I had on Wednesday (June 23d, 2010)  a fascinating evening with some members of the Geneva jews who don’t think like the vociferous jewish majority blindly supporting Israel at any rate. By the way, I’ll get vociferous as well if any of you wishes Israel to be erased from the political scene, so don’t misunderstand or misuse my words….

However, most people with functionning brains should be able to both support Israel yet opening their eyes on rather sad news both for democracy in the Middle East and for human rights in general.

I created ASF with an agenda: let the scholars meet and try to find some reasoning in this aging Middle East chaos…and beyond, in the conflicting solidarities of scholars worldwide.

That’s why I not only signed but published here an appeal to sign the May 3d JCall….

You will find at the end of my own notes the full report of our discussions.

David Chemla is the President of Peace Now France

He launched JCall on the same basis as Jstreet, an US based organisation. His goals are the following: 2 peoples, 2 states and maintaining a moral pressure on Israel as a European Jew.

Despite the fact that European Jews are not speaking in the same voice, he’d like to recruit:

  • the silent jews on the ME issue;
  • the national communities;
  • the arab and/or moslem communities;
  • the Israeli citizens;
  • the European political leaders and activists;
  • the American counterparts.

His intention is to become a recognized actor of a european movement.

He wishes to send a message and be heard in Israel, would like to constitute a thinktank on Middle-East 2010 (something that sounds to me like a Mid-millenium Jewish Declaration Goal)

He still has to achieve a proper structure. Please read below a full report mentioning a meeting this Sunday (27th) in Paris. Would like to lauch a newsletter and intends to hold public meetings in October-November.

I’ve invited him  (and all those interested) to join CivWorld’s Interdependence Day on September 12th, 2010 in Berlin to promote their project.

Post-scriptum: Since writing this article, I discovered a talented Israeli expressing views I’d like to share with you. His name is Gershom Gorenberg (click on the link;-))

Warm regards to all!

Dr. Daphné Romy-Masliah

J-Call : Rencontre avec David Chemla (official notetaker’s notes)


23 Juin 2010


Restaurant « Le Dorian », Genève



1. Bienvenue & Introduction (Véronique Hayoun)


  • Liste des personnes présentes en annexe.
  • Notes: Sarah Kopse

2. Présentation de David Chemla


Les débuts

  • En octobre 2009, organisation d’un voyage au Proche-Orient – 200 inscriptions, 50 participants. Rencontre de différents acteurs, en particulier à Ramallah, de personnalités des « Bâtisseurs de paix » (militants laïques du Fatah). Plusieurs constats :
    • Constat de désespoir – « si on n’a pas un Etat dans les cinq ans à venir, on arrêtera de se battre pour un Etat, on demandera à Israël de réoccuper la Cisjordanie et on se battra pour obtenir le droit de vote ». On peut aussi observer des encarts publicitaires qui appellent à la création d’un Etat unique.
    • JStreet perçu comme porteur d’espoir – les Palestiniens sont à l’écoute des développements dans le monde juif.
  • De ces constats, inspiration pour créer un mouvement similaire à JStreet en Europe. Réunion à Paris, de laquelle naît la première ébauche du texte de la pétition JCall. Après plusieurs mois de travail, la pétition est lancée en mars 2010. A son lancement, la pétition réunit des signatures de nombreuses personnalités européennes.
  • Prise de contact avec JStreet. Avant de lancer la PAC JStreet, il y a eu une année de travail en amont. Récolte de fonds, développement d’une stratégie et d’objectifs concrets. David Chlema souligne que les processus sont différents en Europe – on se mobilise autour d’une cause et on trouve les ressources après. Il y a urgence d’agir ; on ne peut pas se permettre de prendre une année pour s’organiser.
  • Aujourd’hui, JCall n’a pas de liens organiques avec JStreet. Le nom « JStreet » n’aurait d’ailleurs pas de sens en Europe, dans la mesure où « JStreet » désigne une rue imaginaire  à Washington.

