Slabbert.

Puyalte, Francis. 2001. Tsiganes: Une délinquance qui désarme l’Etat. Le Figaro, 10 septembre 2001, 1 & 12.

1: Délinquance: un rapport accablant pour les Tsiganes
Leur image dans l’opinion n’était déjà pas très flatteuse. Les Tsiganes sont, de très longue date, volon tiers associés aux “voleurs de poules”, “vole et campe où Dieu t’appelle” dit d’ailleurs l’un des chants de route de ceux qu’on appelle les “gens du voyage”. La réalité est bien plus sévère encore.
Un rapport encore confidentiel d’un officier de police, le capitaine Philippe Pichon, révèle l’ampleur des crimes et délits commis par les populations nomades issues de plusieurs groupes (Manouches, Gitans, Yéniche, Rom…) qui représenteraient en France, de 280000 à 350000 personnes réparties à part sensiblement égale entre nomaeds, sédentaires et semi-sédentaires.
Parmi les 147 000 occupants d’habitations mobiles (…) officiellement recensées en France, un tiers aurait été condamné comme auteur, coauteur ou complices de délits ou de crimes souligne l’auteur du rapport qui paraîtra le mois prochain sous le titre Voyage en Tsiganie, royaume des incertitudes (La Documentation Française). Il ajoute, qu’au total, “dans les villes de plus de 50 000 habitants, les nomades commettraient trente fois plus d’infractions contre les personnes et cinq fois plus contre les biens que les délinquants locaux”.
Cette enquête de terrain met aussi l’accent sur les sérieux obstacles à l’intégration économique de ces populations itinérantes -accentuées par d’évidents stéréotypes négatifs. Soulignant les grandes difficultés de l’Etat à lutter contre cette délinquance itinérante, le rapport relève enfin que la nouvelle législation sur les gens du voyage de juillet 2000 est à plus d’un titre exemplaire des difficultés à tradure en actes une volonté politique d’0accueillir, d’insérer et d’intégrer.
12: INTEGRATION: Le rapport encore confidentiel d’un officier de police révèle l’ampleur des crimes et délits commis par les “gens du voyage”
TSIGANES: UNE DELINQUANCE QUI DESARME L’ETAT
(…) Ceux que l’on surnomme volontiers Romanichels ou Bohémiens viennent du pays de nulle part et vont on ne sait où. Pour Lanza del Vasto, ce sont les fils du Vent, le peuple de l’éternelle errance, Verge noire des Saintes-Maries-de-la-Mer, guitares, prédicateurs, alléluia….Des images d’Epinal qui ont un envers: la multitudes de crimes et délis commis et les craines inspireées dans la population par (…) les gens du voyage.
Aujourd’hui, c’est toujours par le biais des problèmes de stgationnement, de conflits avec le voisinage d’hygieène, de contrôle ou d’expulsion que les gens du voyage sont appréhendés de façon ethniquement réductrice”. Ainsi commence en douceur le rapport détonnant de Philippe Pichon.
En préambule, l’auteur relève le cercle vicieux créé par le stationnement anarchique des nomades: exaspération des poopulations, impuissance des maires, remise en cause du droit d’aller et venir. (…) la marginalité sociale qui provoque l’enfermement de cette communauté dans des stéréotypes négatifs reposant sur l’ignorance de son histoire et bâtis autour d’elle, et, depuis des siècles, sur des politiques publiques qui ont visé à sa disparition “physique”.
Si les problèmes dee la non.scolarisation des enfants et de ‘assistance financière et sociale sont largement développés, le chapitre sur la délinquance itinérante reste le plus copieux du rapport. L’officier de police note que le problème a été suffisamment grave et identifiable en France pour qu’une cellule interministérielle, la Cildi (Cellule interministérielle de liaison sur la délinquance itinérante) soit mise en place.
UNE LOI INAPPLICABLE
L’article 28 de la loi du 31 1990, dite “Loi Besson” fait obligation aux communes de plus de 5 000 habitzants de mettre à disposition des “gens du voyage” des aires d’accueil aménagées (eau courante, sanitaires, électrivité). Selon le rapport Pichon, un quart seulement des 1738 communes de France ayant plus de 5000 habitants ont réalisé une aire soit 450 aires pour quelques 5000 places qui s’ajoutent au 5 000 déjà existantes pour des beoins estimés à 30 000 places réservées à environ 140 000 personnes). En réponse à cette carence, la nouvele loi du 5 juillet 2000 aménage la précédente sur plusierus points et prévoit de donner aux préfets la possibilité de sanctionner les communes récalcitrantes.
ENVIRON 350 000 PERSONNES EN FRANCE
Le terme de tsigane recouvre en réalité cinq grands groupes: les Manouches (français), les Gitans d’origine espagnole, les Rom d’Europe Centrale, les Yéliches d’Europe du Nord et les Gitans de Yougoslavie. Dans son rapport, le capitaine Pichon situe actuellement leur nombre en France à une fourchette allant de 280 000 350 000 pour dix millions sur l’ensemble de l’Europe géographique. (…) La quasi-totalité de ces personnes est de nationalité française et se répartit, selon les uns en 70 000 itinérants, 65 000 semi-sédentaires et 105 000 sédentaires et, selon les autres, en trois parties sensiblement égales.
CF.A TOULOUSE, LES FILS DU VENT SE SEDENTARISENT (Cécilia GABIZON)

3 thoughts on “Bibliography (P) like Proust

  1. every dofuser needs [url=http://www.bawwgt.com]dofus kamas[/url], but most of them can’t find a good [url=http://www.bawwgt.com]cheap dofus kamas[/url] provider, so it’s a problem is they want to [url=http://www.bawwgt.com]buy dofus kamas[/url].now bawwgt will be your best choice on [url=http://www.bawwgt.com]dofus[/url]

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: