IMG_02891920438_10152492449562385_2763074731920810064_nFirst and foremost, let me wish all of you, my dear Sociolinguists on Facebook and Academicians across borders, all the best for this New Year. May it be light and full of lights!

We will be reaching shortly, fellow sociolinguists, our 5555th member…I suggest a brainstorming on how to celebrate!

You probably noticed that I wrote very little this year…well, that’s probably due to my immense despair at what’s going on in our crazy barbaric world.

Yes, I’m alive and kicking in a society that accepts the massacres of Christians in Syria, of Westerners in Muslim countries in which some totally uneducated barbarians are taking decent fellows as their hostages of an unassimilated and rather strangely read Koran.

syrian churchThose who haven’t seen yet the magnificent and poignant film by Sissé, Timbouctou should well open their eyes on this reality we are mildly criticising and hypocritically pretending to ignore.

timbuktu

We are one world, but one very sick world….I wouldn’t know where to start, honestly! Maybe home with more and more people working hard yet not making a decent living, or with the unnameable so called artists and writers stirring the unspeakable hatred of Ferguson-Standoffthe Other, maybe across the Atlantic where despite a cosmopolitan president, the US are still fighting their deeply rooted racism…and the latter seems to win.

Maybe in Asia where my beloved Chinese friends are silently conquering the whole world in search of some further lebensraum. Maybe in Israel and Palestine, an apparently lost cause where two decent and intelligent people are behaving indecently and irrationally. I recently attended the Geneva lecture by Dr. Anan Ashrawi at the American club (I promise to add my notes shortly!)

Let me dwell a bit on the latter as I have been rather active in a movement called JCall LINK, the European little sister of JStreet LINK. We are a group of, I believe, decent people with a conscience that prescribes us not to forget who we are, jews in the diaspora for well over 2000 years. How can it be that in 60 years we have become a State that totally forgot how it feels to be alien in one’s homeland. I know I’m again going to be attacked…and I know that my comments even sound stupid to most of my Palestinian friends reading me. They see us as imbeciles just as our own people do…(click on this link). Yet as long as I can breath, I will not accept Terror or imposition of unlawful violence on another human being. I remained silent too long and have other wars to fight so I don’t intend to dwell on this, yet I deplore what’s presently happening in most parts of the world and want to “sweep the floor in front of my own house” to paraphrase a French expression.

Yet, there are causes to rejoice. Such as my marvelous discovery of Toulouse Roman Basilica, IMG_0449and the charming Toulouse (photos) with its bilingual signposting in Occitan. A few days ago, in a café in this beautiful island which has become such a sweet haven, the Ile d’Yeu, I met a young couple reading some Jules Supervielle’s Poetrysupervielle, I swam in the sea  with some lovely and cheerful friends, enjoying the moment of sun, friendship and clever open-minded friends, artists and simple minds who love life as I do…10671344_10152477698252385_8106754960274649870_n

There’s always a way to see our glass half empty or full  and I won’t change my mind, I am blessed with a full cup and a busy programme including the upcoming issue of Droit et Cultures on Indigenous languages which I have the pleasure to co-edit with my friend and colleague, Michael Hornby, one of my very first members of a group which now gathers well over 5000 members and gives an honorary award to a living sociolinguist every year (the last one went to Bill Labov after Joshua Fishman and Louis-Jean Calvet). We have produced several sessions at congresses, various articles and issues of Droit et Culture…and probably more which I am not necessarily aware of despite being the proud founder of a group which now has its own life.

I’m a little more worried about Académie Sans Frontières which should be at the forefront of informing people of the various disasters and promote cooperation between scholars, but proves so far to simply gather them in a rather inactive manner. That’s probably my fault as it’s hard to pay equal attention to both groups and also to have a real life the besides the cyber one….

Let me finish on a cultural note. I read and enjoyed James Salter’s Light Years, in an excellent translation by my friend Anne Rabinovitch téléchargement(to such a point that Alain Finkielkraut who read both suggests that the French version is way better in style and language as the original one!), I worked on a paper I owe to my Canadian friends and below have added the bibliographical notes I took to this end, I enjoyed the Abderrahman Sissako’s Timbukto and Wim Wenders’ The Salt of the Earth on remarkable photographer SebastiãoDelgado and laughed at La Famille Bêlier film on the deaf culture. I also saw, thanks to my cousin, Impression Soleil Levant at the Musée imageMarmottan (a discovery) and the incredibly rich but overcrowded Okusai exhibition at the Grand Palais.hokusai_0

 

On my way there, I had the pleasure of visiting Balzac’s little house, a gem which is hard to find and a surprise for me. I readily admit that although I’ve toured round the world and enjoyed many breathtaking sites and cities, Paris remains for me the most incredible city where every stone and house is a living testimony of past or present!

