Cette semaine, j’aurais voulu publier mes impressions désastreuses du dernier avatar de l’Interdependence Day à Los Angeles….où la suffisance l’a hélas souvent disputé à la désorganisation…mais je dois d’abord la digérer, comme je dois digérer le bien-être éprouvé lors de mon séjour états-unien.  Mais je suis rattrapée par l’actualité et par mon amie Raoudha Kammoun, maitre-assistante à la faculté des lettres, arts et humanités de la Manouba (Tunis). Tout comme je l’ai fait pour JCall, au moment où ‘trop’ c’était ‘trop’, il me semble que l’on atteint de toute part des sommets en matières d’imbécilité politico-médiatique et religieuse.

Juive de Kippour, j’ai toujours conçu, à l’image de notre pratique familiale, la religion comme une identité culturelle et sympathique. Chez moi, on pratique une théatralisation de la religion et on se sent juif sans avoir nul besoin d’en  respecter les 613 ‘Mitzvot’. Je me cantonne aux 10 commandements…et encore, j’interprète! C’est pourquoi, lorsque Raoudha m’a envoyé le lien dont je reproduis l’article in-extenso mais d0nt j’assume les mises en caractère gras, il m’a semblé important de partager celui-ci et surtout les commentaires de Raoudha Kammoun avec vous.

Vivant confortablement en Suisse, j’ai évidemment demandé à Raoudha si elle, en Tunisie, assumait sa prise de position dans une société de ‘voleurs de printemps‘…Sa réponse est formellement OUI. Bravo ma copine-jumelle….

Pour commencer, laisser moi signaler que Raoudha et moi avons été FB

de gauche à droite, Raoudha, Eliezer et moi à Berlin Août 2012

Friends avant de devenir de vraies copines qui se sont rencontrées. Cela dit, notre rencontre n’a rien changé. On avait déjà découvert à quel point nous étions proches. Toutes deux d’origine Sfaxienne, toutes deux du même age exactement, avec deux enfants du même age, la même profession (sociolinguistes et spécialistes de l’anglais), j’en passe et des meilleurs!

Cette semaine, j’étais restée un peu passive devant la crétinerie de la guéguerre qu’une poignée d’allumés fondamentalistes chrétiens avaient réussi à provoquer avec un trailer que je n’ai pas plus vu que je ne lirai le Charlie Hebdo. Je pense profondément que les uns et les autres DOIVENT avoir la LIBERTE de publier ce que bon leur semble…MAIS RIEN NE NOUS OBLIGE NI A LES REGARDER NI A LES LIRE NI MEME A LES ACHETER!!!! Se donner à bon compte une bonne conscience en achetant Charlie n’est qu’une autre manière de faire le mouton de panurge!

Aussi…je remachais un article à vous pondre, chers lecteurs, lorsque Raoudha m’a envoyé le lien d’ALGERIE FOCUS accompagné du commentaire suivant:

Je crois que ce paper exprime ce que des millions de personnes ressentent aujourd’hui, y compris ma petite personne.

Il m’a semblé essentiel de le publier. Je vous invite à le lire, à découvrir à quel point notre manière de mettre tout le monde dans le même panier peut blesser certains et à quel point nous sommes tous interdépendants et semblablement humains, trop humains! Je mets également sous l’article la discussion que nous avons ensuite eue, ainsi que certains commentaires que vous pouvez retrouver en totalité sur le blog d’ALGERIE FOCUS.

la semaine politique de Kamel DAOUD

Hirsute, violent, édenté, sale, yeux exorbités, rageur, ongles courbés, intolérant, affamé, cannibale et impossible à fréquenter. C’est le portrait imposé de « l’arabe », alias le musulman de souche, de l’Océan à l’Océan. De quoi vous donner envie de préciser l’essentiel de l’avenir : je suis algérien et pas arabe. Je suis humain et j’ai le choix d’être musulman ou pas. A ma manière, discrètement, entre moi et le ciel, Dieu et le murmure.

Car pour le reste, je n’en veux plus ! Je ne veux pas le dire, le répéter, y insister ni le revendiquer, ni le proclamer. Sur la scène de la création vaut mieux se proclamer aujourd’hui extraterrestre que musulman. Car cette nationalité céleste détient désormais le monopole de la bêtise, de la capacité d’être manipulable jusqu’à l’absurde, de l’idiotie, de la détresse et du meurtre et des fatwas surréalistes. Bien sûr ceux qui ont tué l’ambassadeur US, en Libye il y a quelques jours, sont dix ou vingt et ceux qui manifestent contre les ambassades de l’Occident en les incendiant ne sont que quelques milliers sur le total du milliard mais n’empêche : les autres se taisent, reculent, ne disent rien et laisse faire ou regardent ailleurs. Du coup, les arabes/musulmans n’ont pas la nationalité du plus intelligent mais celle du plus fou de leur village. Du coup, il faut assumer la confusion puisqu’on la laisse faire. Puisqu’on préfère culpabiliser devant les islamistes. Puisqu’on choisit de s’exiler pour leur laisser les pays. Puisqu’on n’ose pas leur répondre, qu’on s’écrase, qu’on acquiesce et qu’on glisse avec eux sur leur pente folle de leur interprétation moyenâgeuse du sacré. Puisqu’aussi on n’ose même plus écrire un mot sur eux chez soi et qu’on leur concède le droit de parler en notre nom, avec l’Occident et avec Dieu et même avec nos femmes et nos corps.

