JCall, JLink, la paix ou l’illégalité.

Cela fait un moment que je n’ai pas communiqué sur Israël et JCall, ce qui ne signifie pas que je m’en désintéresse, d’ailleurs. Disons plutôt que je passe de la fierté de voir certains de ses habitants si intelligents parvenir à des prouesses scientifiques ou académiques à la honte de voir que finalement, l’idéal s’est perverti et que la médiocrité s’y invite plus souvent qu’à son tour, comme ailleurs. Cela n’a rien de propre à Israël mais on m’avait élevée dans une autre notion morale du bien et de l’équité…

Ayant été stupéfaite d’apprendre que Benny Gantz, grand adversaire de Bibi Netanyahu, se ralliait à lui pour finir, après d’interminables rounds d’élections au coude-à-coude, j’avais décidé de ne pas me ronger les sangs selon l’adage que les israéliens se coucheront dans le lit qu’ils auront fait !

Cependant, j’ai été intriguée d’apprendre que, sur le papier en tout cas, Israël semblait sur le point de franchir l’infranchissable en transgressant le droit international pour annexer la Vallée du Jourdain. J’ai donc répondu présente à l’invitation de l’infatigable David Chemla et de JCall. En voici le contenu pour mes notes et tous ceux que cela intéresse.

JCall, Peace Now. 2020. “Discussion.” In Les Dangers de l’annexion. Zoom. Voir note (2).

David Chemla: Nous allons parler ici de la première “annexion” israélienne depuis sa fondation. Un réseau JLink s’est créé pour se mobiliser contre cette annexion . Il y aura un article dans le Monde (3) à ce sujet prochainement. L’action n’est pas arrêtée. En France, cet appel a déjà été signé par une centaine de personnes (Moisy, Cohn-Bendid, Finkielkraut notamment).

Claudine Korall IFDII (Institut de Formation d’Intelligence Interculturelle) modère cette réunion et pose les questions soulignées.


1er intervenant: Nitzan Horowitz, député et leader du Meretz


Quel est le danger de la situation actuelle? Quel est votre combat?

Le 1er juillet interviendra l’accord fondateur du gouvernement actuel, il fonde les démarches de l’annexion.

Son danger principal est qu’en annexant les territoires palestiniens, on perd la chance d’une solution à deux Etats: il ne restera rien du processus israélo-palestinien. Si cette idée tombe, des millions palestiniens n’auront plus de droit fondamentaux et Israel deviendra un Etat d’apartheid.Il existe un danger également économique: l’annexion va coûter des millions de shekels par an (sécurité, frontière…) alors que nous sommes en pleine crise économique. La question militaire est aussi non négligeable car il n’existe aucune possibilité de défendre cet archipel d’enclaves. Enfin, il s’agit un danger d’expulsion immédiate de dizaine de millions de palestiniens. Cela risque d’être une tragédie humanitaire. C’est un danger pour Israël: notre rêve sioniste va devenir une autre chose. Il y a une réelle nécessité d’une mobilisation pour la voie de l’intérêt d’Israël. C’est à nous, les partisans de la paix, d’agir de manière forte et importante immédiatement.


CK: Lors de la dernière manifestation samedi soir dernier avec la société civile, on se trouvait en présence des partis arabes, Yamina, Yesh atid, Liebermann etc. Comment pouvez-vous gérer cette opposition extrêmement hétéroclite?

On n’a pas le choix…c’est ce que nous avons, avec les arabes, avec le parti communiste, avec Yesh Atid en raison de la menace économique. On fait ce qu’on peut et il en va de même dans nos relations avec la communauté internationale et on est en contact avec les ambassadeurs de France, d’Allemagne. Il s’agit d’un problème international puisque l’Europe est le principal soutien de l’Autorité Palestinienne…si nous annexons ce sera à Israël de le faire. Un sondage réalisé il y a deux jours (mi-juin 2020) souligne que la majorité en Israël est contre l’annexion.

À la lecture des journaux, l’annexion de la vallée du Jourdain ne semble pas préoccuper réellement les Israéliens. Or vous affirmez le contraire? Pourtant on a l’impression que cela fait consensus .

Je me base sur la TV israélienne. Certes, c’est la crise économique qui prime largement. Nous essayons d’inculquer la connaissance du danger aux israéliens : avec la Jordanie, c’est la fin de l’accord de paix et les conséquences stratégiques sont très graves. L’élément majeur qui pousse à cette annexion est l’entourage du président Trump. C’est à nous, vous, tout le monde d’exprimer une autre voix. En Israël, on n’entend que la voix de la droite juive française. A vous de faire pression puisque vous y êtes opposés.

