Iconoclasm and History

My first encounter with iconoclasm was the destruction of the Bamiyan Buddhas in Afghanistan. The whole world rebelled then. And I remember visiting with sorrow a couple of months later Swiss site, Romainmôtier, one of the oldest Christian sites belonging to the Cluny Abbey that had been damaged by the Protestants. More recently I rushed to visit Kosovo’s incredible byzantine Churches protected by the KAFOR…

And the same whole world today seems to applaud the destructions related to the racial uprising following George Floyd’s death.

I was not going to comment this until it started taking a viral turn and being approved by intellectuals I respect. But when I saw today a friend of mine applaud a Boston paper on the removal of Columbus statue, I realised that my moral duty was to give my opinion: better have remorse (for raising my voice) than regrets (for keeping sheepishly silent).

Today we are witnessing in America, England and throughout the world statues being destroyed because of the morally disposable actions of the people represented. I am utterly appalled and can only attribute this to group psychology and historical blindness.

My previous post and my lifelong combat testify for where I stand on racism and minority issues, so I am not afraid of voicing my concern and did so on my friend’s approving post:

I beg to differ. Iconoclasts are people who are unable to grasp the materiality of history. I have the wrong colour but my lifelong combat against racism as an excuse for giving my humble yet firm opinion. Autodafés and destructions of statues and monuments are a blatant shame no matter how right the underpinning cause.

My reaction to a self congratulation regarding the destruction

I had heard on Friday Caroline Fourest’s comments on the present race riots and would like deliver her concluding remarks

« L’américanisation de nos luttes transmet une vision victimaire et identitaire qui favorise l’extrême droite. »

My remarks were that I welcomed sensitive intelligence 12 June 2020

Follow my Facebook comments, someone replied:

I disagree – these colonial racist statues celebrate cultural annihilation and genocide – it makes me sick to see them! Smash them down and keep their vile memories in history books only so people learn to never do it again!!!! 14 June 2020

To which I replied:

and I suppose you shed tears over the destruction of the Bamiyan Buddhas. Not that I compare their moral statute but that I try to understand… I agree for a removal, a placement in Museum where they could be explained when we are talking about morally abject people but you are judging history and we obviously have adverse views although I respect yours ( but find them dangerous…)

The conversation is still ongoing so keep coming…I will post all related comments from FB in the PS. 14 June 2020

I am everyday shocked by people’s manifestations of intolerance under the cover of identity claims. Some wrongs have to be addressed and we are a whole bunch doing exactly this at school, in our papers and our lectures.

I am, for the first time in my entire life, discouraged, frightened and feeling hopeless as much as helpless. Everything I stand for, in terms of history and education is slipping away being made redundant by uneducated masses. PCness seemed dangerous to me when I was writing my Ph.D thesis but I never thought I’d still have to deplore it 30 years later.

Thanks for reading me! Do comment so as to educate me maybe on where I err… if you still accept to discuss with me! You will find in the post scriptum several challenging comments including Jean Freymond’s remarks related to streets renaming, a directly related issue.

PS. Ongoing debate

I would say many statues maybe even most are there not to bear witness to history but rewrite it and keep all our heads under the boot we should not ever question. thats certainly the case of confederate statues around here.For every statue erected to an occupying army there are plenty of names of other people being systematically removed from the historical record. admittedly there are great works of art too like elisabeth ney or charles umlauf. But there are far too many dedicated the darkest time in our past.

Of all the images of the hungarian revolution the one that sticks in my mind the most is the photograph of stalins head pushed down to the pavement… i think that statue was far more meaningful after the hungarians toppled it to the ground than it ever had while standing,

My friend’s reply 14 June 2020

that’s why history has a pedagogical value… I of course understand the resentment yet fail to grasp who decides over the moral values of some…Jean-Jacques Rousseau is an amazing philosopher who got rid of his own children… should we burn his books? Céline is a notoriously famous antisemite who wrote the most poignant descriptions of the First World War and the “little people”. I can’t read him yet understand his cultural value. Jews died while Wagner was being played. I don’t like everything in his fertile work yet always stood against Israël banning him from its stages..

My final reply to that friend 14 June 2020

The deconstruction of the world as it is is indeed destructive, and much more so divisive and highly conflictual. More energy and emotion are devoted to destroy, as it is easy to do. Reconstruction is much more difficult and very few have the imagination, the competence and the determination to do so.
It reminds me of what a great leader in a major struggle told me one day. “I know things will change, but I don’t want my country completely destroyed when it happens.”
Profound changes are imperative. They require unity and hard work. And one should never forget that “Revolution devours it’s own children “. It does not constitute a path.

Jean F. Freymond’s reaction on FB 14 June 2020

About street renaming also by Jean Freymond:

A travers un grand débat, c’est en fait une immense boite de Pandore qui est en train d’être ouverte. Est-il bon qu’elle le soit ?

Car ce n’est pas un seul des comportements répréhensibles qu’il importe de stigmatiser, mais en fin de compte tous ceux qui portent atteinte à la dignité des êtres humains, tous ceux qui constituent des violations des droits de l’homme, non pas seulement ceux qui se trouvent codifiés dans des textes d’essence occidentale, mais tous les droits que la terre entière considère comme droits humains.

On assiste à une marche en avant du politiquement correct, ou plutôt de tous les politiquement corrects, car finalement, à travers le monde, chacun a le sien, enraciné dans une grande diversité de cultures, de religions et d’histoires.

L’histoire est un immense réservoir de sources de ressentiments et de justes colères. Que de crimes commis ! Il n’est ni une religion, ni une idéologie, qu’on peut exempter. Aux atrocités des camps du national-socialisme répondent celles qu’Alexandre Soljenitsyne a décrites à en frémir. Pendant la Guerre d’Espagne, de part et d’autre du front, que de cruautés, souvent au sein de ce qui se voulait un même camp. Exemples récents, dont chaque siècle abonde.

Ce qui est en train de se passer constitue un pan essentiel d’une gigantesque déconstruction géopolitique et sociétale. C’est à plus d’un basculement qu’on assiste. Nous sommes témoins non pas seulement de la mise en place d’un nouveau rapport de force entre l’Occident et le Reste du monde, mais dans le même temps entre anciens colonisateurs et colonisés, entre oppresseurs et oppressés, sur fond de profondes inégalités qui persistent.

En trois générations, le monde est devenu réellement global, en ce sens que depuis 1945 il s’est profondément rééquilibré, un rééquilibrage d’ailleurs en cours et qui a pour conséquence que la terre n’arrête pas de trembler.

Faut il s’étonner de l’immense brassage d’émotions qui en est la conséquence ? L’éveil est brutal, mais d’autant plus que ce sont des subconscients qui se réveillent, le vécu d’ancêtres, que petits-enfants revivent et qu’une statue ressuscite ; les peurs d’autrefois qui refont surface et qui se mêlent aux peurs d’aujourd’hui qu’une désespérance alimente.

Aux peurs des uns s’opposent les peurs des autres, avec en corollaire combien de violence, de cette violence aveugle pénétrée de haine, qui est caractéristique des guerres civiles.

Rien qui ne doive étonner à ce moment charnière de l’histoire, d’autant plus difficile à gérer que la nature a fait irruption sous forme d’un virus, en accélérant la marche des événements.

Rien non plus de nouveau ! Car ce que nous vivons n’est rien d’autre qu’une catharsis à très grande échelle, comme il s’en est produit, un moment de « purification », de « séparation du bon d’avec le mauvais », si ce n’est que chacun n’a pas du bon et du mauvais la même perception.

Le grand risque couru est que ces clivages profonds soient sources de conflits de toutes sortes et surtout de toutes tailles, jusqu’à ceux susceptibles d’enflammer la Planète toute entière.

Au terme de chaque grande guerre, la sagesse parait prévaloir, le plus jamais est sur toutes les lèvres, les horreurs étant encore toute récentes. Elles finissent pas s’estomper et le côté brutal de l’histoire reprend le dessus, les descendants de ceux-là même qui ont énormément souffert n’ayant plus aucune conscience de la réalité de la souffrance.