I’d be glad to comment on all this New Year’s letter but believe at this stage I should thank those who made it till the end. I will try to keep a Monday paper this year as I have been asked, so don’t hesitate to give me blog ideas (right now my best guess is the strange toilet paper of SNCF and French cleanliness in general…)!

So, a Happy, Healthy and Prosperous 2015 to my beloved readers urbi et orbi!

New Entries in the library (check by alphabetical order to see them next time)

 

Asharaoui

Boudreau, Jules (1979), Cochu et le soleil, Théâtre populaire d’Acadie (Moncton: Editions d’Acadie).

 

extraits repris de l’anthologie de la littérature acadienne de  Lonergan, David (ed.), (2010), Paroles d’Acadie: Anthologie de la littérature acadienne (1958-2009) (Agora, Sudbury: Editions Prise de parole).

(…)

En tout cas, c’est la loi qui donne nos écoles au gouvernement pis qui dit que nos enfants pourront plus apprendre leux relition pis leux langue à l’école. Ben moi, j’ai trouvé que le curé avait ben parlé. On peut pas supporter une loi qu’est contre notre religion pis notre langue. Surtout que le curé, c’est le curé, pis si qu’on peut pas se fier au curé, à qui c’est qu’on va se fier?

 

Cerf, Cécile (2002), ‘Le bouleversement des catégories de “l’estrange” et de “l’estranger” dans la seconde moitié du SVIe siècle en France’, paper given at 16e colloque de la Sator, Queen’s University, Kingston.

citée par de Finney, James and Duclos, Tania (2011), ‘Rhétoriques et rêverie des Origines: de Marc Lescarbot à Rameau de  Saint-Père’, in James De Finney, Hélène Destrempes, and Jean Morency (eds.), L’Acadie des origines (Ottawa: Prise de Parole), 29-44.

 

Chiasson, Herménégilde (1974), Mourir à Scoudouc (2ème edn.; Moncton: Editions d’Acadie) 62.

Rouge

(…)Acadie, mon trop bel amour violé, en stand-by sur tous les continents, en stand-by dans toutes les galaxies, divisée par les clochers trop fins remplis de saints jusqu’au ciel, trop loin. Arache ta robe bleue, mets-toi des étoiles rouges sur les seins, enfonce-toi dans la mer, la mer rouge qui va s’ouvrir comme pour la fuite en Egypte; la mer nous appartient, c’est vrai, toute la mer nous appartient parce quenous ne pouvons pas la vendre, parce que personne ne peut l’acheter.

 

Extrait repris dans l’anthologie Lonergan, David (ed.), (2010), Paroles d’Acadie: Anthologie de la littérature acadienne (1958-2009) (Agora, Sudbury: Editions Prise de parole).

de Finney, James and Duclos, Tania (2011), ‘Rhétoriques et rêverie des Origines: de Marc Lescarbot à Rameau de  Saint-Père’, in James De Finney, Hélène Destrempes, and Jean Morency (eds.), L’Acadie des origines (Ottawa: Prise de Parole), 29-44.

30: (…) plusieurs auteurs français ont contribué à l’élaboration des représentations de l’Acadie.

En parcourant leurs textes, notamment ceux des 17e, 18e et 19e siècles, une première constation s’impose: ces auterus parlent presque autant de l’Europe que de l’Acadie. Comme l’explique l’historien Fernand Braudel:

Les Amériques, “périphérie”, “écorce” de l’Europe? L’une et l’autre de ces formules disent assez bien la façon dont le Nouveau Monde, à partir de 1492, est entré (…) dans la sphère d’action et de réflexion de l’Europe (…) “l’être et le faire” ne font qu’un; alors je dirais que l’Amérique est le faire de l’Europe, l’oeuvre par laquelle elle révèle le mieux son être. Braudel, Fernand (1979), Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle (t.3; Paris: Colin).