Je sais que c’est difficile, que les médias, Trump ne sont pas avec nous, mais si on rate cette occasion, ce sera un cauchemar qui prendra des années à être corrigé. Je suis patriote israélien, mon pays démocratique, prospère, moderne sera perdu avec cette annexion

.
Vous dites que l’annexion de la cis-Jordanie inclut Goush Etsion et Ariel uniquement? Si c’est une annexion light elle pourra passer car personne ne se préoccupe de ce problème.


Ce ne sera pas une petite pilule, le droit international est là pour protéger contre ce genre d’atteinte. Que dire aux Turcs à Chypre, aux Russes en Crimée ? Il faut absolument éviter une annexion unilatérale. Si annexion il doit y avoir, ce doit être en accord avec les Palestiniens en échange de leur propre Etat. Ce que fait Israël est inacceptable, fut-ce pour un seul petit village. C’est une ligne rouge à ne pas franchir.

On me pose toujours la question: avons-nous un partenaire? Certes, ce n’est pas le partenaire idéal, mais je préfère avec Abu Mazen la voie de la paix. C’est la seule solution et c’est toujours possible.


Les carottes ne sont pas encore cuites. L’opinion, le gouvernement, le monde est partagé, et la décision peut être annulée. Gantz et Eskenazi sont contre l’annexion. C’est encore possible et ça dépend de nous. Même le plan Trump parle d’un Etat palestinien donc en fait ce plan va à l’encontre même de Trump.

Netanyahu est un idéologue du Grand Israël, comme son père et son fils. Il veut entrer dans l’histoire: réaliser après 3000 ans ce rêve biblique. Ce n’est pas seulement pour distraire le public de ses problèmes pénaux.
Gantz reste timide car il attend son tour dans un an et demi. Natanyahu en profite. Il aurait pourtant la possibilité, avec les modérés du gouvernement qui partage mes convictions. Ils peuvent empêcher le plan en s’opposant à la droite en soulignant qu’ils traduisent l’opinion de la plupart des citoyens israéliens.

Gantz n’est pas un leader fort. Il a peur des confrontations et Netanyahu en profite. Il est temps pour Gantz de rassembler son courage et de devenir un vrai leader. Formellement, il n’a pas le droit de véto, mais peut éviter qu’on en arrive à un vote.
La solution de deux Etats est la base de toute suite directe. Quant à la Confédération…cela viendra peut-être plus tard, on verra…Pour l’instant, la majorité des Israéliens soutient la solution de deux Etats tout comme les Palestiniens.

2e. Intervenant: Shaul Arieli. Responsable des accords d’interims avec Yitzhak Rabin, un des pères de l’initiative de Genève. C’est la référence en matière de changement de terrain. Va évoquer les conséquences de l’annexion par le biais de cartes notamment.

The goal of the annexation and the idea that Naftali Bennet is to fulfill his dream of uniting Judea-Samaria. In other words, the israeli position which is since 1967 is a disputed area is now replaced with a “gradual annexation” according to prime Minister. Trump has defined the maximum annexation. Domino process, cf. photo. Ignition point is annexing the Jordan Valley. Nothing will happen on the ground and everything will continue as usual. Sovereignty to confiscate Palestinian private land (23% of this area), Israel will have to build around Jericho and Jordan Valley, a new fence with the monitoring and escorting of additional borders of almost 600 km. All this will lead us to the turning point, i.e. the collapse of the Palestinian Authority. Loss of central function which was to be the link between Israel and Palestinian population (almost 3 millions). Israel will then have to annex area A and B, which is a point of no-return. This would be the end of the Zionist movement. This process will have many implications, from diplomatic to economic, but it could harm israeli interest in security issues (renewal of violence), military cooperation with Egypt and Jordan will be put to an end. There is no need to annex the region, as even Iran is withdrawing from Syria. We are going to harm the peace treaty with Jordan. The cost is 15 billion dollars to achieve this. but the most important consequence is the demographic balance. This is the end of the zionist concept: An arab majority and right of Palestinian people to self determination. Jewish majority and democratic State will be changed.
Are there any tangible signs on the ground?
Nothing is done on the ground. We have to distinguish between the declarative and the legal phase.
the Israeli military establishment is aware of the implications of such a unilateral annexation in relations with Jordan and Egypt as well as from a budget point of view. They are against this idea.

3e intervenant: Prof. Eli Barnavi. Historien, diplomate, expert des religions.
Directeur du Musée de l’Europe à Bruxelles.


Israel peut annexer la cis-jordanie. Il y a un large consensus même si Nitzan modère cela…Pourquoi Netanyahu ne devrait pas se lancer?