Le lancement

  • JCall devait être lancé dans un lieu symbolique – le Parlement européen – le 3 mai 2010, avec un soutien fort du groupe des Verts. Le succès a dépassé toutes les espérances. Même sans attaché de presse, la couverture médiatique a été énorme.
  • Raisons du succès :
    1. Demande – Il existe une attente parmi les citoyens juifs européens pour une organisation qui prenne collectivement la parole pour les positions relayées par JCall. Depuis la dernière intifada, il y a une chape de plomb et un climat malsain qui a mené à un sentiment d’enfermement. Les années passant, la volonté de s’exprimer grandit.
    2. La qualité des signataires – des personnalités qui ont toujours défendu Israël, p.ex. Alain Finkelkraut en France.
    3. L’ambition de créer un mouvement européen.
  • Résultat : JCall a déjà gagné du profil. Dans un interview récent en France, Netanyahou a été prié de s’exprimer sur JCall. Plutôt que botter en touche, Netanyahou a pris position, donnant ainsi une crédibilité au mouvement.

L’avenir : objectifs et programme d’action de JCall

  • Public cible de JCall :
    • Communautés juives qui partagent nos positions et ne prennent plus la parole
    • La communauté nationale
    • La communauté arabo-musulmane
    • L’opinion publique israélienne – démontrer que la diaspora juive n’est pas monolithique.
    • Classe politique et leadership politique européen
    • Les Américains
  • Il s’agit de faire savoir à chacun de ces publics que la communauté juive en Europe n’est pas monolithique. Il ne s’agit pas de prendre position sur des questions de détail, mais des questions fondamentales liées à l’identité de l’état israélien.
  • Objectifs :
    • Devenir un acteur reconnu
    • Faire entendre notre voix en Israël
    • Créer un think-tank « Middle East 2020 » avec pour objectif de développer un plan directeur avec une perspective à un horizon de 10 ans
  • Situation actuelle :
    • Personnalité juridique en France avec bureau à Paris (JCall France)
    • 7000 signataires
    • Réunion à Paris avec des représentants de différents pays d’Europe. Il s’agira notamment de mettre en place des mécanismes pour améliorer la coordination européenne (p.ex. pour pouvoir réagir plus rapidement aux demandes médiatiques)
    • Développement du site internet et des moyens de communication électronique (p.ex. newsletter)
    • Première réunion publique à Paris en novembre (date à définir)

3. Discussion


Caractère juif de JCall – Pourquoi ne pas admettre des non-juifs ?

  • Question de crédibilité – mais le texte de la pétition laisse la porte ouverte à tous (« tous ceux qui » se reconnaissent avec ce qui précède sont invités à signer la pétition)

Statut juridique – Pourquoi ne pas adopter le statut d’organisation non-gouvernementale internationale (plutôt que nationale) ?

  • A creuser.

Relations avec J-Street

  • Depuis les échanges précités, pas de contacts.
  • A terme, l’objectif est d’améliorer les relations avec eux. De leur côté, l’intérêt n’est toutefois pas très grand – respectivement ne voulaient pas prendre le risque de développer des relations avant de connaître nos positions.

Pourquoi JCall réussirait où La Paix maintenant a échoué ?

  • La Paix maintenant a une autre raison d’être. C’est en quelque sorte un satellite de La Paix maintenant israélienne.
  • L’autonomie de JCall change la donne.
  • En termes de contenus, les deux organisations se recoupent, mais leurs méthodes seront différentes.
  • JCall profite de l’attrait de la nouveauté. JCall peut mobiliser des nouvelles personnes.

Fonctionnement de l’organisation, programme d’action à court terme et autonomie des associations nationales. A titre d’exemple, comment JCall compte réagir à la législation actuellement discutée à la Knesset concernant la limitation des droits des ONG ?