32: L’Acadie au service des idéologies:La rhétorique “nationale” de Marc Lescarbot

Marc Lescarbot, l’avocat-poète-voyageur quelque peu marginal qui accompagne les premières exéditions en Acadie, est le premier à formuler l’image d’une Acadie idyllique qui s’ouvre à la colonisation, notamment dans son Histoire de la Nouvelle-France. (Lescarbot, Marc (1617), Histoire de la Nouvelle-France. Contenant les navigatios, découvertes & habitations faites par les François ès Indes Occidentales & Nouvelle France sous l’avoeu et autorité de nos Rois Très-Chrétiens, & les diverses fortunes d’iceux en l’exécution de ces choses, depuis cent ans jusques à hui. En quoi est comprise l’Histoire Morale, Naturelle et Géographique de ladite province: Avec les Tables & Figures icelle. (3d edn.; Paris: Adrien Perier).) Tout à la fois chrétien fervent et nationaliste militant, Lescarbot propose à ses compratiotes français une théorie complexe selon laquelle ceux-ci réaliseraient leur destin natioal et renoueraient avec leurs propres origines grâce à leurs expéditions outre-Atlantique. S0appuyant sur la Bible et les histoirens de l’Antiquité, Lescarbot affirme que les Français forment une race essentiellement gauloise et celtique qui descend directement des ruvivant du Déluge et hérite d’eux une voyation maritime et colonisatrice (citent en note

Noé donc prepeuplant le monde amena une troupe de famille par deça, lesquelles aimant la navigation, trouvèrent bon de s’appeler du nom attribué à Comerus Gallus, premier Roy des Gaulois, (…). Ainsi ayant beaucoup multiplié (comme la nation Galauloise est féconde), ils se rendirent maîtres de la mer dès les premiers siècles après le Déluge (…). Et Jules César parlant de la civilité des Gaulois et de leur façon de vivre, dit que la connaissance des choses d’outre mer leur apporte beaucoup d’abondance et de commodité pour l’usage de la vie (Lescarbot, Marc (1617), Histoire de la Nouvelle-France. Contenant les navigatios, découvertes & habitations faites par les François ès Indes Occidentales & Nouvelle France sous l’avoeu et autorité de nos Rois Très-Chrétiens, & les diverses fortunes d’iceux en l’exécution de ces choses, depuis cent ans jusques à hui. En quoi est comprise l’Histoire Morale, Naturelle et Géographique de ladite province: Avec les Tables & Figures icelle. (3d edn.; Paris: Adrien Perier)pp. 12-13.)

 

Les Mirabiliae au service de la colonisation

Bien avant Marco Polo, les Livres de Merveilles, qui mettent en scène l’étonnement devant l’abondance et l’étrangeté des pays lointains, font partie d’une tradition qui fait appelle à “toute une géographie de la mirabiliae (…) depuis l’Histoire Naturelle de Pline...” (Cerf, Cécile (2002), ‘Le bouleversement des catégories de “l’estrange” et de “l’estranger” dans la seconde moitié du XVIe siècle en Ffrance’, paper given at 16e colloque de la Sator, Queen’s University, Kingston.). Même si ces procédés d’amplification rhétoriques sont bien connus, on ne peut s’empêcher de rappeler le passage souvent cité de  Nicolas Denys sur le site du village de Cocagne au Nouveau-Brunswick:

J’ai nommé cette rivière la rivière de Cocagne, parce que j’y trouvai tant de quoi y faire bonne chère pendant huit jours que le mauvais temps m’obligea d’y demeurer et tout mon monde était tellement rassasié de gibier et de poisson qu’ils n’en voulaient plus; soit d’outardes, canards, sarcelles, pluviers, bécassines, tourtres, lapins, perdrix, perdreaux, saumons, truites, maquereaux, péperlans, huitres et d’autres sortes de bons poisson. Tout ce que je vous en puis dire c’est que nos chiens se couchaient contre la viande etle poisson tant ils en étaient rassasiés (Denys, Nicolas (1692), Description géographique et historique des costes de l’Amérique septentrionale, avec l’histoire naturelle du Païs (t.1; Paris: Claude Barbin).)

 

L’Acadie des Encyclopédistes: Guillaume-Thomas Raynal

a partir de 1770, de nombreuses rééditions de la très populaire Histoire philosophique des établissement et du commerce des Européens dans les deux Indes, du philosophe-polémiste Guillaume-Thomas Raynal, font connaitre au monde l’histoire de l’Acadie, depuis ses origines jusqu’en 1755. Mais les visées pragmatiqes et idéologiques de Raynal ne sont plus celles de ses devanciers. A l’instar d’autres Philosophes, il se sert de l’Acadie dans le cadre d’une vaste campagne de dénonciation des guerres de conquête et des gouvernements despotiques. Leas Acadiens de Raynal ne sont plus les enfants de Noé venus prendre possession d’un continent au nom de leur Dieu, mais plutôt des Européens libérés de l’emprise des grandes puissances, une vriante 18e siècle des bons sauvage de Montaigne. L’Acadie vient à point nommé pour illustrer les thèses du Discours sur l’origine de l’inégalité de Jean-Jacques Rousseau: délaissé très tôt par la France puis par les autorités coloniales anglaises, les  Acadiens constituaient, dit Raynal, “un peuple, qui devrait son bonheur et ses vertus à son obscurité” (Raynal, Guillaume-Thomas (1780), Histoire philosophique des établissement et du commerce des Européens dans les deux Indes (t.6; Genève: Jean-Léonard Pellet, Imprimeur de la Ville et de l’Académie) p. 247, une obscurité qui les a soustraits aux contraintes de ce qu’il appelle “la police & la société”:

On ne leur donna point de magistrat pour les conduire. Ils ne connurent pas les lois Anglaises. Jamais il ne leur fut demandé ni cens, ni tribut, ni corvée. Leur nouveau souverain (anglais) paraissait les avoir oubliés; & lui-même, il leur était tout-à-fait étranger (p. 242).

(…) Dans ce contexte, la Déportation des Acadiens est présentée par Raynal comme un exempl.e extrême de la brutalité du pouvoir des Etats, “une sorte de trahison, toujours lâche & cruelle dans ceux à qui l’autorité donne les moyens de la douceur & de la modération (p. 246)

Et Raynal d’appuyer sa thèse en énumérant d’autres cas semblables (…) celui des “Français qui ont livré la Louisiane aux Espagnols (p. 247) et, enfin, celui de “l’Angleterre qui fit périr les François neutres de l’Acadie” (p. 247)

 

L’Acadie renaissante

Le poète américain Longfellow remprenda à son compte ces images d’une société idéalisée, mais comme pour mieux en pleurer la disparition: “Naught but tradition remains of the beautiful village of Grand-Pré (1847) ”  cf. fiche Longfellow.

Il faudra attendre la venue en Acadie du sociologue-historien Edme Rameau de Saint-Père en 1860-61 pour que commencent à se dessiner les contours d’une Acadie qui renait de ses cendres, après avoir subi la mort symbolique de l’exil et les épreuves purificatrices du retour. Rameau raconte le périple de “deux cents familles (exilées qui) résolurent de se retourner vers leur Acadie perdue et regrettée. (…). A pied et presque sans approvisionnement, les pèlerins acadiens affrontièrent les périls et la fatique d’n retour par terre (…) à travers cent quatre-vingt lieues de forêts et des montagnes inhabitées” le long des côtes inhospitalières entre la Nouvelle-Angleterre et l’Acadie.(Rameau de Saint-Père, Edme (1859), Une colonie féodale en Amérique. L’Acadie 1604-1710 (Paris/Montréal: Plon/Granger), p. 190)

Dans un article du Paris–Canada qui sera diffusé en Acadie, Hector Fabre explique que “Les Acadiens n’ont compté que sur eux-mêmes. Ils n’ont pas fait appel à la force, ils n’ont même pas fait appel au droit; ils ont tranquillement, obscurément, travaillé à leur propre résurrection”(Fabre, Hector (1899), ‘Les Acadiens (du Paris-Canada)’, L’Evangéline, 12 janvier 1899,  p. 1.)

 

Fabre, Hector (1899), ‘Les Acadiens (du Paris-Canada)’, L’Evangéline, 12 janvier 1899,  p. 1.

cité par de Finney, James and Duclos, Tania (2011), ‘Rhétoriques et rêverie des Origines: de Marc Lescarbot à Rameau de  Saint-Père’, in James De Finney, Hélène Destrempes, and Jean Morency (eds.), L’Acadie des origines (Ottawa: Prise de Parole), 29-44.

Les Acadiens n’ont compté que sur eux-mêmes. Ils n’ont pas fait appel à la force, ils n’ont même pas fait appel au droit; ils ont tranquillement, obscurément, travaillé à leur propre résurrection”

 

Filion, Pierre (1990), ‘La Voix d’un peuple (avant-propos)’, Pélagie-la-Charette (Montréal: Leméac, Bibliothèque Québécoise), 7-9.

Pélagie la Charette est née au coeur de l’écrivain et de la voix d’un peuple qui a survécu comme tel dans sa tradition orale. Pélagie remonte l’Amérique du sud au nord en rapaillant les Acadiens, ces lambeaux de famille, le long de la côte. l’épopée de Pélagie-la-Charrette appartient aux contes et légendes qui se racontaient dans le veillées d famille. Ceux-Ci procèdent d’une fabulation tirée des faits de l’histoire ‘vraie et véridique’: le grand retour après le grand départ. (…). Mais à travers ce périple et par son grand art de conter, elle mystifie l’Histoire, en récupère ce qui sert au propos et invente le reste avec une indéniable sagacité.

