J’ai un peu hésité à publier ces notes autrement que dans ma bibliographie.Non parce que je n’adhère pas à chaque mot de ce pamphlet sublime et d’actualité, mais parce qu’il éclaire une injustice spécifique alors qu’il y en a tant d’autres bien plus barbares de par le monde. Je n’ai pas non plus apprécié cette référence au judaïsme de uns et des autres…probablement car j’appartiens à une autre génération que ce très, très grand Monsieur (voir ma note sur ce point en PS).


Pourtant, alors que j’écris ces lignes trois pays au moins sont en révolution, peut-être cinq. Ces gens se sont indignés exactement comme le préconisait M. Hessel dans son opuscule prophétique.

“dégage” disent-ils, honorant la France révolutionnaire de références qui devraient la grandir, elle qui a été si petite, que dis-je, mesquine.

Je relève aussi les Américains qui se déclarent “humbled” (rendus humbles) à toutes les sauces, les Français qui se comparent à des bisounours (traduire Care Bears) , les “what else” et “yes we can” incontournables. Ces expressions sont autant de slogans identitaires de la Pensée Unique qui en réalité est le plus souvent une pensée vide…une absence de pensée, un réflexe grégaire…

La langue politique me semble aussi creuse que la plupart des dirigeants politiques qui flottent au gré d’une opinion publique inconsistante.

Cela étant, après toutes mes cogitations, j’ai eu le grand bonheur d’écouter la remarquable émission d’un autre grand Monsieur dont je fus l’attachée de presse le temps d’un procès Barbie qui me hantera toute ma vie. L’émission Répliques d’Alain Finkielkraut est toujours un ravissement d’intelligence et de culture dans le meilleur sens de ce terme également galvaudé. Celle du 12 février dernier fut probablement l’une des plus stimulante puisqu’elle rassemblait Stéphane Hessel et François Zimeray, ambassadeur en charge des droits de l’Homme. J’en ai retenu certaines répliques essentielles pour bien saisir à quel point Hessel est grand et ses détracteurs minables:

jamais je ne mettrai quelqu’un dans une rubrique “il est islamiste, donc il est infréquentable”.

M. Stéphane Hessel

Finkielkraut, en mettant en perspective les exactions du Hamas mentionne tout de même que “tout cela ne doit pas nous empêcher de critiquer la politique Israélienne qui mène à l’impasse”.

Alain Finkielkraut

Voilà qui est dit.  Ce qu’il a aussi dit, c’est qu’il n’est pas question de 3 millions de palestiniens mais de 750’000 expulsés.
François Zimmeray a, quant à lui, rappelé que le Conseil des Droits de l’Homme, si prompt à condamner Israel, a refusé d’ouvrir une enquête sur les camps du Sri Lanka….

Amb. François Zimmeray

Il a rappelé qu’à trop se focaliser sur le problème israélo-palestinien, on fait  l’impasse sur d’autres injustices autrement plus atroces: “certains états véreux se servent de la cause des palestiniens pour faire oublier leurs propres turpitudes!”

Hessel a alors tenu à replacer son propos et son indignation quant à la question palestinienne dans son contexte, à savoir, qu’il s’y est rendu à l’instigation de ses amis juifs, Hirsch, Salomon et Aubrac.

Pour lui, il s’agissait d’un devoir à remplir. “les droits de l’homme ne se divisent pas”. Ailleurs il dit que jamais il n’a approuvé la critique à l’égard d’Israël. Personnellement, je lis tout de même une critique dans l’opuscule en question…

Ceci ayant été posé. Voici mes notes de lectures que vous retrouverez également dans ma bibliographie. Les caractères gras, soulignés ou plus gros sont de ma responsabilité. Monsieur Hessel est un homme que j’admire notamment pour n’avoir jamais un mot plus haut qu’un autre.

Hessel, S. (2011). Indignez-vous, Indigène Editions.

J’aime beaucoup le nom de cette nouvelle collection, empruntée “aux Omahas, un peuple indien des plaines d’Amérique du Nord, rattaché à la famille des Sioux.