Si on se laisse faire, c’est qu’on est dans la complicité et donc dans l’acceptation. C’est donc que dans l’île déserte et étroite du monde, on accepte la négritude confessionnelle comme une fatalité. Face à Robinson, on revendique presque le statut du sauvage qui mange l’arbre, l’oiseau et veut hâter la fin du monde.

Et qu’on ne vienne pas dire ensuite que tout le monde ne ressemble pas à tout le monde. Qui ne tue pas, consent. Qui ne dit rien, approuve. Qui croit que ces gens là ont raison, mais seulement pas dans les manières, les aide. Car aujourd’hui, c’est évident : l’Islam tel que vécu, vendu, parasité est une menace pour l’esprit et la raison. Et les islamistes qui montent, voleurs de printemps ou simple affidés sont une arme de destruction massive de notre humanité chancelante. Nos écoles sont donc une menace, ainsi que nos silences, interprétations, exils et démissions, livres et avis. Qu’on laisse de coté la manipulation grossière et les enjeux stratégiques et les coups de pub genre Charlie hebdo et ne retenons que la capacité incroyable de nos religieux à être idiots et violents. Le Film en question ? A peine un détail et il paraît qu’il n’existe même pas (comble de la moquerie !). On aurait pu y répondre par le silence, par un autre film, par un sourire ou par un plus grand effort à reconstruire nos pays et nos nationalités.

 A quand un Luther musulman ?

L’Islam est à revoir, repenser et redéfinir et à ramener à la raison ou à l’aire de l’intimité ou à déclarer inapte. L’enjeu est notre place et notre utilité au reste de l’humanité qui avance ou qui souffre sans se proclamer le centre du monde ni le « peuple de la vérité ».

Et qu’on arrête de crier au complot, de se croire victime d’une théorie mondiale, de voir les juifs partout même dans mon nom de famille et de multiplier les analyses fumeuses : l’évidence est là. Sur vos télés et dans les rues. Il faut choisir vite : rejoindre l’humanité ou pas. Repenser l’Islam ou pas. Car pour le moment il y a de quoi pleurer et rire en regardant des hirsutes brûler un drapeau allemand pour dénoncer l’Amérique et confondre un Etat et un malfrat,  un clip Youtube et une hystérie.  Dieu et une barbe. Musulman/Arabe ? Non, ce qui est écrit sur mon passeport est clair : « algérien ». Cela ne tombe pas du ciel ni ne me vient de mes ancêtres. C’est quelque chose que je fabrique moi-même pour mes enfants.

Depuis presque un siècle, la bonne question est celle de « A quoi servent les musulmans au reste de l’humanité ? » En quoi faisons-nous avancer le progrès, le mieux, le Droit, la justice ? Qu’avons-nous inventé, musulmans de croyance ou musulmans par la culture, depuis le dernier Astrolabe ? Quand allons-nous enfin admettre que nous sommes devenus un poids mort pour l’humanité et un problème pour la collectivité ? Car s’il est vrai que le monde est un jeu d’adversités et de rapines, il faut admettre qu’aujourd’hui il s’agit d’un problème plus profond qu’un clip, une caricature ou une manip : si nous sommes aussi manipulables c’est parce que nous sommes les êtres d’un malaise. Les habitants d’une planète qui a un pied dans l’Iphone 5 et un autre dans les babouches ancestraux. C’est qu’il y a irrésolution, fausse naissance, inadaptation et décalage et donc douleur et donc violence.

Les deux dernières semaines, entre faux film, manifs, meurtres et manips, ont résumé presque les six siècles qui ont suivi la chute de Grenade. Rien depuis l’astrolabe. Des « Arabes » travaillent à la Nasa ? Oui mais il leur faut l’Amérique et la Nasa comme arrière-scène pour pouvoir briller. Tout les « arabes ne sont pas des musulmans et tout les musulmans ne sont pas terroristes et salafistes ? Oui, mais les uns naissent du silence des autres, des compromis, des peurs ou, au moins, des mauvaises réponses au monde présent. Il faut repenser l’Islam dans ta totalité et ses fondements très vite et savoir très vite si l’on veut rejoindre l’humanité ou l’au-delà. Tout le reste est blabla et jeu de rétrospectives sur les splendeurs d’autrefois.

C’est le long résumé d’une semaine de bêtises, de haines, d’insultes, de bigoteries. On peut y retenir le feuilleton d’une croisade assise ou d’une guerre de civilisations tordues. Mais on peut aussi aller à l’essentiel : se poser la bonne question de notre place au sein d’une humanité que nous nions et qui nous nie.

A la première lecture de ce papier publié in-extenso, j’ai immédiatement répondu qu’

Effectivement, il est temps que la majorité silencieuse fasse taire la minorité fanatisée…avant que la minorité devienne majoritaire! Je suis effarée du nombre d’amis que je vois doucement mais sûrement glisser vers ‘une certaine compréhension’ à l’égard de ces fous de Dieu!!!