  • Il n’existe pas de programme d’action à 6 mois – pour le moment, JCall est dans une phase de consolidation.
  • Comment intervenir sur des questions domestiques israéliennes (p.ex. processus législatifs en cours) ? Certaines interventions peuvent être contreproductives – JCall doit être plus « mainstream » que La Paix maintenant. Il faut le faire de manière très subtile et différenciée selon les cas.
  • Il est important d’avoir une plateforme commune sur le plan européen. Par exemple, JCall est divisé sur la question du blocus.

Structures de décision au plan français et européen – comment coordonner les positions entre sections locales / nationales ? Nature des membres (les signataires ne peuvent pas être associés à des membres) ?

  • La réunion dimanche prochain permettra de répondre à cette question.
  • Les signataires seront contactés pour leur demander d’adhérer au mouvement.
  • Il s’agira de développer une plateforme commune qui agisse comme référentiel commun pour prendre position rapidement sur des questions d’actualité.

Situation juridique à l’exemple de la LICRA – les sections locales de la LICRA ont repris les statuts français et les ont simplement adapté au contexte juridique local.

Rôle de la société civile israélienne. Ne faudrait-il pas plutôt servir de caisse de résonance à la société civile israélienne de gauche ?

  • La Paix maintenant remplit en quelque sorte ce rôle. JCall a une autre dynamique.
  • Nos partenaires attendent une voix indépendante.

Quel a été l’écho auprès de la classe politique française ?

  • Pour le moment, des demandes de rencontres sont en attente avec les principaux partis politiques. Ce qui est important, c’est qu’ils nous connaissent.
  • Nous visons aussi le niveau européen.

Choix des mots : « pression » et « faute morale »

  • « Faute morale » – ne pas offrir un avenir à la jeunesse israélienne autre que la guerre.
  • « Pression » – seule, Israël ne peut pas s’en sortir. Il ne s’agit pas d’imposer une solution ou d’appeler au boycott, mais d’accompagner les deux populations à trouver une solution – accompagner sur le plan sécuritaire, politique, financier, etc.

CIvicus – Mouvement américain qui organise un « Interdependance Day » tous les
12 septembre depuis 2001 sous la forme de débats sur le thème de l’interdépendance. En 2010, cela aura lieu à Berlin.

Les communautés juives en Europe n’ont pas un grand impact sur leurs représentants politiques et l’Europe n’a pas un grand impact en Israël. Donc – quel rôle pour JCall ?

  • Les gouvernements européens ont des positions plus proches des nôtres que le gouvernement américain. Donc davantage de travail pour JStreet.
  • Jusqu’à maintenant, les politiques avaient tendance à consulter des organisations telles que le CRIF avant de prendre position. L’existence de JCall pourrait donner la liberté aux gouvernements européens de dire certaines choses et d’agir.
  • L’Europe est le premier partenaire économique d’Israël. Possibilité d’influencer la société israélienne via les communautés juives européennes.
  • Il n’y a pas de raison de ne pas s’exprimer !

Tension entre le besoin de réagir à l’actualité et de créer une organisation durable.

  • Chlema détaille des mesures de relations publiques et de développement des moyens électroniques pour fidéliser et informer les signataires de la pétition.
  • Les diversités d’opinion parmi les personnalités profilées font la richesse du mouvement.
  • Les objectifs doivent être d’arriver à rassembler, à avoir une présence médiatique constante et de développer du contenu.

Il s’agit de renforcer les relations des juifs d’Europe avec Israël.

4. Conclusion


> Le procès-verbal de la séance sera circulé parmi les personnes présentes ainsi que des personnes ayant exprimé leur intérêt. Si vous êtes intéressés à continuer la réflexion sur le lancement d’un JCall en Suisse, merci de signaler votre intérêt à Véronique Hayoun (veronica@diode.ch).

> Les personnes intéressées sont chaleureusement invitées à participer à la prochaine rencontre entre représentants européens de JCall, qui aura lieu dimanche 27 juin 2010 à Paris. En cas d’intérêt, prendre contact avec Claudine Korall (choulamit@yahoo.com).

> Merci à toutes et à tous pour votre participation engagée !

Fin de la séance : 22h15