(…)Rayée depuis 1755 de la carte du monde, l’Acadie revenue d’exil retrouve fierté et raison de vivre afin de récrire au bout du grand chapitre de l’histoire d’un peuple qui dit merde au roi d’Angleterre.

(…) L’Acadie n’est ni un souvenir, ni une fiction, c’est une réalité qui clame haut sa parole. Pélagie-la-Charette vivra toujours. Et merde au roi d’Angleterre.

 

Le Bouthillier, Claude (2007), Karma et Coups de Foudre (Montréal: XYZ (check)) 127.

Extrait repris de Lonergan, David (ed.), (2010), Paroles d’Acadie: Anthologie de la littérature acadienne (1958-2009) (Agora, Sudbury: Editions Prise de parloe).

 

(…)

Mes anges gardiens veillaient. Ils placèrent sur mon chemin une solution éphémère: la belle Esther, une juive rencontrée lors d’un séminaire sur les religions comparées. Elle menait une vie plutôt libertine, et la sensualité lui sortait par tous les pores de la peau. Des nuits folles et sensuelles avec une fille d’Israël, avec qui je retrouvais l’histoire de mon enfance, celle d’un peuple juif que nous avions apprise. J’étais un peu jaloux, car les juifs avaient eu pendant quelques millénaires une civilisation basée sur le Livre inspiré de Dieu, alors qu’en Acadie nous ne savions lire et écrire que depuis peu. Comme peuple choisi par Dieu, les juifs pouvaient nous regarder de haut. De plus, ils nous avaient refilé un juif dont ils navaient pas voulu, le Christ, qui avait influencé toute la cifilisation occidentales.Nos héros étaient David, Ezéchiel, Moïsel, Noé et quelques prophètes fous. Nous connaissions mieux les noms et l’histoire des lieux bibliques que ceux des villages des alentours!

Mais l’idylle avec Esther ne dura que jusqu’au moment où le sujet des Palestiniens sema la discorde entre nous (…)

           

Leblanc, Raymond Guy (1972), Cri de Terre.

Extraits repris dans l’anthologie Lonergan, David (ed.), (2010), Paroles d’Acadie: Anthologie de la littérature acadienne (1958-2009) (Agora, Sudbury: Editions Prise de parole).

 

Acadie

S’il m’est difficile de vivre en mon tangage d’horizon

Gens de mon pays chimère sans frontières et sans avenirs

C’est que je suis trop petit pour vous faire renaître en moi

Hommes sans visages femmes sans seins

Enfants sans langages

S’il m’est douloureux de vous tendre mes deux mains

Pour vous rejoindre vous toucher où que vous soyez

C’est que vous êtes trop loin et dispersés partout

Gens de mon pays dans l’absence de vous même

(…)

Gens de mon pays

Sans identité

Et sans vie

 

La Victoricitente Deferlementation de la Mouvague

 

Epilogue: Je suis Acadien

 

Je jure en anglais tous mes goddamn de bâtard

Et souvents les fuck it me remontent à la gorge

Avec des Jesus Christ projetés contre le Windshield

Saignant medium rare

 

Si au moins j’avais quelques tabernacles à douze étages

Et des hosties toastées

Je saurais que je suis Québécois

Et que je sais me moquer des cathédrales de la peur

Je suis Acadien je me contente d’imiter le parvenu (…)

 

Je suis Acadien

ce qui signifie

Multiplié fourré dispersé acheté aliéné vendu révolté

Homme déchiré vers l’avenir

 

Archives de l’absence

 

(….)

Et demain on écrira sur nous d’autres poèmes remarqua le

Onn viendra scruter nos moindres défauts

On s’empressera d’analyser l’état de décomposition

De nos cadavres historiques

Et chacun se félicietera d’avoir découvert un peuple trop petit

Un peuple oublié impuissant trop faible

Et les musées du monde entier exposeront aux yeux des curieux

Les archives de notre absence

 

Certains diront ce peuple n’a jamais existé

Et l’échec ne nous sera pas pardonné

Certains diront c’était un peuple fier

Mais l’esclavage a fait de lui un esclave heureux

D’autres ajouteront ils n’ont pas vu venir la mort

Préférant l’ignoarance à la sicence l’argent à l’humanité

 

 

 

 

Evangéline Deusse (1975) (Théâtre, avec une présentation d’Henri-Paul Jacques, 1976).

Maillet, Antonine (1990), Pélagie-la-Charette (Montréal: Leméac, Bibliothèque québécoise) 328.

La Sagouine (1994) (Leméac).

Rameau de Saint-Père, Edme (1859), Une colonie féodale en Amérique. L’Acadie 1604-1710 (Paris/Montréal: Plon/Granger).