La raison se refuse à aborder cette question. A force d’entendre des absurdités, on finit par être mithridatisé. L’ambassadeur US Friedman, représentant une infime minorité de juifs dans son propre pays, est un orthodoxe d’extrême droite, est en train de jouer les médiateurs entre les deux moitiés du gouvernement israélien. On en est là, situation tout à fait ubuesque. Il n’y a pas de consensus en fait: 3, 5% seulement considère l’annexion comme une priorité. La moitié est contre, le reste s’en fout. Après un demi-siècle de lavage de cerveau nous en sommes là. Histoire hassidique de la Chèvre: faites entrer la chèvre, faites sortir la chèvre1: on acte tout le reste et maintenant on n’envisage que l’annexion, qui d’après moi ne se réalisera pas.
Netanyahu est au pouvoir depuis tellement de temps, plus que BenGurion, il occupe une place énorme sur l’échiquier politique et n’a pas d’adversaire, Benny Gantz ayant explosé en vol. Le Likoud n’est plus un parti politique, c’est une clique. Ce serait une erreur de conclure des scores électoraux de Netanyahu une quelconque adhésion au projet politique. Rien ne bouge en fait sur le terrain. Le plan Trump est rejeté aux deux bouts de l’échiquier politique et entre les deux, tout le monde s’en fout. Personne n’est d’accord avec personne, cependant pour l’Europe, c’est le franchissement de la ligne rouge car alors comment parler à la Russie sur son annexion de la Crimée. Ce sont les valeurs mêmes de l’Europe qui sont en jeu. La population palestinienne a une énorme soif de normalité, les pays arabes idem. Personne ne parle de sécurité, ce qui est en cause c’est de l’ordre idéologique.
Le débat sur les Territoires correspond à une promesse divine. Netanyahu qui est totalement laïc par ailleurs, sait qu’il a perdu la partie avec les juifs américains mais est soutenu par les évangélistes américains sur ce point. C’est sa perspective de droite qui profite de ce rêve biblique. Nous n’avons pas su opposer aux fous de Dieu notre propre religion civique de la démocratie des droits de l’homme. Nous avons besoins d’alliés en diaspora et nous nous sentons très seuls car les juifs comme nous se taisent le plus souvent. Aux Etats-Unis, la jeunesse de détourne d’Israël car elle se désintéresse, ce qui est dommageable puisque nous ne sommes même plus la majorité dans notre propre pays. La diplomatie peut jouer un rôle énorme. Quand l’Europe ou les US veulent obtenir quelque chose, ils le peuvent. Cependant, l’Europe est timide envers Israël, en particulier l’Allemagne dont le ministre des affaires étrangères Heiko Maas a subi un véritable affront (interdit de se rendre à Ramallah sous peine de quarantaine alors que ce n’est pas une frontière!) et l’a encaissé sans réagir, cela n’augure rien de bon pour les démocrates israéliens.
On ne confédère que des Etats souverains. L’annexion, même si elle avait lieu, n’est pas irréversible comme en témoigne la proposition de restitution du Golan même si elle ne s’est pas réalisée. Nous finirons par arriver à la solution à deux Etats car il n’y en a pas d’autre.

Notes:

1- Histoire de la Chèvre:

C’est l’histoire de cet homme très pauvre à la famille nombreuse et à la femme malade de surcroît qui n’en peut plus et va trouver son rabbin pour alléger ses souffrances. Celui-ci lui offre une chèvre en lui recommandant de la garder chez lui, ce que le pauvre homme incrédule n’a pas le coeur de refuser. Cela dit, il croit ensuite devenir fou avec sa maisonnée désormais encore plus épouvantable qu’auparavant. Il retourne voir son rabbin et le supplie de reprendre la chèvre, ce que le rabbin fait volontiers. Il le remercie alors en lui disant que grâce à lui, il a à présent retrouvé toute sa joie de vivre…

2- lien vidéo JCall

3- Appel du 19 juin 2020 dans Le Monde

Non au plan israélien d’annexion d’une partie de la Cisjordanie

Anne Sinclair, Benjamin Stora Et Bernard-Henri Lévy,

Plusieurs personnalités, parmi lesquelles Anne Sinclair, Benjamin Stora et Bernard-Henri Lévy, ainsi qu’une cinquantaine d’organisations juives mondiales, s’élèvent contre la politique du gouvernement israélien

Nous souhaitons dire notre inquiétude face au projet du gouvernement israélien de procéder, à compter du 1er juillet, à l’annexion de certaines parties de la Cisjordanie. Un tel projet porterait atteinte aux droits du peuple palestinien et, en même temps, défigurerait le projet sioniste visant à l’établissement d’un Etat juif et démocratique.

Une annexion unilatérale serait contraire au droit international et contreviendrait à toutes les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies relatives au conflit israélo-palestinien, en particulier la résolution 2334 du 23 décembre 2016. Si elle était appliquée, l’annexion unilatérale signifierait la fin de la solution à deux Etats et anéantirait tout espoir du peuple palestinien de parvenir à l’autodétermination par des moyens non violents. Il est vain de croire que la réalité sur le terrain l’emporte toujours et à jamais sur le droit international.