9: C’est à Jean Moulin que nous devons, dans le cadre de ce Conseil (Nationale de la Resistance), la réunion de toutes les composantes de la France occupée.(…)De ces principes et de ces valeurs, nous avons aujourd’hui plus que jamais besoin. Il nous appartient de veiller tous ensemble à ce que notre société reste une société dont nous soyons fiers: pas cette société des sans-papiers, des expulsions, des soupçons à l’égard des immigrés, pas cette société où l’on remet en cause les retraites, les acquis de la Sécurité sociale, pas cette socété où les médias sont entre les mains des nantis, toutes choses que nous aurions refusé de cautionner si nous avions été les véritables héritiers du Conseil National de la résistance.
10: l’intérêt général doit primer sur l’intérêt particulier, le juste partage des richesses créées par le monde du travail primer sur le pouvoir de l’argent. Une véritable démocratie a besoin d’une presse indépendante (…) or c’est bien ce qui est aujourd’hui en danger. La résistance en appelait à “”la possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l’instruction la plus développée” sans discrimination; or les réformes proposées en 2008 vont à l’encontre de ce projet.
11: L’écart entre les plus pauvres et les plus riches n’a jamais été aussi important (…)Le motif de base de la Résistance était l’indignation.Nous, vétérans des mouvements de résistance (…), nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l’héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons: prenez le relais, indignez-vous!
12: L’actuelle dictature internationale des marchés financiers (…) menace la paix et la démocratie.Quand quelque chose vous indigne comme j’ai été indigné par le nazisme, alors on devient militant, fort et engagé. On rejoint ce courant de l’histoire (..). Et ce courant va vers plus de justice, plus de liberté mais pas cette liberté incontrôlée du renard dans le poulailler.(…) si, aujourd’hui comme alors, une minorité active se dresse, cela suffira, nous aurons le levain pour que la pâte lève.Pour nous, résister c’était ne pas paccepter l’occupation allemande, la défaite.(…) Puis la guerre d’Algérie. Il fallait que l’Algérie deviennen indépendante, c’était évident.
13: (…) même s’il fallait garder une oreille ouverte vers le communisme pour contrebalancer le capitalisme américain, la nécessité de s’opposer à cette forme insupportable de totalitarisme (=stalinisme) s’est imposée comme une évidence. Ma longue vie m’a donné une succession de raisons de s’indigner. Ces raisons sont nées moins d’une émotion que d’une volonté d’engagement. (…). Sartre nous a appris à nous dire: “vous êtes responsables en tant qu’individus.”. C’était un message libertaire.L’hégélianisme intreprète la longue histoire de l’humanité comme ayant un sens: c’est la liberté de l’homme progressant par étape. L’histoire est faite de chocs successsifs(…)L’histoire des sociétés progresse et au bout, (…), nous avons l’Etat démocratique dans sa forme idéale.
14: Titre: l’indifférence: la pire des attitudes (note de DRM: tout dépend ce que l’on appelle indifférence, moi je suis pour s’il s’agit de ne pas s’immiscer dans la vie privée et les croyances d’autrui….hurler sa différence est une faute de goût!).C’est vrai, les raisons de s’indiguer peuvent paraître aujourd’hui moins nettes ou le monde trop complexe.C’est un vaste monde, dont nous sentons bien qu’il est interdépendant (l’emphase est de moi, DRM). Nous vivons dans une interconnectivité comme jamais encore il n’en a existé.La prie des attitudes est l’indifférence, dire “je n’y peux rien, je me débrouille”. En vous comportant ainsi vous perdez l’une des composantes essentielles qui fait l’humain.(Hessel énumère les deux grands défis: réduire la fracture entre pauvres et riches et)…
15: ……2- Les droits de l’homme et l’état de la planète. J’ai eu la chance après la libération d’être associé à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme (…). Je ne saurais oublier dans son élaboration, le rôle de René Cassin, commissaire national à la Justice et à l’Education du gouvernement de la France libre, à Londres, en 1941, qui fut prix Nobel de la paix en 1968, ni celui de Pierre Menès France au sein du Conseil économique et social.C’est à René Cassin que nous devons le terme de droits “universels” et non “internationaux” comme le proposaient nos amis anglo-saxons.C’est une manière de déjouer l’argument de pleine souveraineté qu’un  Etat peut faire valoir alors qu’il se libre à des crimes contre l’humanité sur son sol. (…). Cette déclaration universelle doit beaucoup à la révulsion universelle envers le nazisme, le fascisme, le totalitarisme, et même, par notre présence, à l’esprit de la résistance.
16: Il cite ensuite les articles 15 (tout individu a droit à une nationalité) et 22 (toute personne, en tant que membre dela société a le droit à la sécurité sociale; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.Il est évident que pour être efficace aujourd’hui, il faut agir en réseau, profiter de tous les moyens modernes de communication.
17: Titre: Mon indignation à propos de la Palestine Aujourd’hui, ma principale indignation concerne la Palestine, la Bande de Gaza, la Cisjordanie. Ce conflit est la source même d’une indignation. (…)rapport Richard Goldstone (…) dans lequel ce juge sud-africain, juif, qui se dit même sioniste, accuse l’armée israélienne d’avoir commis des “actes assimilables à des crimes de guerre et peut-être, dans certaines circonstances, à des crimes contre l’humanité” pendant son opération “Plomb durci”(…).(Ma femme et moi) avons visité les camps de réfugiés palestiniens mis en place dès 1948 par(…) l’UNRWA, où plus de trois millions de Palestiniens chassés de leurs terres par Israël attendent un retour de plus en plus problématique. Quant à Gaza, c’est une prison à ciel ouvert pour un million et demi de palestiniens.
18: Que des Juifs puissent perpétrer eux-mêmes des crimes de guerre, c’est insupportable. Je pense bien évidemment que le terrorisme est inacceptable, mais il faut reconnaître que lorsque l’on est occupé avec des moyens militaires infiniment supérieurs aux vôtres, la réaction populaire ne peut pas être que non-violente.Est-ce que ça sert le Hamas d’envoyer des rockets sur la ville de Sdérot? La réponse est non.(…)le terrorisme est une forme d’exaspération. Et (…) cette exaspéraiton est un terme négatif. Il ne faudrait pas ex-aspérer, il faudrait es-pérer. L’exaspération est un déni de l’espoir.
19: Chapitre sur la non-violence
Je suis convaincu que l’avenir appartient à la non-violence, à la conciliation des cultures différentes.On ne peut pas souenir les terroristes comme Sartre l’a fait(…) pendant la guerre d’Algérie, ou lors de l’attentat des jeux de Munich, en 1972, commis contre des athlètes israéliens.
20: Le message d’un Mandela, d’un Martin Luther King trouve toute sa pertience dans un monde qui a dépassé la confrontation des idéologies et le totalistarisme conquérant.(…)Pour y parvenir, il faut se fonder sur les droits, dont la violation, quel qu’en soit l’auteur, doit provoquer notre indigation. Il n’y a pas à transiger sur ces droits.(…)chaque vendredi les citoyens de Bil’id vont, sans jeter de pierres, sans utiliser la force, jusqu’au mur contre lequel ils protestent. Les autorités israéliennes ont qualifié cette marche de “terrorisme non-violent”. Pas mal….Il faut être israélien pour qualifier de terroriste la non-violence.
21: Mais ils reste vrai que d’important ont été faits depuis 1948: la décolonisation, la fin de l’apartheid, la destruction de l’empire soviétique, la chute du Mur de Berlin. Par contre, les dix premières années du XXIème siècle ont été une période de recul.Il cite “le 11 saeptembre et les conséquences désastreuses qu’en ont tirées les Etats-Unis. (notamment en Irak…). Nous avons eu cette crise économique, mais nous n’en avons pas davantage initié une nouvelle politique de développement. (…) le sommet de Copenhague contre le réchauffement climatique n’a pas permis d’engager une véritable politique pour la préservation de la planète. Nous sommes à un seuil, entre les horreurs de la première décennies et les possibilité des décennies suivantes. Mais il faut espérer, if faut toujours espérer.
22: (…) à l’occasion du soixantière anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance, nous disions le 8 mars 2004, nous les vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France libre (…) que certes “le nazisme est vaincu (…) Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.(…)Aussi appelons-nous toujours à “une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne propose comme horizon pour notre jeunesse que la consommation demasse, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous”

