Quitter la Suisse…Sampa 002

Sampa 125et se retrouver 24 heures plus tard au cœur des favelas

, mais aussi des immeubles bobo de l’extraordinaire Sao Paulo,Sampa 146

cela donne des envies de poésie.

Ce qui frappe d’emblée dans cette métropole tentaculaire et inaccessible par son ampleur, c’est la variété, les contrastes saisissants des ces immeubles de riches devant la Favela de Paraisopolis

credits http://classificados.folha.uol.com.br/imoveis/1156506-metade-da-populacao-da-vila-andrade-mora-em-favelas.shtml
credits http://classificados.folha.uol.com.br/imoveis/1156506-metade-da-populacao-da-vila-andrade-mora-em-favelas.shtml

, la végétation luxuriante et surtout le sourire, la gentillesse, la simplicité de tous les contacts.

A me voir si bien accueillie, j’en ai le cœur serré en pensant à l’accueil que nous, Européens, réservons à nos touristes hôtes de passage. J’imagine le choc qu’éprouvent les Thaïlandais, Brésiliens et autres Laotiens devant l’indifférence à l’autre.

Même dans l’une des principales mégapoles mondiales, on se sent regardé, non pas en tant que touriste mais en tant que personne.

A la petite ballerine rencontrée chez Berbela où elle aime fureter, Berbela a dit que la richesse des gens se lisait dans leurs yeux et pas dans leur portefeuille, et il était évident qu’il le croyait. Cet artiste magicien qui transforme les boulons et autres courroies automobile en musée animalier qui lui rappelle son Nordeste natal ne vent pas ses œuvres, il dit ne pas arriver à s’en séparer. Certes, il se lance dans les modèles réduits à un prix lui aussi dérisoire mais ce qui compte est ailleurs, dans la rencontre ! Ainsi, cette petite fille qui ne sait rien de l’Europe, rêve déjà d’y danser. Voici quelques unes des bestioles surgies de l’univers improbable de cet artiste au coeur gros comme ça!Sampa 004 Sampa 009 Sampa 010 Sampa 012 Sampa 014 Sampa 015 Sampa 018 Sampa 019 Sampa 020 Sampa 021 Sampa 024 Sampa 025 Sampa 027 Sampa 028Sampa 119

Je n’ai pas rencontrer Estevao, le Gaudi des Favelas, seulement sa petite femme bien courageuse qui est à la fois son attachée de presse et sa femme de ménage chargée de nettoyer une maison improbable qui rappelle plus Alice au Pays des Merveilles que le Parque Guell à vrai dire, malgré des similitudes qui restent saisissantes.

Sampa 091 Sampa 042 Sampa 043 Sampa 044 Sampa 045 Sampa 046 Sampa 047 Sampa 048 Sampa 049 Sampa 050 Sampa 052 Sampa 053 Sampa 054 Sampa 055 Sampa 057 Sampa 058 Sampa 059 Sampa 060 Sampa 061 Sampa 062 Sampa 063 Sampa 064 Sampa 066 Sampa 067 Sampa 068 Sampa 069 Sampa 070 Sampa 071 Sampa 072 Sampa 074 Sampa 075 Sampa 076 Sampa 077 Sampa 078 Sampa 079 Sampa 080 Sampa 081 Sampa 082 Sampa 083 Sampa 084 Sampa 085 Sampa 086 Sampa 088 Sampa 089 Sampa 090

Il y a de la poésie dans la fraicheur de ces approches artistiques au sein des favelas. Celle de la Vila Andrade à Paraisopolis est, certes, moins mal lotie que d’autres favelas de la grande banlieue de Sampa, mais cela reste un endroit où les victimes des intempéries du Nordeste sont venus se reconstruire, à la fois solidaires et solitaires, proches et accueillants, méfiants tout de même, artistes et magouilleurs en tout genre. Ainsi, certains quartiers traversés étaient-ils des domaines de bandes de dealers, parait-il, mais soit ils dormaient encore, soit nous ne les intéressions pas, toujours est-il que c’est le sourire et la simplicité qui m’ont interpelée.

Par ailleurs, au-delà des différences sociales, il y a le grand brassage culturel qui fait du Brésil la capitale mondiale du métissage, indiens-européens, indiens-africains, et toutes les combinaisons entre tous ceux-là.

Un nom d’origine japonaise, comme Itake, n’est que le reflet d’une réalité authentiquement brésilienne.

Je suis venue voir le musée des immigrants, l’Ellis Island Paulista…le voilà fermé pour travaux, les œuvres de la peintre Itake, également en restauration…pas grave, je les retrouve au MASP le lendemain! mais en parlant de restauration, j’ai rencontré son fils par hasard, le génial architecte Ruy ItakeSampa 139 Sampa 140 Sampa 141 Sampa 142

et Berbela ou Estevao qui n’étaient pas prévus au programme….je vais donc laisser comme d’habitude le hasard bien faire les choses car la beauté du voyage réside dans ses multiples imprévus !

Images, saveurs, mélanges de cultures et d’origines, “fusion cuisine” avant la lettre, je vous envoie mes pensées renversées et renversantes de la ville qui sait mélanger les genres par delà de bien réels fossés économiques. Vous ne verrez pas ici les trop nombreux clochards dormants à même le sol un peu partout dans le centre-ville, ce n’est pas le genre de photos plaisantes à prendre, mais il n’y a aucune agressivité, un simple mais dramatique constat de la multiplicité des sentiments autant que leur confusion.