Après l’incrédulité et le déni, c’est une rage de vivre qui m’anime! Rien ne résume mieux le fonds de ma pensée que ce dessin posté par Johann Sfar sur Instagram  (et merci à mon amie Francine Mancini, la libraire du voyage, de l’avoir partagée)

 J’étais venue à Paris assister au comité éditorial de la Revue Droit et Cultures et y remettre le manuscrit de notre numéro sur les Languages autochtones dans la cité  

 Toujours un moment d’intelligence et de plaisir avec mes éminents collègues!
 et au cours d’un moment délicieux dans un restaurant comme je les aime, avec des amis très chers, nous avons été rattrapés par le sang, la haine et la mort….

Ordres de rentrer chez nous, je n’avais jamais vu le Boulevard Saint-Germain aussi désert et ces quelques photos en témoignent  

    
   à une heure où d’habitude les embouteillages sont fréquents! 

Après une nuit où j’ai bien cru que les “frontières étaient bouclées” et où j’ai laissé ma radio en marche, j’ai appris qu’il n’en était rien et me voilà Gare de Lyon… 

 Après avoir traversé des rues désertes encore ce matin  et croisé certains panneaux qui en disent long sur le traumatisme…
   

   
Quand la France et le monde comprendront-ils que rogner dans les budgets de l’éducation, de la police et de la justice c’est faire le lit de la sauvagerie et de la barbarie??? 

Au gouvernement genevois qui s’apprête à commettre cette erreur: prenez-en de la graine!

Si ces deux piliers que sont l’instruction et la justice fonctionnent grâce à des “fonctionnaires”, le monde respirera mieux car il recommencera à penser!