P.S. A peine avais-je écrit ces lignes et exprimé mon admiration inconditionnelle pour ce “grand, très grand Monsieur” que je recevais en retour la remarque acerbe mais fondée de mon ami Gerard Eizenberg me citant un article de Causeur dont je vous livre la teneur:

http://www.causeur.fr/il-est-interdit-de-contredire,8622#fnref-8622-2l
cf note 2
« Die deutsche Besatzung war, wenn man sie vergleicht zum Beispiel mit der heutigen Besetzung von Palästina durch die Israelis, eine relativ harmlose, von Ausnahmen abgesehen wie den Verhaftungen, Internierungen und Erschießungen, auch vom Raub der Kunstschätze » A traduire plus ou moins comme suit: à part les arrestations, internements et fusillades, l’occupation allemande était relativement bénigne comparée à celle de la Palestine par Israël. Stéphane Hessel aurait proféré ces inepties (songeons seulement à Oradour, sans même penser aux juifs…) le 21 Janvier 2011 dans la Frankfurter Allgemeine. Je ne peux y croire et ne trouve pas cette référence ailleurs qu’en seconde main. Cela dit, je vous livre la note de mon ami que je crois parfaitement documenté. Il est un des responsables de La Paix Maintenant que je n’ai pas motif de soupçonner dans cette affaire.