Chroniques Covid Chronicles Day 23

L’exposition de Boltanski en ce début d’année était-elle prémonitoire ? Je n’ai en tout cas pas trouvé mieux pour illustrer l’atmosphère de ce jour après la lecture du monde qui comme je le fus, épluchant les carnets, a été sidéré par la tristesse de ces enterrements innombrables est à la sauvette.

Dans un article intitulé Carnet National, Pascale Robert-Diard, avec l’ensemble de la rédaction du « Monde », Du Monde.fr et des correspondants régionaux, transforment cette litanie de défunts en lui donnant chair et histoire. À chacun son petit bout de vie, et hélas de mort.

« Dans les journaux, sur les réseaux sociaux, les avis de décès forment un « océan funèbre », une litanie de noms et de dates. Partout en France, les vivants rendent hommage aux morts du coronavirus, privés de cérémonie. (…) Pierrette et Raoul, la princesse Maria-Teresa, Charline et Bruno sont la chair de ces chiffres qu’égrène chaque jour, à 19 h 30, le directeur général de la santé, Jérôme Salomon. Des centaines d’autres suivent. Affleurent des vies et des visages. Des célèbres et des inconnus. Enflent les pages d’un carnet national inachevé. Parfois juste un prénom, un nom, un âge, un lieu. L’important est de nommer. « La nomination est la sépulture même », disait Claude Lanzmann »

Quant à nous, les vivants, ou devrais-je dire les survivants ? Il nous est désormais enjoint, après nous avoir affirmé le contraire pendant des mois, de porter un masque et chacun y va de sa petite démo. Voici de loin la meilleure même si un site anglais en donne une autre (avec au passage des explications sur l’importance de porter le masques…. nous les girouettes !) qui n’est pas mauvaise mais beaucoup plus compliquée.

Même son de cloche outre-Manche dans l’article d’hier, deux avril, de Danielle Renwick:

Why have the WHO and CDC been reluctant to recommend masks for the general public?

Howard They were trying to protect frontline healthcare workers from running out of N95 respirators. (…) When we found that seatbelts keep people safe, we required people wear them. When we realized that condoms can protect you from disease, we told people to avoid unprotected sex. If there’s something that could dramatically slash the transmission of disease, and our response is to tell people not to use it because they might do it wrong, that’s incompatible with any other kind of policy decisions we make.(…) Cambridge University has shown that a couple of layers of cotton, like a T-shirt, would work great. A Shenzhen hospital scientist showed a couple of layers of paper towel worked great. We have a DIY recipe on our site that actually shows a combination of those two things requiring no tools other than a pair of scissors.

Ma journée fut paisible et casanière (what else?!)…. j’avais projeté d’aller faire une longue balade mais il faisait très beau et j’ai craint la foule… à faire demain ! Donc un peu (très peu ) de rangement, beaucoup de Netflix: Les quatre épisodes de la mini série, Unorthodox, délicieuse toute en yiddish des Hassidim de Williamsburg. Bien documentée!

J’ai tout de même une activité un peu plus intellectuelle grâce a mon ami Jean Freymond qui partageait ses impressions sur l’Europe dans le billet qui suit et qui m’a ouvert les yeux sur l’importance qu’a eue Napoléon Bonaparte sur le droit Suisse je vous laisse profiter de cette échange :

