Un balcon sur la Méditerranée: voir et vivre Naples

Villes-mondes,

Avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme

et la force d’être aimées?

Naples était un vieux rêve et un grand fantasme…alors contrairement à mes habitudes, je n’ai rien planifié du tout… à part l’opéra , ni mon départ décidé en quelques minutes, ni mon itinéraire, laissant la ville et mes envies instinctives décider pour moi.

Je sais que mes amis s’inquiètent de me savoir seule en voyage mais pour moi, même si certains voyages sont bien plus riches du partage des émotions ressenties, le solotrip est une manière de mieux se connaître et de connaître les autres.

Forte de mes études classiques et des 2 premiers tomes de la Saga Ferrantesque, je me sentais presque locale en débarquant…. mais presque seulement, un peu apeurée par les appels à la prudence dans cette ville réputée insécure…et sa générosité

Mais grâce aux conseils avisés de mon mon pro d’Aviron, l’exquis Francesco et d’un copain de mon fils d’origine napolitaine, j’étais armée!

Ma conclusion provisoire est que Naples a largement dépassé toutes mes attentes et que toute la Calabre mérite cent fois plus d’attention qu’on ne lui en accorde.

Elle fait partie de ces Cités Mondes qui se suffisent à elles-mêmes. Impressionnantes par leur identité palpable et totalement spécifique.

Combien de temps demeurera-t-elle aussi authentique…la question se pose à l’heure où les touristes à mon image la redécouvrent avec gourmandise et délectation comme au temps du grand tour!

La première question est où dormir…la réponse est au Lungomare ou Posilippo et pas ailleurs…ce fut donc le superlatif Excelsior pour la simple raison qu’en cette veille de San Gennaro et de Calcio, le choix était limité à l’extrême….

Le premier jour, j’ai immédiatement succombé au Castel Del’Ovvo situé sous mes balcons et, après un drink sur la sublime terrasse de mon hôtel avec un couple d’adorables anglais, Ross et Loren, j’ai suivi les conseils de Francesco pour un dîner au fil de l’eau à la Bersagliera face au Borgo.

Je n’ai jamais si bien dormi ensuite au point que ce n’est qu’à 11 heures que j’ai pris le chemin de la gare maritime. Je pensais aller à Sorrento ou Ischia…ce fut Capri!

Là-bas comme partout en Italie, il ne faut surtout pas se laisser impressionner par le flot des touristes. Ils s’agglutinent en grappes par endroits et vous laissent profiter de l’intemporelle beauté authentique des lieux!

Même à Calpri et Anacapri, avant de pénétrer j’ai choisi de contourner l’île par la mer….sacrifice au dieu tourisme, sans doute, mais ode à la beauté saisissante!

Puis tout de même, franchissant une foule anglophone je me suis évadée vers les hauteurs de Capri en funiculaire pour vite, vite rejoindre Anacapri par un minibus bringuebalant et retrouver le charme tranquille des Îles que j’aime tant

Avec le paradis terrestre de la merveilleuse Église San Michele

Le retour en funiculaire (après deux trajets en bus acrobatiques) fut l’occasion d’un paisible retour “Italian style”

Puis d’un somptueux dîner au Caruso, sur le toit du Grand Hotel Vesuvio, pour des pâtes incroyables de simplicité et de saveur, les bucatini a la Caruso…et plein d’autres délices tout à fait indécents (mille feuille de sole et parfait à l’amarena)

Samedi fut le moment d’entrer dans le vif du sujet…là encore la Ville a décidé pour moi et les deux jours suivants furent une suite de coïncidences parsemées de mes envies et de l’aide de deux guides locaux Daniela et Pasquale tout de même le dernier jour histoire d’avoir des réponses à mes questions et l’assurance d’avoir vraiment compris cette ville!