La réaction immédiate de Raoudha a été:

notre majorté silencieuse est ultra divisée et a de gros problèmes d’égos et de leadership. les dictatures ne leur ont pas permis de se structurer et de s’organiser afin d’atteindre une maturité et culture politique et sociales loin des intérets personnels et des calculs d’opportunisme de cours terme.
Je crois que quelques années seront nécessaires pour que l’opposition se réorganise et que les jeunes aient enfin une connaissance de la politique de leur pays dont ils ont été exclus et écartés pendant des décennies.
Ceux qui veulent justifier les actes barbares le font surement par dépit ou par fatalisme, car ils ne connaissent pas l’effet de masses populaires, l’instinct grégaire ni l’effet domino d’une nation à une autre. les masses se suivent et s’imitent cherchant une forme de légitimité et luttant contre l’isolement et l’exclusion.

Je vous invite vraiment à cliquer sur le lien du blog pour prendre connaissance de quelques réponses réellement effarantes à cet article et me borne à reproduire ici celles qui m’ont particulièrement intéressée:

Nour Bmansour:

J’ai beaucoup aimé votre article. Une analyse réelle et blessante du musulman. Dieu merci, ils ne sont pas tous les mêmes. Mais on sait tous que le salafisme et son avatar le wahhabisme ont dénaturé le message de Dieu. Ils se sont mis à prêcher la haine et l’intolérance, poussant jusqu’à la violence et au crime une partie des musulmans, comme on l’a vu en Algérie avec le FIS et ses différents groupes terroristes, dont l’AIS et le GIA, par exemple. Même les islamistes qu’on veut nous présenter comme «modérés» poussent à l’anarchie dans l’espoir de consolider leur pouvoir.
La question qui me ronge toujours: Jusqu’à quand, cette majorité silencieuse devrait elle être patiente avec cette minorité?? Quelle est la solution???
Riad Labadi · Algiers

La plus grande faiblesse du monde musulman actuel c’est son manque d’education et d’esprit critique … la religion comme vecue aujourd’hui par un grand nombre n’est qu’une tentative deseperee de donner un sens a leur vie …
Georges Strohl · University of Strasbourg

Quelle que soit notre position vis-à-vis des religions, que nous soyons croyants ou athées, il faut soutenir la réforme de l’islam. Une idée serait à mon avis d’inscrire dans la loi l’interdiction de la violence au nom des religions et que soit une circonstance aggravante d’un délit ou d’un crime le fait qu’il ait été commis au nom d’une “croyance” ou d’une “conviction” religieuse. Il n’est pas question d’interdire de croire, car cela part d’un sentiment intime de l’existence d’êtres invisibles avec qui on peut dialoguer et négocier, et qui se préoccupent de notre vie … On ne choisit pas d’avoir ou non ce sentiment, auquel les religions donnent ensuite un cadre.
  • Georges Strohl ·University of Strasbourg
    Je voudrais ajouter que l’islam n’a pas le monopole de la violence, toutes les religions ont été, à un moment ou un autre touchées par cette dérive. Pour différentes raisons, l’église catholique dans sa volonté de maintenir l’unité de l’institution a massacré les hérétiques, de la croisade des Albigeois jusqu’à la fin de l’inquisition, le protestantisme, et surtout las mouvances évangélistes ont succombé à la tentation de la “pureté”, hélas mortifère. Attendre un Luther musulman ? Méfiance quand même, il était antisémite et a appelé au massacre des paysans révoltés … Mais les religions savent aussi trouver des accommodements y compris avec leurs propres dogmes. Aucun chrétien ne se pense cannibale, et pourtant, au regard des dogmes de la nature duale du Christ (à la fois dieu et homme) et de la transsubstantiation (lors de l’eucharistie, le pain EST le corps du Christ), il apparait logiquement que le fidèle qui prend l’hostie consomme de la chair humaine. Les textes et les dogmes ne sont pas des obstacles à la pacification des religions. Il y a certainement bien des façons de lire et d’interpréter le Coran. C’est pour cela que je suis optimiste. je suis aussi athée, parce que je ne ressens pas la présence d’êtres invisibles autour de moi. Ce n’est pas ma faute …
Voilà, je vais finir avec quelques bonnes choses tunisiennes envoyées par Raoudha pour vous mettre en appétit à la veille de Kippour et je vais filer faire mon boulou

This slideshow requires JavaScript.

, peut-être selon la recette hilarante de Tata Suzanne ou celle postée par mon ami Jaco Halfon

Jaco Halfon, fondateur de http://www.harissa.com et autres sites de la diaspora judéo-maghrébine

sur le mondialement célèbre Harissa.com..mais plus vraisemblablement en suivant les préceptes de ma Mémé Rachel bien-aimée….que la terre lui soit légère. Elle me manque tant, tout comme me manquent Mémé Ninette et Tonton Isaac! Nostalgie soupirée de ceux qui ne sortent jamais ni de vos coeurs, ni de vos mémoires!