Une pétition signée par près de 300 anciens officiers supérieurs de l’armée, du Mossad et de la police, tous membres de l’organisation non gouvernementale Commandants pour la sécurité d’Israël, souligne que l’annexion déclenchera une réaction en chaîne sur laquelle Israël n’aura aucun contrôle, conduisant à l’effondrement de l’Autorité palestinienne. Cela imposerait en retour qu’Israël prenne le contrôle total de toute la Cisjordanie et assume la responsabilité directe de l’existence de 2,6 millions de Palestiniens.

Le souci de l’avenir

S’agissant de la Jordanie, fortement peuplée de réfugiés palestiniens, l’annexion risquerait de déstabiliser le gouvernement et l’obligerait à reconsidérer son traité de paix avec Israël. Le traité de paix avec l’Egypte serait également mis en péril.

Le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, a annoncé qu’Israël n’entendait pas accorder aux Palestiniens résidant dans des territoires annexés par Israël les mêmes droits civiques et politiques qu’aux Israéliens. Un tel refus serait en totale contradiction avec le régime démocratique qui est en vigueur à l’intérieur de l’Etat d’Israël.

L’annexion, si elle venait à se concrétiser, mettrait à rude épreuve les relations qu’Israël entretient avec les pays démocratiques du monde entier et risquerait de provoquer une vague de délégitimation de l’Etat d’Israël. Elle creuserait un fossé entre Israël et la plupart des Juifs de la diaspora, qui sont attachés aux principes des droits de l’homme et de la démocratie.

Dans le cadre de la mobilisation internationale lancée par J-Link, un réseau créé par plus de 50 organisations juives progressistes dans le monde, relayé en France par La Paix maintenant et JCall, nous appelons toutes les personnes partageant le souci de l’avenir d’Israël dans la paix avec ses voisins à agir au plus vite pour que le gouvernement d’Israël renonce à ce projet d’annexion. Il y va d’une certaine idée d’Israël, de la démocratie et du judaïsme.

Daniel Cohn-Bendit, ancien député européen ; Alain Finkielkraut, philosophe, membre de l’Académie française ; Bernard-Henri Lévy, philosophe et essayiste, membre du conseil de surveillance du « Monde » ; Dominique Moïsi, géopolitologue, conseiller spécial de l’Institut français des relations internationales ; Pierre Nora, historien, membre de l’Académie française ; Diane Pinto, historienne, consultante au Conseil de l’Europe ; Alain Rozenkier, président de La Paix maintenant ; Anne Sinclair, journaliste, autrice ; Benjamin Stora, historien, président du conseil d’orientation de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration ; Meïr Waintrater, président de JCall France. La liste complète des signataires de cet appel, qui comprend de nombreux universitaires, des membres de professions libérales et des personnalités juives de premier plan, est disponible sur le site de l’organisation JCall

Le Monde daté du 19 juin 2020, Idées, p. 24

3 replies

  1. Trèèèès utile ton “pv” ! ça m’a permis de me remettre sinon à jour du moins d’y voir un peu plus clair, de constater que malgré la situation proprement désespérante ces bonnes âmes continuent leur lutte et leurs réflexions mais dont on sent la fatigue. “Peace Now”… ils n’y sont décidément pas encore ! Si ces intervenants n’ont pas été baillonnés, on sent bien que leur poids n’est pas suffisant et que la pression internationale n’est pas au rendez-vous (en effet… l’exemple de la Crimée est parlant). Et… la chèvre ! je la connaissais mais l’avais oubliée !

    Like

  2. Merci Daphné pour ce résumé d’une rencontre à laquelle je n’ai pas eu le courage de participer. En effet, après plus de dix ans de combat de JCall, sa voix reste inaudible et – comme le dit ton ami dans sa réponse – fatiguée. Personnellement je n’y crois plus. C’est désespérant et suicidaire. A mon humble avis, la seule action qui pourrait et pouvait être efficace – aujourd’hui comme il y a dix ans – ce serait de sérieusement secouer cette majorité que Bernavi définit comme « ceux qui s’en foutent » . Et ça on a jamais eu ni le courage ni la volonté de le faire. Trop sensible, trop dangereux, trop agressif, trop trop …. Tristement, ton vieux Momo

    >

    Like

    • Hélas Momo, disons que la vie est belle, que les israéliens sont comme les autres et qu’après avoir attendu en vain ils n’y croient plus et veulent vivre dans le présent. Je ne les blâme pas, j’écoute seulement…JCall, JLink sont juste mes bons amis qui m’ont rapprochée d’un pays dont je ne voulais plus entendre parler après la mort de mon oncle…

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s