Il est question de :

  • forts militaires comme Sant’Elmo découpant l’époustouflante Baie de Naples à la guise de ses créneaux , de son église émouvante de simplicité médiévale et l’horloge Tempo Interiore (2012-13) de Rosy Rox tranchant le temps en fines lamelles….
  • de places aux tailles diverses
  • De Certosa (Chartreuse) brodant une exposition macabre en ode à Judith et Holopherne d’Artemisia Gentileschi à Louise Bourgeois en passant par Amish Kapoor sans oublier son cimetière dans l’un des plus beaux cloîtres citronnés qu’il m’ait été donné de voir;
  • de ruelles, souvent escarpées avenues en tous genres, médiévales, hausmaniennes à la manière du Retifilo, la diagonale napolitaine ou du Spacanapoli, juives, cosmopolites….;
  • D’églises, basiliques, chapelles et monastères médiévaux, baroques, maçonniques même…
  • De vestiges égyptiens, grecs, romains, byzantins, normands, français ou autrichiens dans ce creuset des civilisations qui s’approprie tout pour en recomposer une version unique et napolitaine où la vie se nourrit de la mort comme en témoignent en tout lieu mais surtout à Pompéi la présence de crânes 💀, de corps conservés par delà la mort et du culte des ossements au cimetières des Fontanelles;
  • De mer, à la fois infiniment présente et découpant presque la ville comme une ile, et pourtant quasi insoupçonnable pour peu qu’on s’enfonce dans le dédale d’un réseau urbain d’une richesse et d’une densité vertigineuse qui vous aspire toujours plus profondément;
  • De la langue napolitaine délicieusement vivante malgré son recul certain:

As soon as I got off the train, I moved cautiously in the places where I had grown up, always careful to speak in dialect, as if to indicate I am one of yours, don’t hurt me<
Elena Ferrante, Book Three of the Neapolitan Novels, Those who leave and those who stay, Europa Editions, p. 26

et…

  • De ses traditions religieuses, insolentes ou sociales

ou culinaires déclinant pâtes et pâte à pizza d’une légèreté et d’un goût paradisiaque d’une simplicité qui en fait tout le charme et ses poissons, ses légumes, ses pâtisseries aériennes…

Bref, Naples l’animiste a un goût incontestable de revenez-y et de restez-y plus longtemps même si sa présence reste en vous comme un bon vin long en bouche. Naples est longue en âme !

Conseils et références (merci Francesco et Virgilio!):

👁 il cristo velato;✅

👁 Napoli sotterranea.

👁 Il faut faire un promenade à posillipo où tu as un panorama magnifique!

👁What to do in Elena Ferrante’s Naples

Meilleures pizzas :

🍕Pizza Trianon✅ (ouvert le dimanche)

🍕Da Michele

🍕Sorbilo

🍕 pour un pizza excellent 50 Kalo piazza sannazzar

Attention le dimanche beaucoup de pizzerias sont fermées! Si la pizza napolitaine est si bonne, c’est que la pâte repose un jour entier avant d’être travaillée et pratiquement sans levure…. qu’on se le dise…mais chuttt….!!!

Restos

sur le lungomare sont tous très bon mais

🍽Bersagliera: resto historique napoliten just en face du Castel dell Ovo et dans le petit port de Santa Lucia.✅

🍽un resto chère mais que j aime roof top Caruso al grand hôtel vesuvio. ✅😊

Vins: Spumante Masseria Campito

🍽Mattozzi (via filangeri dans la partie chic de Naples)

Bars et cafés

☕️ Gambrinus bar historique napolitain a Piazza plebiscito ✅

☕️caffetteria a piazza dei martiri.

🍽 centre historique street food de Di Matteo in spaccanapoli.

hotels:

c’est mieux près du lungomare:

  • Royal,
  • Santa Lucia,
  • Excelsior, ✅
  • Grand hôtel vesuvio
  • Sinon l’Oriente mais il est près du centre historique et le soir ce n’est pas sûr….

Autres conseils et compléments à suivre ici.

1 Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s