Historiquement, toute déconstruction se trouve déboucher sur une reconstruction. La question qui se pose aux générations d’aujourd’hui est de savoir si elles laissent l’histoire se précipiter dans la destruction, avant que sur des ruines, les êtres humains ne reconstruisent. Ou si les générations d’aujourd’hui sont en mesure de gérer intelligemment et pacifiquement, sans passer par la case catastrophe, la double déconstruction géopolitique et sociétale, en conduisant en parallèle la construction d’un monde différent.

Jean F. Freymond
President, Dialogues Geneva – D@G
and Network for Governance, Entrepreneurship & Development (GE&D)
HTTP://www.d-geneva.com

Voici ma réponse en citant mon maître Benjamin Barber :

124: note de bas de page: Affirmative action: ensembles de mesures mises en place après l’adoption en 1964 par le Congrès de la loi sur les droits civiques et visant à favoriser, à qualification égale, l’embauche ou la promotion des minorités, par l’adhésion volontaire à des règles définies de concert avec les autorités judiciaires ou parfois par la mise en place de quotas. Cette pratique est violemment contestée parles milieux conservateurs qui en ont fait un cheval de bataille contre la gauche libérale.

152-153: Ainsi les Juifs en viennent-ils à penser qu’eux seuls peuvent comprendre l’Holocauste, les Noirs que les Blancs ne peuvent mettre en scène des films à thématiuqe noire, les Américains d’origine asiatique qu’un acteur occiental ne saurait jouer de façon crédible un personnage asiatique.

Dans cette vision étriquée, la difféence devient le seul insigne de l’identité et l’histoire commune de l’Amérique s’efface au profit d’une pléthore de contes particuliers de gens particuliers avec des histoires, des sexes, des races ou des préférences sexuelles particuliers.

153: Générateur dans le pays de scepticisme à l’égard de l’histoir emême de la nation et d’une fascination aveugle pour les cultures et les valeurs alternatives, l’hyperpluralisme laisse la génération qui va hériter des Etats-Unis à peine surnageant dans la diversité, la relativité culturelle et le doute corrosif privée de presque toute notion de communauté, ou encore de la valeur du besoin même de communauté.

165: Dans une société où personne ne lit, sauf si on l’y oblige, la bataille de la cultrue -quelle qu’elle soit, est peut-être déjà perdue. Quand la culture du ghetto et la culture des puissants sont toutes deux analsphabètes, quelle différence entre l’anglais « noir » et l’anglais « blanc ».

166: Une introduction à l’histoire américaine ou à la science politique devient un cauchemar pédagogique lorsque, dans un amphithéâtre de 400 étudiants, on compte 85 anciens élèves des écoles privées, 200 environ des écoles publiques ) la plupart des villes et de leurs banlieues, mais quelques-uns de milieu rural), 40 adultes dont 15 personnes agées, et pratiquement 100 étudiants issus des minorités, dont la moitié arrivent avec des déficiences majeures dans leur formation mais un autre 20% représente le groupe arrvant largement en tête dans les tests, les Américains d’origine asiatique.

170: En d’autres termes, le multiculturalisme a des origines monoculturelles. En tant que société, l’Amérique est une tapisserie de peuples venus du monde entier, chacun avec la fierté de son histoire et ses racines culturelles. Il lui faut des programmes scolaires et universitaires à l’écoute de cette diversité et capables d’attirer des peuples marginalisés vers l’apprentissage du savoir. Mais, système constitutionnel offrant à ces peuples multiples un régime de tolérance démocratique, de pluralisme stable et de respect mutuel qui, dans la mesure où à l’école l’idéal se réalise, peut protéger toutes les cultures qui le composent, l’Amérique possède une histoire culturelle propre, unique même.

Barber, Benjamin R. 1993. L’Excellence et l’Egalité: de l’Education en Amérique. Translated by Michelot, Vincent and Weil François. Edited by J. Heffer and F. Weil, Cultures Américaines. Paris: Belin.

PPS: you can find all my quotes about Ben Barber in my bibliography.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s