« Le fédéralisme n’a rien d’artificiel. Il plonge ses racines dans la façon de respirer des peuples, dans une génétique collective ancrée au plus profond de l’histoire et de la géographie. Bonaparte aurait sans doute pu dire à tous les peuples ce qu’il déclara aux Suisses lors de l’Acte de médiation.
Les « genferei » appartiennent à l’ADN des Genevois. Chaque peuple a sans doute son équivalent.
Faut il être critique et les considérer comme un « défaut » ou plutôt comme un trait de caractère collectif, qui relève de la personnalité, elle naturellement complexe?
Observation anecdotique, c’est un Valaisan qui vient comme en 1932, montrer le bout du nez de la force de l’Etat fédéral.
Autre observation, plus fondamentale. Depuis les années 1950, on tend à déclarer que l’Europe se construit de crise en crise, comme si jouant à se faire peur. Ces dernières années cependant, ces crises ébranlent cette construction au point d’en sévèrement meurtrir le processus. La « méthode « de Jean Monnet serait-elle arrivée à bout de souffle? Denis de Rougemont, fédéraliste invétéré, en était critique. Wilhelm Roepke en disait que la Suisse n’était pas née de l’union de ses fromageries.
Le défaut fondamental de l’Europe ne serait il pas qu’elle n’écoute pas suffisamment respirer ses peuples, et surtout qu’elle ne les laisse pas respirer, en tenant compte d’une incroyable diversité qui en est la richesse, mais dans le même temps dresse des murailles d’incompréhensions.
Il est fascinant de constater que ce que les Européens ont probablement le plus en commun, c’est l’héritage de la Grèce et de Rome, et même pas du christianisme qui s’acharna à détruire cet héritage, au point qu’il fallut les Arabes et les Perses pour le récupérer; un christianisme certes d’une gigantesque influence, mais dont l’ambiguïté ne lui permet pas d’être véritablement unificateur.
À l’heure où la construction européenne paraît à nouveau prendre l’eau sous les coups de boutoirs d’un minuscule virus, Bonaparte aurait probablement la sagesse de dire aux Européens, construisez vous donc un destin commun sur la base du génie de chacun, et de ce que vous êtes en vous, très profondément et inaltérablement. Donnez à chacun d’entre vous la liberté de respirer à sa manière, mais dans le respect de valeurs qui nous sont communes.
Car, il ne faut pas l’oublier, Bonaparte, à travers l’Acte de médiation, ne signa pas le retour à l’Ancien régime. Il décolonisa la Suisse.
Voilà pour l’Europe un beau et immense chantier. Il pourrait bien se révéler existentiel. Cela ne signifie en rien tourner la page de l’incroyable aventure d’un continent depuis septante ans. Tout au contraire, c’est en assurer la pérennité.

À ma gratitude sur cette édification étant donné on ignorance en la matière et ma surprise de découvrir quand même quelques qualités supplémentaires.

Lettre de Bonaparte aux délégués des cantons

« La Suisse ne ressemble à aucun autre État, soit par les événements qui s’y sont succédé depuis plusieurs siècles, soit par la situation géographique, soit par les différentes langues, les différentes religions, et cette extrême différence de mœurs qui existe entre ses différentes parties. La nature a fait votre État fédératif, vouloir la vaincre n’est pas d’un homme sage. » 

[…] 

« Ce qui est en même temps le désir, l’intérêt de votre nation et des vastes États qui vous entourent est donc :

  • 1° l’égalité des droits entre vos dix-huit cantons
  • 2° une renonciation sincère et volontaire aux privilèges de la part des classes patriciennes
  • 3° une organisation fédérative, où chaque canton se trouve organisé suivant sa langue, sa religion, ses mœurs, son intérêt, son opinion. »

De même qu’il y a des Suisses qui toutes ensemble font une nation, il y a des Europes, enracinées dans des pluralités d’histoires millénaires. Ce sont ces pluralités qui font sa richesse, qu’il s’agit de remettre en valeur, pour retrouver un équilibre entre le un et le plusieurs.

Il était logique qu’en 1950 l’accent soit mis sur ce qui est commun. De manière à préserver l’élan vers ce que l’Europe à de commun, il importe de remettre en valeur le particulier. »

Je n’ai presque pas bavardé sur WhatsApp et bien qu’y ayant posté deux articles, n’ai pas mis les pouces sur FB et c’est infiniment reposant mais voici tout de même la production du jour.

Ma journée s’est terminée par un verre avec mon amie Kate, qui habite à Stockholm, et avec laquelle j’ai toujours des échanges intéressants et profonds. Il est à présent leur d’aller applaudir le personnel hospitalier puis de retrouver mon commissaire décidément bloqué sur son affaire vénitienne.

Portez-vous bien, notamment mon cher Momo dont c’est l’anniversaire

et si c’est le cas, dites-vous que la vie est belle est bonne ! Regardez ce qui nous attend (merci Ingrid)!

Je vous aime !

Autres références :

https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/009808/2009-12-08/ Acte de médiation 
https://www.rts.ch/play/radio/helvetica/audio/lacte-de-mediation-naissance-de-la-suisse-contemporaine-15?id=8310437

https://www.letemps.ch/culture/19-fevrier-1803-acte-mediation-napoleon-bonaparte-rafistolait-suisse

Sur Roepke https://www.institutcoppet.org/la-crise-de-notre-temps-de-wilhelm-roepke-1962/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s